Changer d'édition

Un bloc défensif imperméable et un réalisme implacable
Sport 4 min. 23.08.2018 Cet article est archivé

Un bloc défensif imperméable et un réalisme implacable

Dave Turpel passe entre Constantin Paun et Ovidiu Hoban. L'attaquant dudelangeois a été le détonateur de cette rencontre contre Cluj.

Un bloc défensif imperméable et un réalisme implacable

Dave Turpel passe entre Constantin Paun et Ovidiu Hoban. L'attaquant dudelangeois a été le détonateur de cette rencontre contre Cluj.
Photo: Kuva
Sport 4 min. 23.08.2018 Cet article est archivé

Un bloc défensif imperméable et un réalisme implacable

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Le jeu et les joueurs

En s'imposant 2-0 contre le CFR Cluj, jeudi soir, le F91 a fait un grand pas vers la phase de poule de l'Europa League dont rêvent les Dudelangeois. Turpel et Sinani ont marqué, Prempeh a sauvé les siens mais Joubert est sérieusement blessé.

Cette rencontre a longtemps ressemblé à une partie de poker menteur, chacun des deux adversaires ne voulant trop dévoiler ses cartes avant l'ouverture du score signée Turpel. Sinani, d'un superbe coup de patte, a offert deux buts d'avance à son équipe avant le match retour, le jeudi 30 août, mais il s'en est fallu de peu pour que les Roumains reviennent au score: la vista de Prempeh. Au retour, le F91 devra se montrer tout aussi intraitable en défense et efficace en attaque.

Jonathan Joubert (6/10): un match plutôt tranquille pour l'ancien international qui a toujours cherché à relancer proprement même à longue distance. Il a dû quitter ses partenaires après un gros tampon de Menea qui s'est jeté dans ses jambes à la 47e minute. Il a dû sortir sur une civière en souffrant (47e). Aux dernières nouvelles, il s'agirait d'une fracture du tibia. Deux minutes après son entrée en jeu, Joé Frising (6) a mis sa jambe droite en opposition sur une frappe en pivot d'Omrani. Trompé par Tucudean, il a été sauvé par Prempeh avant d'assurer le coup par après.

Kevin Malget (6): après avoir dépanné dans l'axe contre le Legia Varsovie, il a suppléé l'absence d'Edisson Jordanov (suspendu) sur le côté droit de la défense à quatre. Parfois en difficulté, il a apporté son écot offensivement. Une prestation surtout marquée par une reprise de volée contrée (13e) et le centre pour Couturier qui amène l'ouverture du score (67e).

Tom Schnell (7): le patron de la défense qui donne de la voix et régule la circulation. Toujours précieux dans son jeu de tête, il s'est rattrapé de chaque erreur comme celle qu'il commet devant Tucudean en début de match avant d'aller rechercher l'attaquant.

Jerry Prempeh (8): rien que pour son sauvetage de la 75e minute, lorsque Frising est pris de vitesse par Tucudean, il mérite des lauriers. Son geste salvateur permet au F91 de garder son avance et la confiance qui va avec pour la fin de match. Doit encore cadrer ses frappes au but (20e), mais on ne lui en veut pas...

Aniss El Hriti (7): ses relances en profondeur à destination de Turpel doivent encore gagner en précision, mais quelle activité tout au long du match. Une prestation sérieuse et de belles aptitudes dans les centres que le F91 devra faire fructifier.

Stelvio Cruz a perdu quelques ballons mais sa présence a été un must dans l'entre-jeu du F91.
Stelvio Cruz a perdu quelques ballons mais sa présence a été un must dans l'entre-jeu du F91.
Photo: Kuva

Stelvio Cruz (7): pas toujours dans le bon tempo en début de rencontre, il est monté en puissance à mesure qu'il entrait dans les duels. Il a tenu la baraque au milieu dans les temps faibles de sa formation.

Marc-André Kruska (6): il a alterné le très bon comme sa passe pleine surface pour Stumpf (3e) ou par sa manière de tenir le ballon, mais il a parfois connu des moments de moins bien. Il a reçu un carton jaune à la 35e et sera suspendu au match retour.

Dominik Stolz (7): son positionnement défensif n'est pas son point fort à l'image de l'action où il laisse Camora partir dans son dos en début de rencontre, mais dès que le ballon passe la ligne médiane il est dans son élément. Il a su augmenter son volume de jeu en deuxième période pour se montrer plus présent aux avant-postes.

Clément Couturier (7): un début de rencontre sur la pointe des pieds avant de monter sacrément en puissance, à la fois dans les duels et la relance. Buteur face au Legia, il aurait pu s'offrir un nouveau but s'il avait davantage enroulé sa frappe de la 67e. Mais son essai amène le but de Turpel. Auteur aussi d'une belle reprise de volée à la 57e. A bout de souffle, il a été remplacé par Bryan Mélisse pour les dernières minutes.

Patrick Stumpf (5): beaucoup d'envie, de harcèlement sur les défenseurs, mais pas la moindre occasion à se mettre sous la dent. Danel Sinani a pris le relais à la 64e avec un grand bonheur. Il a apporté sa technique, sa vitesse d'exécution dans les petits espaces et surtout un coup de patte magnifique sur coup franc qui donne deux buts d'avance à sa formation.

Dave Turpel (8): du Turpel comme on l'aime. Toujours à la  bagarre sur des ballons qui semblent perdus. Un coup de rein terrible pour décocher une frappe trop croisée (28e) et le flair du buteur qui s'arrache sur le ballon repoussé par Arlauskis suite à la tentative de Couturier pour ouvrir le score (67e).

En l'absence d'Edisson Jordanov, Kevin Malget a rempli sa mission et a été à la base de l'ouverture du score.
En l'absence d'Edisson Jordanov, Kevin Malget a rempli sa mission et a été à la base de l'ouverture du score.
Photo: Kuva



Sur le même sujet

Le jeu et les joueurs: Dave Turpel n'a pas (encore) l'instinct de «tueur»
L'équipe nationale a de nouveau pris son rendez-vous international par le bon bout. Le 4-4-2 mis en place par Luc Holtz, samedi soir, a failli se montrer payant par deux fois en début de match mais, idéalement placé, Dave Turpel  n'a pas trouvé les filets visiteurs. Yarmolenko, lui, s'est montré plus «tueur» et l'Ukraine s'est imposée 3-0. Dommage...
Dave Turpel, ici face Tymoshchuk, aurait peut-être pu inverser le cours de cette rencontre face à l'Ukraine.