Changer d'édition

Toni Luisi: «J'ai beaucoup appris à Dudelange»
Sport 4 min. 29.10.2018 Cet article est archivé

Toni Luisi: «J'ai beaucoup appris à Dudelange»

Toni Luisi, ici face au Pétangeois Joël Da Mata, va retrouver le F91 avec beaucoup d'ambitions.

Toni Luisi: «J'ai beaucoup appris à Dudelange»

Toni Luisi, ici face au Pétangeois Joël Da Mata, va retrouver le F91 avec beaucoup d'ambitions.
Photo: Ben Majerus
Sport 4 min. 29.10.2018 Cet article est archivé

Toni Luisi: «J'ai beaucoup appris à Dudelange»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Avant F91 Dudelange - Jeunesse Esch ce mercredi à 19h30

En pleine bourre actuellement, Toni Luisi se déplace à Dudelange avec la Jeunesse pour ce qui pourrait être un tournant du championnat. L'attaquant prêté par le F91 évoque ce duel que les Bianconeri abordent avec le statut de leader.

  • Vous vous êtes facilement qualifiés contre Kärjéng (5-0) pour les huitièmes de finale de la Coupe de Luxembourg, la défaite enregistrée à Pétange est-elle oubliée?

Après la défaite concédée à Pétange, il était important pour le groupe de montrer une réaction et de gagner en confiance. Cette victoire en Coupe de Luxembourg contre Käerjéng était importante pour être à nouveau bien dans nos têtes avant d'aborder ce match contre Dudelange. On a peut-être manqué un peu de réalisme, mais nous avons inscrit cinq buts et nous nous sommes remis dans le bon chemin.

  • Vous êtes le meilleur buteur de la Jeunesse avec cinq réalisations. Vous venez de faire trembler les filets à trois reprises en Coupe. Avez-vous retrouvé toutes vos sensations après deux saisons au cours desquelles vous avez peu joué?

Je ne pense pas avoir perdu mes sensations ni mes qualités d'attaquant, je n'ai simplement pas assez joué pour les montrer. Ce n'était pas évident de rester sur le banc, ni même d'entrer en fin de match pour disputer cinq ou dix minutes de match. Dans ces conditions, c'est toujours difficile de faire la différence. Maintenant, j'ai la confiance de l'entraîneur (Marc Thomé)  qui me titularise en attaque, qui me place en pointe. Cela me permet de lui montrer que je peux marquer des buts. Le coach et mes partenaires savent que je peux être dangereux devant le but. Cela fait quelques matches à la suite que je dispute 90 minutes et cette régularité me permet d'aller au maximum de mes possibilités.

  • Comment avez-vous vécu ces deux dernières années?

Ce n'est effectivement pas cela que j'avais prévu ou souhaité. Mais, pour moi, la dernière saison passée à Dudelange, n'a pas été gâchée. Au contraire, j'ai beaucoup appris au contact des meilleurs joueurs du Luxembourg. Les entraînements étaient assez intensifs et il existait une grosse concurrence comme chacun le sait. Un bon joueur peut se retrouver sur le banc ou même dans la tribune. J'espère toutefois que cette période où je ne jouais pas trop est terminée.

«Aujourd'hui, la sélection  n'est pas un objectif»

  • N'avez-vous pas l'impression d'avoir perdu votre temps, d'avoir ralenti votre progression alors que vous êtes un jeune joueur (24 ans) qui a besoin de temps de jeu pour évoluer?

Non, j'ai beaucoup appris, dans tous les domaines, et c'est sans doute pour cela que je marque maintenant.

  • Vous flambez actuellement, est-ce que retrouver la sélection est un objectif pour vous?

Aujourd'hui, la sélection  n'est pas un objectif. Je me concentre en priorité sur la Jeunesse. Je regarde les matches de l'équipe nationale, je remarque qu'elle a beaucoup évolué, qu'elle dispose de très bons joueurs qui se consacrent entièrement au football. Mais on ne sait jamais...

  • Serez-vous de la partie contre Dudelange au même titre que tous les joueurs prêtés par le F91?

C'est le choix du coach mais je le pense. Marc Thomé avait indiqué qu'il ne prendrait pas de joueurs dans son équipe qui ne pourraient disputer l'intégralité des matches de championnat. On est donc tous disponibles.

  • Comment vous sentez-vous avant ce rendez-vous au stade Nosbaum?

Une chose est sûre, c'est que nous n'irons pas là-bas avec la peur au ventre. Nous nous déplacerons pour faire un résultat. Nous savons que nous en sommes capables. Les Dudelangeois savent aussi que ce ne sera pas un match facile pour eux, qu'ils devront évoluer en étant à 100% concentrés.

«Il ne faudra pas leur laisser d'espaces»

  • Vous connaissez parfaitement cette équipe de Dudelange. Quelle est la recette pour la battre?

Dès le coup d'envoi, il nous faudra être agressifs dans les duels. Il faudra leur montrer qu'on est présent. Ensuite, il ne faudra pas leur laisser d'espaces, sinon on sait que des joueurs comme Turpel, Sinani ou Stolz pourront en profiter. Pour la tactique, c'est au coach de la déterminer.

  • Pour espérer obtenir un résultat positif, tous les Eschois seront concernés par le travail défensif...

Ce sont effectivement les consignes du coach. Il me dit de beaucoup travailler défensivement. Je m'y applique et il est satisfait de mon travail à ce niveau. Il me dit toujours: «Fais bien ton travail défensif, pour le reste je te fais confiance». Ce n'est pas forcément naturel chez moi, mais le football moderne oblige les attaquants à être les premiers défenseurs.

  • Ce match a pour vous un goût particulier. Pensez-vous qu'il peut être un tournant de la saison?

Ce genre de rencontre a forcément un goût particulier lorsque l'on rencontre ses ex-coéquipiers. Mais sur le terrain, on ne pense pas que ce sont d'anciens partenaires, on essaye de faire du mieux possible et gagner. Ce match sera très important pour la suite de la compétition. Il n'est plus temps de parler, si nous voulons être champion nous devons gagner à Dudelange.

 


Sur le même sujet