Changer d'édition

Un saut «dans l'eau froide» pour Nagelsmann
Sport 4 min. 13.08.2020 Cet article est archivé

Un saut «dans l'eau froide» pour Nagelsmann

Julian Nagelsmann, le jeune entraîneur de Leipzig, attend de ses attaquants qu'ils se montrent et fassent oublier Timo Werner.

Un saut «dans l'eau froide» pour Nagelsmann

Julian Nagelsmann, le jeune entraîneur de Leipzig, attend de ses attaquants qu'ils se montrent et fassent oublier Timo Werner.
Photo: AFP
Sport 4 min. 13.08.2020 Cet article est archivé

Un saut «dans l'eau froide» pour Nagelsmann

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Les quarts de finale sur un seul match sont un saut «dans l'eau froide», selon l'entraîneur de Leipzig où «l'expérience importera peu» selon le gardien de l'Atlético Madrid Jan Oblak, ont-ils estimé à la veille de leur confrontation en Ligue des champions.

(AFP) -  Les principaux points des conférences de presse d'avant-match avant le quart de finale qui opposera l'Atlético Madrid au RB Leipzig ce jeudi soir à 21h.

La difficulté de jouer sur un match sec

Julian Nagelsmann, entraîneur de Leipzig: «Nous savons qu'ils ont une énorme expérience sur les confrontations aller-retour, mais sur un match, tout peut arriver. Et l'Atlético n'a pas l'expérience des matches uniques, tout comme nous. Nous allons tous être jetés dans l'eau froide, à cause de cette situation, et l'expérience ne sera pas un facteur aussi important que ce qu'elle aurait pu être.»

Jan Oblak, gardien de but de l'Atlético Madrid: «C'est quelque chose de nouveau, le fait de jouer à un match sec. Personne ne connaît cela, donc l'expérience importera peu. Nous, nous avons les mêmes opportunités de gagner, et c'est ainsi que l'on aborde ce match».

Jan Oblak sera un des principaux atouts de l'Atlético .
Jan Oblak sera un des principaux atouts de l'Atlético .
Photo: dpa

L'absence de Timo Werner qui a signé à Chelsea

Nagelsmann: «On a beaucoup parlé de ce sujet. Il faut maintenant arrêter de parler des absents. Nous savons que Werner n'est plus là, mais nous avons d'autres joueurs qui sont forts en attaque. Je ne sais pas encore qui débutera le match, mais nous avons des joueurs qui n'ont pas eu beaucoup de temps de jeu à cause de la présence de Timo, et nous avons maintenant l'occasion de les intégrer. Certains qui étaient un peu dans l'ombre vont pouvoir jouer un rôle de cadre».

Comment faire monter l'équipe en pression?

Nagelsmann: «Nous n'avons pas besoin de faire monter la pression. On joue un quart de finale de Ligue des champions, on aurait plutôt besoin de relâcher la pression. Il y a toujours de la nervosité, mais nous avons préparé plusieurs scénarios, si on marque les premiers, si l'Atlético ouvre le score. Nous sommes concentrés sur le jeu, nous avons travaillé certaines choses à l'entraînement que nous allons essayer de mettre en place demain. Nous voulons bien entrer dans le match et prendre l'avantage les premiers».

Veste-cravate ou survêtement?

Nagelsmann: «Je n'ai pas pris les mêmes vêtements que lorsque nous avons joué contre Benfica à Lisbonne (victoire 2-1 en phase de poules ndlr), mais j'ai pris suffisamment de vêtements pour tenir éventuellement jusqu'à la finale (sourire).»

Une possible finale contre le Bayern

Nagelsmann: «Je sais que pour les journalistes une finale allemande ce serait une belle histoire, mais nous ne pensons pas plus loin que le match de demain. Avant de rencontrer le Bayern en finale, il nous reste de gros défis, sous la forme de grosses équipes à éliminer. L'Atlético, et ensuite le Paris SG ou Atalanta. Et le Bayern non plus n'est pas certain d'être en finale».

La tactique

Nagelsmann: «Ils sont très physiques, ils ont une charnière centrale très forte avec Gimenez et avec Savic. Nous évidemment nous allons essayer de passer par les ailes, d'écarter et essayer de trouver des espaces entre leurs lignes arrières. Nous n'allons pas changer de style».

Schik et Halstenberg incertains

Nagelsmann: «On va voir comment ils vont. Vendredi ils étaient bien. On va voir s'ils peuvent débuter et jouer 90 minutes, où s'ils débuteront sur le banc.»

