Changer d'édition

Une bagarre générale a causé l'arrêt du match à Bettembourg
Sport 28.04.2019 Cet article est archivé

Une bagarre générale a causé l'arrêt du match à Bettembourg

Une bagarre générale a causé l'arrêt du match à Bettembourg

Photo: Fernand Konnen
Sport 28.04.2019 Cet article est archivé

Une bagarre générale a causé l'arrêt du match à Bettembourg

Le match entre le Sporting Bettembourg et l'Union Kayl-Tétange n'a pas été à son terme à cause d'incidents entre les joueurs des deux équipes.

(ER/AF) - Cette rencontre comptant pour la 22e journée de la série 2 entre le septième et le quatrième n'avait pas un réel enjeu, les deux formations n'ayant plus rien à perdre dans ce championnat. Les débats se disputaient sans la moindre animosité quand tout a explosé.

Un joueur de Kayl-Tétange a taclé le gardien de Bettembourg, une action à l'issue de laquelle le joueur local Maxime Gattullo se serait interposé avant qu'une bagarre générale éclate. Le fils de l'entraîneur du Sporting, Jean-Marc Gattullo, a été frappé et a perdu connaissance. Il a été emmené à l’hôpital. Du côté de Bettembourg, on regrette l'attitude agressive de l'entraîneur visiteur Esko Trubljanin qui était suspendu mais présent le long du terrain.

Du côté des visiteurs, la version est différente. «Il y a eu un duel musclé entre l'attaquant et le gardien. Maxime Gattullo a donné un premier coup de poing et la bagarre a commencé. Notre entraîneur, qui était suspendu a reçu des coups et a dû se défendre. Kayl n'avait aucune raison de commencer une bagarre. Bettembourg joue les victimes mais ce sont eux les fautifs parce qu'ils n'avaient plus le match en mains. Je regrette le comportement des Gattullo (père et fils) mais je souhaite un bon rétablissement à Maxime. Bettembourg avait agi de la sorte à Schifflange», commente le président Mersudin Licina.

Outre ces incidents entre les joueurs, quelques supporters en sont venus aux mains mais tout est rentré dans l'ordre. La police est également arrivée sur les lieux mais les échauffourées, qui ont duré un peu moins de deux minutes, étaient terminées après la décision de l'arbitre Stan Jahrmärker de mettre un terme aux débats.