Escolha as suas informações

Éditorial. Autant de récits, Autant de questions
Editorial Luxemburgo 3 min. 24.02.2020 Do nosso arquivo online

Éditorial. Autant de récits, Autant de questions

Éditorial. Autant de récits, Autant de questions

Editorial Luxemburgo 3 min. 24.02.2020 Do nosso arquivo online

Éditorial. Autant de récits, Autant de questions

Nuno RAMOS DE ALMEIDA
Nuno RAMOS DE ALMEIDA
La société luxembourgeoise est composée de gens venus de toute la planète, près de la moitié des résidents sont des « étrangers ». Leur vie est une épopée parfois injuste : ils construisent des maisons qu’ils ne peuvent pas se permettre de payer, ils font un pays où il ne leur est pas permis de décider.

« Qui a construit Thèbes aux sept portes ? /Dans les livres, on donne les noms des Rois. / Les Rois ont-ils traîné les blocs de pierre ? / Babylone, plusieurs fois détruite, Qui tant de fois l’a reconstruite ?», ainsi commence l’un des poèmes les plus connus du dramaturge, poète et écrivain allemand Bertolt Brecht, qui finit de la façon suivante : « A chaque page une victoire./Qui cuisinait les festins ?/Tous les dix ans un grand homme./Les frais, qui les payait ?/Autant de récits, autant de questions.».

Dans ce numéro de Contacto, réalisé à l’occasion du 50e anniversaire du journal et pour participer au Festival des Migrations, nous apportons les récits et les questions. La société luxembourgeoise est composée de gens venus de toute la planète, près de la moitié des résidents sont des “étrangers”. Leur vie est une épopée parfois injuste : ils construisent des maisons qu’ils ne peuvent pas se permettre de payer, ils font un pays où il ne leur est pas permit de décider. Ils sont venus au Luxembourg pour avoir une vie meilleure, pour eux et pour les leurs. Ils sont devenus une partie de ce pays. C’est ici que leurs enfants sont nés, ont aimé et vont probablement y mourir.

Ils ont été accueillis et cette société a beaucoup changé grâce à la participation de chacun. Mais tous ceux qui vivent au Luxembourg savent qu’il y a beaucoup à faire, de sorte qu’en plus du travail et de la vie en commun, les immigrants doivent conquérir le droit d’avoir une voix active, gagner la volonté de participer au destin du Grand-Duché.

Le demi-siècle de Contacto reflète cette volonté de contribuer à donner une voix aux immigrants. Ils constituent la moitié de la société qui ressent le plus le besoin de rendre l’éducation plus inclusive, de pouvoir concevoir une politique du logement garantissant une maison digne à ceux qui vivent ici et de développer une économie capable de redistribuer de façon plus juste, la richesse créée. Tous les objectifs importants ont besoin de parcourir de longs chemins pour devenir une réalité, presque aussi durs que les trajets empruntés par de nombreux immigrants pour arriver ici.

Dans ce journal, nous pouvons lire à quel point ce voyage a été dur et enrichissant sur la route du Luxembourg. Quiconque a eu ce courage de changer et a la force de travailler, parviendra certainement à contribuer à construire une société plus juste. Ce chemin est fait de luttes, mais aussi de moments de fête, de discussion et de socialisation. Il est primordial pour nous de marquer le demi-siècle de Contacto au Festival des Migrations.

Le Festival est un moment majeur pour les associations et les immigrants au Luxembourg. Il s’agit de trois jours de convivialité, de débat et de partage d’idées qui rassemblent des milliers de personnes qui font le Luxembourg. Contacto souhaite fournir les meilleures informations sur le Luxembourg et le monde en langue portugaise.

Le journal et le site sont lus par la grande majorité des lusophones du Grand-Duché, mais à cette occasion spéciale nous avons décidé d’aller plus loin et de faire un journal en français et en portugais. Que mille fêtes et débats se multiplient, que ces trois jours soient spéciaux pour que nous puissions mieux vivre ensemble au Luxembourg.

Traduction par Isabelle Fragoso


Notícias relacionadas

Editorial. Tantas histórias, quantas perguntas
A sociedade luxemburguesa é composta de gente que vem de todo o planeta, quase metade dos residentes são “estrangeiros”. A sua vida é uma epopeia por vezes injusta: constroem as casas que não podem pagar, fazem um país onde não lhes permitem decidir.
António Gamito, novo embaixador de Portugal: "Votar nas comunais já é um passo importante"
Recém-chegado ao Grão-Ducado, mas com muita experiência internacional, António Gamito não considera que o voto nas legislativas para os estrangeiros seja um tema do momento. Quanto à questão da indexação salarial para os funcionários, refere que vai “tentar resolver com Lisboa”. E, além da proximidade que pretende manter com a comunidade portuguesa, vem preparado para reforçar o relacionamento bilateral.
“O Luxemburgo sofreu um processo de lusificação”, diz investigadora
A investigadora luxemburguesa Aline Schiltz estuda a emigração portuguesa para o Luxemburgo desde 2003. A viver entre Lisboa e o Grão-Ducado, a geógrafa, de 35 anos, é autora de vários estudos sobre os portugueses, incluindo uma tese de doutoramento em que analisa a mobilidade entre os dois países. Diz que o Luxemburgo se “lusificou” e que a emigração portuguesa levou à criação de um “espaço transnacional” que podia servir de modelo para uma Europa sem fronteiras.