L'analogie avec Liverpool

Diego Simeone, entraîneur de l'Atlético Madrid: «Beaucoup de mois ont passé, et tout l'enthousiasme et l'ébullition nés après la victoire contre Liverpool se sont un peu éteints à cause des cent et quelques jours que nous avons passés en quarantaine. Ensuite, avec la Liga, tout ça semble loin désormais. Cela va rester dans l'histoire de l'Atlético Madrid. Mais maintenant, un nouveau chemin commence demain (jeudi) soir».

Diego Simeone tout sourire lors de la conférence de presse d'avant-match.
Diego Simeone tout sourire lors de la conférence de presse d'avant-match.
Photo: AFP

L'année de l'Atlético?

Simeone: «Je ne vais pas entrer dans des considérations autres que ce qui concerne le match de demain. Ce n'est pas juste important de gagner, c'est un match qui va nous permettre de continuer dans cette compétition. Tout ce qui peut arriver à partir de jeudi soir dépendra du résultat, donc on essaie de préparer le match comme il se doit.»

Oblak, l'homme-clé?

Oblak: «Je ne ressens aucune pression par rapport à cela. Je suis heureux d'être ici. Après tant d'années, tant de matches, c'est quelque chose de naturel de ne plus y penser. C'est pour cela que je n'ai aucune pression. Je fais simplement le maximum pour aider l'équipe».    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le PSG s'offre une «remontada» pour ses 50 ans
Une qualification dans les dernières minutes comme cadeau d'anniversaire et l'espoir d'un historique sacre européen en trois matches, le champion de France vainqueur à l'arraché 2-1 de l'Atalanta Bergame mercredi à Lisbonne, s'est qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions.
Paris Saint-Germain's Brazilian forward Neymar (L) and Paris Saint-Germain's French forward Kylian Mbappe celebrate after winning  at the end of the UEFA Champions League quarter-final football match between Atalanta and Paris Saint-Germain at the Luz Stadium in Lisbon on August 12, 2020. (Photo by David Ramos / POOL / AFP)
La fête ou la porte pour un PSG cinquantenaire
Retrouver le dernier carré de la Ligue des champions pour fêter son 50e anniversaire: à trois matches d'un sacre européen inédit, le Paris SG débute son Final 8 en quarts de finale contre l'Atalanta Bergame, ce mercredi à Lisbonne, avec l'envie féroce d'écrire l'histoire malgré les absences.
Paris Saint-Germain's Brazilian forward Neymar (C) laughs during a training session at the Luz stadium in Lisbon on August 11, 2020 on the eve of the UEFA Champions League quarter-final football match between Atalanta and Paris Saint-Germain. (Photo by David Ramos / POOL / AFP)
De réelles chances de qualification... à huis clos
Des adversaires peu attractifs, trois déplacements à l'étranger mais aussi la possibilité de se qualifier pour le prochain tour de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, voilà ce qui attend les clubs luxembourgeois à la fin de ce mois d'août. L'UEFA ne fera pas de concessions et les rencontres se joueront sans spectateurs.
Sébastien Thill, en jaune et noir, FC Progrès Niederkorn, et Cédric Sacras, CS Fola Esch / Foto: Stéphane Guillaume
Cinq mois plus tard, le retour de la Ligue des Champions
Avant le «Final 8» de Lisbonne à partir du 12 août, Lyon peut faire chuter vendredi la Juventus de Cristiano Ronaldo, alors que d'autres géants de l'épreuve, Zinedine Zidane et le Real Madrid, sont en grand danger face à Manchester City.
Lyon's players jog during a training session at the Juventus stadium in Turin on August 6, 2020 on the eve of the UEFA Champions League football match Juventus vs Olympique Lyonnais, played behind closed doors due to the spread of the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. (Photo by Miguel MEDINA / AFP)
Le huis clos suscite la controverse
L'Europe du football réduite au silence: face au coronavirus, les phases finales de Ligue des champions et de Ligue Europa se joueront sans spectateur à partir de ce mercredi. Une solution logique mais polémique, d'autant que certains supporters pourraient malgré tout affluer autour des stades.
Chelsea's Argentinian goalkeeper Willy Caballero (R) takes a goal kick in front of empty seats during the English FA Cup final football match between Arsenal and Chelsea at Wembley Stadium in London, on August 1, 2020. (Photo by Catherine Ivill / POOL / AFP) / NOT FOR MARKETING OR ADVERTISING USE / RESTRICTED TO EDITORIAL USE