Changer d'édition

Trois Luxembourgeois visent les JO de Pékin
Sport 4 min. 03.12.2021
Jeux olympiques d'hiver

Trois Luxembourgeois visent les JO de Pékin

Matthieu Osch avait porté l'étendard luxembourgeois seul aux JO de 2018.
Jeux olympiques d'hiver

Trois Luxembourgeois visent les JO de Pékin

Matthieu Osch avait porté l'étendard luxembourgeois seul aux JO de 2018.
Photo: AFP
Sport 4 min. 03.12.2021
Jeux olympiques d'hiver

Trois Luxembourgeois visent les JO de Pékin

En slalom, en géant ou en skeleton, il reste encore des chances pour des sportifs du Grand-Duché de participer aux Olympiades d'hiver qui débutent en février 2022. Mais rien n'est fait pour l'heure.

(pj avec André KLEIN) - Dans deux mois, les Jeux olympiques d'hiver débuteront à Pékin. Du 4 au 20 février, les meilleurs athlètes du monde se disputeront les 109 épreuves au programme dans 15 disciplines différentes. En 2014 lors des Jeux de Sochi (en Russie), seul Kari Peters avait représenté le Luxembourg. Quatre ans plus tard, en Corée du Sud, encore un seul ''Lion rouge'' aux JO en la personne de Matthieu Osch. Ce dernier reste en lice pour rejoindre la Chine en 2022, mais le jeune sportif aimerait bien avoir des compagnons nationaux pour le voyage.


Paris Saint-Germain's Argentine forward Lionel Messi reacts after being awarded the the Ballon d'Or award during the 2021 Ballon d'Or France Football award ceremony at the Theatre du Chatelet in Paris on November 29, 2021. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)
Et à la fin, c'est Messi qui gagne
Lionel Messi a remporté le Ballon d'Or 2021, le septième pour l'Argentin et le premier de l'histoire du Paris SG. Voilà la "puce" un peu plus au firmament du football après avoir devancé, lundi, Robert Lewandowski et Jorginho.

A 22 ans toutefois, le skieur Matthieu Osch reste celui qui a les meilleures chances de décrocher son billet. Il espère toujours s'aligner en slalom et slalom géant même si la fédération internationale de ski a durci son système de qualifications. «Les sélections ont débuté depuis juillet 2020 et j'ai déjà atteint l'objectif que nous avions fixé avec le COSL (comité olympique et sportif luxembourgeois). Mieux : en géant, j'ai ensuite rempli la norme olympique. Cela devrait suffire pour pouvoir concourir dans les deux disciplines.»

Cette semaine, Matthieu Osch a disputé ses quatre premières courses de la saison en Finlande. Un prochain rendez-vous l'attendait le 11 décembre, en Suisse, mais covid oblige l'épreuve a été annulée. «Je dois maintenant voir où je peux encore courir. Italie ou Bosnie seraient une option, ou peut-être à nouveau en Finlande. Tout cela va dépendre beaucoup de la météo, c'est pourquoi ce sont souvent des décisions de dernière minute.».

En attendant, le slalomeur ne cesse de penser à ces JO possibles : «Je sais que la concurrence est énorme aux Jeux olympiques mais aux derniers championnats du monde, j'ai réussi à me classer dans le top 30, et c'était mieux que prévu». Atteindre ce niveau en Chine serait satisfaisant déjà, mais encore faut-il que le 16 janvier prochain le COSL confirme sa sélection.

Jeff Bauer pourrait devenir le premier Luxembourgeois à concourir en skeleton aux JO.
Jeff Bauer pourrait devenir le premier Luxembourgeois à concourir en skeleton aux JO.
Photo: John Bauer

Jeff Bauer, lui, porte sur ses épaules les espoirs d'une qualification en skeleton. Une première pour un Luxembourgeois. Il lui reste encore cinq épreuves pour décrocher le billet qui lui ouvrirait les portes des Jeux, trois à Lake Placid (USA) et deux à Altenberg (Allemagne). «Je fais tout pour revenir dans le top 60, car j'aurais alors le droit de participer à la qualification pour les 25 places ouvertes», se motive celui qui, pour l'heure, plafonne à la 65e place...

Il y a quatre ans, Jeff Bauer avait raté la sélection pour un problème administratif, le règlement olympique ne l'intégrant pas dans les quotas possiblement accessibles au Luxembourgeois né aux Etats-Unis. «Le Luxembourg m'a toujours apporté un soutien exceptionnel, le COSL, le ministère des Sports, ma fédération... Ce serait formidable de pouvoir rendre quelque chose en retour», déclare-t-il ému. A 48 ans, l'opportunité ne se représentera peut-être plus après. 

A 22 ans, Matthieu Osch reste le meilleur espoir de qualification.
A 22 ans, Matthieu Osch reste le meilleur espoir de qualification.
Photo : dpa

«Kari a simplement besoin maintenant de courses adaptées et d'un peu de chance», explique Heinz Thews, chef de mission du COSL. Sauf que la saison hivernale de Kari Peters a mal débuté. Des pépins de santé privant le Dudelangeois de 36 ans des premières épreuves. Ses derniers résultats toutefois lui laissent espérer une place pour Pékin parmi les fondeurs. «Il a été très exposé aux blessures au cours des trois ou quatre dernières années et doit absolument rester à l'abri des blessures maintenant, là il aura une chance. Son rêve est de prendre le départ de la course de cross-country de 50 km».

Le spécialiste du short-track, Peter Murphy, quant à lui, a dû subir une opération cet été. De quoi toujours lui valoir une rééducation et une petite forme qui l'a contraint à déclarer forfait pour Pékin. Mais pour Heinz Thews, Peter Murphy reste toutefois un espoir pour l'avenir «qu'il faut garder à l'œil». 

Une pépite nommée Gwyneth

Et que dire alors de Gwyneth ten Raa, 16 ans. Elle pourrait bien être la pépite luxembourgeoise qui brille sur slalom et en géant. «Nous savions tous qu'elle était douée, mais on ne pouvait vraiment pas s'attendre à ce qu'elle réalise déjà des performances aussi fortes», s'enthousiasme le chef de mission.

16 ans mais terriblement talentueuse, Gwyneth ten Raa.
16 ans mais terriblement talentueuse, Gwyneth ten Raa.
Photo: collection privée

L'entraîneur national Gilles Osch ne tarit pas d'éloges, lui non plus : «Gwyneth est le meilleur talent féminin que le ski luxembourgeois ait jamais eu. Elle réunit beaucoup de choses qui font une bonne skieuse : du talent, beaucoup d'entraînement dans de bonnes structures, un physique fort qu'elle construit consciencieusement et beaucoup de passion pour son sport. A cela s'ajoute un environnement familial avec un soutien engagé ainsi que la tête et l'intelligence pour mettre tout cela en pratique».

Mais en ce début décembre, Gwyneth ten Raa n'a toutefois pas réalisé les minima imposés. Mais elle n'en est plus très loin... «Elle commence seulement à entrer dans le vif du sujet et je serais très heureux qu'elle y parvienne» assure Heinz Thews qui va suivre la demoiselle attentivement. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet