Changer d'édition

«Un plan établi dans l'urgence»
Sport 6 5 min. 16.07.2020

«Un plan établi dans l'urgence»

André Hoffmann espérait que le COSL joue un rôle plus actif dans le déconfinement du monde sportif.

«Un plan établi dans l'urgence»

André Hoffmann espérait que le COSL joue un rôle plus actif dans le déconfinement du monde sportif.
Photo: Fernand Konnen
Sport 6 5 min. 16.07.2020

«Un plan établi dans l'urgence»

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Président du Comité olympique et sportif luxembourgeois depuis 2012, André Hoffmann se réjouit du retour de la pratique sportive au pays mais il regrette la manière dont le projet «Restart Sport» a été mis en place.

Sans cette crise sanitaire du covid-19, l'effervescence aurait été de mise au sein du mouvement olympique. Les JO de Tokyo 2020 auraient dû débuter dans une semaine, le vendredi 24 juillet. Au lieu de cela, l'ensemble du sport, à l'instar d'autres secteurs de l'activité, a rongé son frein et pris son mal en patience. Mais aujourd'hui, l'heure est à la reprise. 

Quel est votre état d'esprit à l'heure actuelle?

André Hoffmann: «Toutes les restrictions sur les sports et les athlètes ont été levées, c'est une très bonne chose. Les activités sportives sans contact physique en plein air et en salle sont à nouveau autorisées sous réserve de l'ouverture des infrastructures sportives. Le sport est un élément du tissu social au Luxembourg et de nombreuses personnes s'adonnent à cette pratique. Sortir, bouger, voir des gens, le sport fait partie de la solution et n'est pas un problème. Le sport n'est pas la cause n°1 de la recrudescence des cas de covid-19.

Les écoliers ont repris le chemin des classes mais les salles de gym sont restées vides. Quel regard portez-vous sur l'absence des cours d'éducation physique? 

«Au début de la crise, le sport a été mis de côté dans les nombreuses réflexions des décideurs et je peux le comprendre. Mais depuis le déconfinement du pays et la réouverture des écoles et des lycées, je regrette l'absence de ces cours. A mes yeux, la pratique d'une activité physique régulière est primordiale pour le bon développement et la santé des enfants. J'ose espérer qu'à la rentrée, les élèves retrouveront leurs cours d'éducation physique. 

En tant que Comité olympique, quel regard portez-vous sur les dernières décisions qui ont été prises dans le domaine du sport au cours des dernières semaines?

«J'ai le sentiment que nous avons avons été un peu mis à l'écart. Nous avons eu des entretiens réguliers avec le ministère des Sports mais nous n'avons pas eu notre mot à dire dans l'élaboration des décisions à propos du déconfinement. Nous sommes pourtant l'organe représentatif des sports au Luxembourg. J'aurais souhaité que le COSL soit impliqué davantage à ce niveau.   

Avez-vous un exemple en particulier?

«Le plan "Restart" mis en place par le ministère, nous l'avons découvert via la presse et c'était une surprise pour nous. Ce plan présente avant tout des aides financières directes pour les clubs, ce qui est une bonne chose. Mais il aurait pu proposer une autre clé de répartition. Par exemple le fait que les communes pourront recourir aux services d'un «coordinateur sportif» dont le salaire sera pris en charge par l'Etat (50% des frais salariaux, plafonnés à 150% du salaire social minimum pour salariés qualifiés pendant trois ans) est une bonne chose. Mais cela n'est pas directement lié à la crise du covid-19. Pareil pour le  financement d'un expert en informatique qui sera engagé par le COSL pour assister les fédérations dans leur transition vers davantage de digitalisation. Il y a matière à discuter dans ce plan, tout n'est pas mauvais, loin de là mais il a été établi dans l'urgence et ce qui est fait dans l'urgence est rarement parfait même si c'est mieux que rien. 


Aufwaermen Sporting Bartringen
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, Saison 2016-2017 / 11.06.2017 /
Nationaler Fussballtag / 
Stade du Deich, Ettelbrueck /
Foto: Ben Majerus
Une aide de deux millions d'euros pour les clubs
Le gouvernement va de nouveau délier les cordons de sa bourse et cette fois c'est le monde sportif qui va en bénéficier. 1.600 associations sportives vont en effet profiter de 40% d'une enveloppe globale de cinq millions d'euros accordée par le ministère des Sports.

 Le retour à une certaine normalité se profile pour le sport, ce qui n'empêche que vous avez été sollicité par les clubs de football qui seront amenés à se produire sur la scène européenne à partir du mois d'août. Le Fola, le Progrès, le Titus Pétange et Differdange souhaitent aller plus loin dans leur pratique sportive.

«Ces clubs ont en effet envoyé un courrier au COSL et au ministère des Sports. Nous avons été en contact avec pas mal de fédérations pour évoquer les problèmes d'entraînement. Etablir un nouveau protocole pour quelques jours n'aurait eu aucun sens. Le projet de loi qui vise à autoriser à nouveau les contacts, sera voté ce jeudi et il devrait entrer en vigueur samedi. 

Conséquence de cette interdiction de disputer des rencontres amicales sur le sol luxembourgeois, les clubs ont migré en Belgique et en France. A Arlon, le Fola a battu samedi ses voisins de l'US Esch (4-0) et à Uckange, lundi, le Progrès a écarté Differdange (5-1). 


Comment avez-vous accueilli le report des Jeux de Tokyo à l'été 2021? 

«Avec satisfaction. Il faut se rappeler qu'au début du confinement, aucune décision n'avait été prise concernant les JO 2020 (le report a été acté le 24 mars). Il y avait une certaine pression. Les athlètes devaient poursuivre leur préparation dans un contexte difficile. Nous avons accueilli cette annulation comme un soulagement. Nous avons déjà organisé une partie du planning pour 2021 mais à l'heure actuelle, ma priorité se concentre sur le retour de la pratique sportive au niveau national.»  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une aide de deux millions d'euros pour les clubs
Le gouvernement va de nouveau délier les cordons de sa bourse et cette fois c'est le monde sportif qui va en bénéficier. 1.600 associations sportives vont en effet profiter de 40% d'une enveloppe globale de cinq millions d'euros accordée par le ministère des Sports.
Aufwaermen Sporting Bartringen
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, Saison 2016-2017 / 11.06.2017 /
Nationaler Fussballtag / 
Stade du Deich, Ettelbrueck /
Foto: Ben Majerus
Trente-deux sports (et pas un de plus) à pratiquer
Pas de contact, pas en équipe, sans vestiaire, pas dans une piscine. Mais pour quelle discipline sportive est-il encore possible de chausser les baskets. Le ministre des Sports, Dan Kersch, a livré ses arbitrages.
A youth plays basketball in a park on May 4, 2020 in Rome as Italy starts to ease its lockdown, during the country's lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. - Stir-crazy Italians will be free to stroll and visit relatives for the first time in nine weeks on May 4, 2020 as Europe's hardest-hit country eases back the world's longest nationwide coronavirus lockdown. (Photo by Filippo MONTEFORTE / AFP)
Du sport, oui mais en plein air et sans contact
Si le gouvernement desserre à partir de lundi son étreinte concernant la pratique sportive, toutes les mesures de distanciation restent de rigueur et tous les contacts prohibés. Le ministre des Sports a par ailleurs réaffirmé, vendredi, que toutes les infrastructures indoor resteraient fermées.
Tennis players playing a match on the court on a sunny day