Changer d'édition

Vincent Hognon: «A Monaco, le FC Metz doit jouer le coup à fond»
Pour Vincent Hognon, les Messins s'en vont défier Monaco sans pression mais avec la ferme volonté de faire un coup.

Vincent Hognon: «A Monaco, le FC Metz doit jouer le coup à fond»

Photo: Michel Dell’Aiera
Pour Vincent Hognon, les Messins s'en vont défier Monaco sans pression mais avec la ferme volonté de faire un coup.
Sport 3 min. 21.01.2019

Vincent Hognon: «A Monaco, le FC Metz doit jouer le coup à fond»

Le FC Metz n’a pas le temps de souffler qu’il se doit déjà d’aller défier Monaco, ce mardi (21h), pour le compte des seizièmes de finale la Coupe de France.

Jonathan Rivierez est de retour tandis que Laurent Jans pourrait débuter la partie. Ensuite, il faudra préparer le déplacement à Ajaccio (vendredi) avant d’accueillir Nancy (29 janvier) en Ligue 2.

Propos recueillis par Hervé Kuc

Vincent Hognon, comment se porte le groupe messin avant votre match de Coupe de France ?

Emmanuel Rivière a repris l’entraînement mais il ne postule pas encore à une place dans le groupe. Fofana a eu de gros maux de ventre face à Clermont, il a eu une urgence et il ne pouvait pas attendre plus, il a dû être remplacé (68e Sunzu) pour répondre à ce besoin gastrique pressant. Hormis Udol, l’effectif est au complet pour aller à Monaco.

Comment expliquez-vous votre défaite concédée devant Clermont (1-2)?

J’ai bien revu la rencontre avec le coach et Jean-Marie De Zerbi. C’est un match que nous n’avons pas su valoriser: nous avons été très bons dans la récupération du ballon et dans sa tenue. Défensivement nous avons commis deux erreurs et nous les avons payées cash. Offensivement, dans les vingt ou trente derniers mètres, il aurait fallu créer plus de danger et inventer des choses. A la vidéo, c’est clair et net, nous avons fait de bonnes choses et au pire, cette partie on ne doit pas la perdre.

Justement, que pensez-vous de votre adversaire monégasque en situation délicate en Ligue 1 (19e, 15 points)?

C’est un club en difficulté dans son championnat contrairement à nous. On aborde cette partie comme un match de coupe, dans la peau de l’outsider avec beaucoup de choses à gagner mais une pression inférieure à ce que l’on peut rencontrer tous les week-ends en Ligue 2. Nous ne voulons avoir aucun regret et on doit jouer le coup à fond. En coupe, les «petits» ont toujours leur chance et nous sommes dans la peau de l’outsider, ce qui va nous changer. Sincèrement, je ne pense pas que Monaco est à sa place en Ligue 1.

Est-ce que votre attaquant, Habib Diallo (15 buts), est moins bien actuellement?

Face à Clermont, il a touché moins de ballons. Sa mentalité est bonne, il travaille beaucoup et lors de la séance de ce lundi, ses appels de balle étaient bons. Je ne suis pas inquiet pour lui, ça va revenir. Il est plus surveillé et nous sommes attendus par tout le monde depuis un bon moment.

Il reste une dizaine de jours avant la fin du marché hivernal. Allez-vous recruter un joueur offensif?

Nous possédons la deuxième attaque du championnat (34 buts). Il n’y a pas de raison de recruter un autre élément, pour l’instant nous n’en parlons pas. Nous avons des joueurs efficaces et d’autres joueurs doivent nous apporter des buts comme Ibrahima Niane.

Resterez-vous dans le Sud de la France pour rallier Ajaccio votre adversaire de vendredi en championnat?

Normalement, on rentre sur Metz après notre rencontre à Monaco. Nous repartirons vendredi matin à Ajaccio. Tout dépendra de la météo d’ici là.

Le retour de Jonathan Rivierez. Blessé au genou lors du déplacement grenat à Grenoble (1-1, 1er décembre), Jonathan Rivierez est de retour. «Cela fait une semaine que j’ai repris et tout se passe bien. Je n’ai plus aucune douleur après mon opération du ménisque. Physiquement, ça revient petit à petit et je suis prêt à débuter face à Monaco si le coach fait appel à moi.»

Le latéral droit messin a suivi les dernières prestations de ses coéquipiers des tribunes. «Je savais que sans moi l’équipe allait tourner. Tout le monde a bien fait son boulot et j’espère pouvoir aider le FC Metz à continuer sur cette lancée.»



Sur le même sujet

Gaby Dalvit: «A l’aller, le FC Metz n’avait pas trop brillé»
Le FC Metz va devoir se méfier, ce vendredi (20h) , d’une formation de Clermont particulièrement hermétique. Les Messins s’apprêtent à disputer quatre parties en douze jours. Gaby Dalvit, consultant France Bleu Lorraine et membre du CSO Amnéville, commente l’avant-match.
Gaby Dalvit: «Le jeu prôné par Frédéric Antonetti est plus axé sur une sorte d’endormissement de l’adversaire et sur de la patience».