Changer d'édition

Tottenham cogne Dortmund, le Real gagne à l'expérience
Son ajuste Bürki du plat du pied droit pour le premier des trois buts des Spurs.

Tottenham cogne Dortmund, le Real gagne à l'expérience

Photo: AFP
Son ajuste Bürki du plat du pied droit pour le premier des trois buts des Spurs.
Sport 3 min. 13.02.2019

Tottenham cogne Dortmund, le Real gagne à l'expérience

Tottenham a un pied en quart de finale de la Ligue des champions après son succès 3-0 contre Dortmund ce mercredi à Wembley. Le Real a lui laissé passer la tempête à l'Ajax avant de frapper (1-2).

(AFP). Tottenham a mis un pied en quart de finale de la Ligue des champions après sa victoire renversante contre Dortmund (3-0), grâce notamment à deux buts en fin de match, mercredi en huitième de finale aller.

Depuis son arrivée, Mauricio Pochettino n'avait jamais réussi à passer le cap des huitièmes: le voilà en passe de le faire grâce à l'excellente seconde période de ses «Spurs», inspirés à l'image d'un Son Heung-min tranchant et d'un Hugo Lloris impérial.

L'entraîneur argentin avait créé une petite surprise en titularisant Lucas Moura aux dépens de Fernando Llorente. Un choix plutôt inattendu tant l'Espagnol et le Sud-Coréen avaient bien combiné lors des trois dernières journées de championnat, permettant aux «Spurs» de continuer à gagner malgré les absences sur blessures des vedettes Harry Kane et Dele Alli.

Côté Dortmund, Lucien Favre avait récupéré un renfort attendu avec le latéral français Dan-Axel Zagadou sur le flanc gauche. Un retour attendu alors que la défense allemande s'est fait poreuse ces dernières semaines (six buts sur les deux derniers matches), notamment en raison de la blessure du patron suisse Manuel Akanji.

A Wembley, les leaders de la Bundesliga ont d'abord dominé la première période, la vitesse des Sancho et Pulisic faisant des merveilles. A vrai dire, les «Spurs» n'ont dû leur salut qu'à un grand Lloris, intraitable.

Il a d'abord dit non à Pulisic, qui s'était aventuré dans la surface en chipant un ballon (15e). Le champion du monde s'est montré ferme sur la puissante frappe lointaine de Delaney (35e).

Le capitaine de Tottenham a ensuite tapé du poing sur la table sur une tête de Zagadou à bout portant juste avant la pause (45e). Un plongeon, une main résolue et un arrêt de grande classe pour sauver les Londoniens et empêcher les joueurs de la Ruhr de concrétiser leur domination.

Le portier des Bleus avait gagné suffisamment de temps... pour permettre à Pochettino de resserrer deux-trois boulons à la pause.

Dès la reprise, ils sont passés devant! Sur un ballon récupéré haut par Eriksen, Vertonghen a centré parfaitement pour Son, parti dans le dos de Zagadou. Le Sud-Coréen n'a pas manqué sa chance, fusillant Bürki du plat du pied (47e).

En l'absence de Kane, «Sonny» a rappelé qu'il était indispensable, lui qui a désormais marqué lors de ses quatre dernières sorties en club.

Derrière, les Londoniens ont bien répondu aux réglages de Pochettino. Les joueurs du Borussia n'ont pas tiré une seule fois au but en seconde période.

Mieux, à force de dominer, les Anglais ont doublé la mise, grâce à un superbe centre d'Aurier, sur lequel a plongé Vertonghen (83e). Les Londoniens ont même continué à pousser et Llorente, juste après son entrée, a imposé son gabarit pour rabattre victorieusement un corner d'Eriksen (86e).

Deux buts tardifs qui permettront aux «Spurs» de voyager l'esprit serein au Signal Iduna Park.

Benzema et la VAR coulent l'Ajax

Le Real Madrid, dominé comme jamais, est allé s'imposer à Amsterdam (2-1), mercredi, lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions face à l'Ajax, qui a eu un but refusé par l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR).

Le triple champion en titre est encore en vie. Mais le Real a dû attendre la seconde période, une frappe sublime de son buteur français (59e) et le réalisme de Marco Asensio (87e) pour garder la tête hors de l'eau.

Car, avant ça, les Merengues ont plié sous la pression et le rythme imposés par les Néerlandais. Le but refusé à Nicolas Tagliafico (39e) par la VAR, une première dans l'histoire de la Ligue des champions, n'a fait que retarder l'inévitable.

L'égalisation de Hakim Ziyech (75e) a vite été effacée par Asensio, qui s'est montré le plus malin pour placer le Real en bonne position avant le match retour, le 5 mars, à Santiago-Bernabeu.

La VAR fait ses débuts en C1 pour ces huitièmes de finale, huit mois après son introduction en Coupe du monde mais aussi six mois plus tôt que prévu.


Sur le même sujet