Changer d'édition

Trois questions à...: Damien Raths: «Des erreurs ont été commises lors du recrutement»
Sport 3 min. 14.11.2016 Cet article est archivé

Trois questions à...: Damien Raths: «Des erreurs ont été commises lors du recrutement»

Christophe da Silva et les Canaris ont du mal à prendre leur envol.

Trois questions à...: Damien Raths: «Des erreurs ont été commises lors du recrutement»

Christophe da Silva et les Canaris ont du mal à prendre leur envol.
Photo: Fernand Konnen
Sport 3 min. 14.11.2016 Cet article est archivé

Trois questions à...: Damien Raths: «Des erreurs ont été commises lors du recrutement»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Dixième défaite en onze sorties pour l’Avenir Beggen battu 3-2 à la régulière par l’Union Mertert/Wasserbillig samedi. Avec un point sur trente-trois au compteur, la descente en D1 semble inéluctable pour les Canaris. Conscient de la situation, le président Damien Raths ne cède pas au découragement et, au contraire, croit en son club.

Dixième défaite en onze sorties pour l’Avenir Beggen battu 3-2 à la régulière par l’Union Mertert/Wasserbillig samedi. Avec un point sur trente-trois au compteur, la descente en D1 semble inéluctable pour les Canaris. Conscient de la situation, le président Damien Raths ne cède pas au découragement et, au contraire, croit en son club.

Propos recueillis par Vincent Lommel

Président, que vous inspire la défaite contre Mertert/Wasserbillig?

Nous n’étions pas du tout dans le coup en première mi-temps. Le score de 2-0 est logique. Après le café, le jeu s’est amélioré mais, clairement, c'est insuffisant pour espérer prendre quelque chose. Dès qu’on encaisse, le moral en prend un coup et se relever est quasi impossible.Le constat saute aux yeux: l’effectif n’est pas assez fort pour la Promotion d’Honneur. Le départ de l’attaquant Runser n’a pas été compensé et des erreurs ont été commises lors du recrutement. Des clubs ont pris des nouvelles chez Runser: ils proposent une offre que Beggen n’est pas en mesure de concurrencer. Le duo Wagner-Felten a débuté la saison puis a été remplacé par Paulo Gomes qui est un entraîneur avec une autre méthode de travail. L’équipe s’améliore… mais est incapable de marquer (8 buts inscrits en 990 minutes soit 1/124’). Les points manquent. Le constat est implacable. 

Vous entamez votre quatrième année de présidence. Les trois premières furent exaltantes (3e en D1, champion en D1 et le maintien en PH) au contraire de la quatrième qui, elle, semble morose. Croyez-vous toujours au maintien en PH?

Beggen compte dix de points de retard sur le premier club sauvé, Norden 02 (11e) que nous affrontons dans quinze jours. Un dessin est inutile: gagner. Dans le meilleur des cas, être barragiste serait le meilleur résultat possible. Je savais la saison de la confirmation délicate mais je pensais, tout le monde pensait, que nous allions prendre plus de points. Un après onze journées, c’est famélique. La situation m’attriste car l’Avenir est un nom au pays.  On espérait se stabiliser, et c’est tout le contraire vu les résultats depuis le mois d’août. Il ne faut jamais renoncer car il reste une petite chance! Les supporters n’accepteraient pas de nous voir baisser les bras. Le comité envisage recruter deux joueurs (à vocation offensive) lors du mercato hivernal. Ma quatrième campagne devrait être moins en réussite que les précédentes. Le cas échéant, il convient de l’accepter. Aucun problème.

Quels seront vos objectifs en cas de descente en Division 1? Ambitionnez-vous remettre l’Avenir Beggen sur la carte du football grand-ducal?

Nous ne possédons pas les budgets des autres - on a su le boucler les trois dernières années. On a, peut-être, plus de sponsors que certains clubs mais, fort malheureusement, ils donnent de petites sommes alors qu’un peut parfois suffire à voir venir. Bref. On compose avec nos moyens. Beggen reste le seul club de la ville. Beggen est un nom connu… même à l’étranger. Son potentiel est énorme - des travaux de rénovation (vestiaires, buvette, tribune, parking, et cetera) débutent ce lundi pour une durée estimée à trois ans maximum - et, assurément, le souhait est, tôt ou tard, de retrouver la BGL Ligue. Le président que je suis traverse une période difficile. Je reste calme et il n’est pas question de partir. Il y a beaucoup à faire à l’Avenir Beggen. Je reste optimiste.  

 


Sur le même sujet

Promotion d'Honneur: Beggen: entre fatalisme et reconstruction
Mathématiquement condamné à un retour en Division 1 deux ans après l'avoir quittée, l'Avenir Beggen a connu ce dimanche une dix-huitième défaite cette saison sur la pelouse de Sandweiler (4-1). La parole aux joueurs, dirigeants et sympathisants des Canaris.
Luc Wolff parle de reconstruction, mais Beggen se relèvera-t-il?