Changer d'édition

Stéphane Borbiconi: «Le poste de latéral droit à Metz? Balliu, Rivierez puis Jans»
Sport 4 min. 09.11.2018 Cet article est archivé

Stéphane Borbiconi: «Le poste de latéral droit à Metz? Balliu, Rivierez puis Jans»

Farid Boulaya et Metz sont en quête de rachat à Châteauroux après la défaite concédée face à Auxerre

Stéphane Borbiconi: «Le poste de latéral droit à Metz? Balliu, Rivierez puis Jans»

Farid Boulaya et Metz sont en quête de rachat à Châteauroux après la défaite concédée face à Auxerre
Photo: Michel Dell'Aiera
Sport 4 min. 09.11.2018 Cet article est archivé

Stéphane Borbiconi: «Le poste de latéral droit à Metz? Balliu, Rivierez puis Jans»

Après avoir totalement failli face à Auxerre, le FC Metz s’en va à Châteauroux (14e journée de L2) ce vendredi (20h) avec l’espoir de se refaire une santé morale et physique. L’ex-Grenat Stéphane Borbiconi présente les débats.

Par Hervé Kuc

Stéphane, qu’avez-vous pensé de la prestation messine lundi face à l’AJ Auxerre?

La partie a été compliquée pour le FC Metz. J’estime que les Auxerrois ont fourni un très bon match et cette rencontre m’a fait penser à celle face à Amiens (1-2) en Coupe de la Ligue. Pour se maintenir, Auxerre et Amiens doivent proposer une bonne assise défensive et c’est ce qu’ils ont fait. De plus, l’AJ Auxerre et son milieu à cinq éléments nous a perturbés. En face, ce ne sont pas des chèvres quand même!

Le FC Metz a néanmoins affiché un taux de déchets techniques assez important. Pourquoi?

Frédéric Antonetti l’a dit après la rencontre: son équipe a fait preuve de précipitation et n’a pas trouvé la clé du verrou. Il a procédé à deux changements à la pause, mais il y a des jours comme ça où rien ne va. Regardez Ivan Balliu que j’ai pu observer puisqu’il a évolué juste devant mes yeux: dès son entrée en jeu (46e), il a montré de l’envie et a fait preuve d’une belle activité mais au final, cela a été insuffisant pour retourner la situation.

Le poste de latéral droit porte à discussion. Ils sont trois - dont Laurent Jans - à se disputer la place de titulaire. Quel est votre classement?

Pour moi, Ivan Balliu et Jonathan Rivierez devancent Laurent Jans qui vient d’arriver au club. Je ne suis pas un fan du «turn-over», car j’estime qu’à chaque poste il doit y avoir un titulaire en place. Rivierez a plus ce profil défensif et athlétique pour évoluer à l’extérieur, tandis que je vois plus Balliu jouer à Saint-Symphorien quand il s’agit de faire le jeu.

Le public de Saint-Symphorien a exprimé son mécontentement lundi soir…

Je peux le comprendre, mais je le regrette. J’ai vu Renaud Cohade en colère contre cette réaction du public. En France, en Ligue 1 ou en Ligue 2, à part si tu réalises un superbe match et que tu encaisses un but sur un contre, le public va gronder quand ça se passe mal. Ce n’est pas la même chose dans d’autres championnats étrangers où on estime que le public joue son rôle de douzième homme uniquement en encourageant ses favoris. Là, ça joue surtout en défaveur des joueurs messins qui se montrent pourtant tous impliqués.

Les Messins se rendent à Châteauroux ce vendredi. Est-ce une bonne chose de rejouer aussi vite?

Oui, mais seulement si au bout de la soirée il y a un résultat positif. Je mise sur un succès grenat (1-0). Est-ce que le duo Diallo-Niane sera reconduit en attaque? Je n’en sais rien, mais Frédéric Antonetti possède une intelligence tactique, même s’il se peut qu’il n’aligne plus deux «pointes» à l’extérieur.

L’avis de Frédéric Antonetti

«Le revers concédé devant Auxerre relève principalement de deux faits: d’abord, la qualité de notre adversaire, ensuite, nous avons été moins bons physiquement ce qui a occasionné des temps de retard dans le jeu.» Les sifflets d’une partie du public grenat? «Le public a été impatient aussi et mes joueurs ont voulu aller trop vite. Il y a une pression par rapport à l’objectif annoncé, mais il ne faut pas oublier que certains joueurs sont jeunes et manquent d’expérience». Châteauroux? «C’est une formation athlétique et on s’attend à une partie difficile. Il va falloir trouver la bonne formule.»

L’enjeu de la rencontre

Le FC Metz est toujours leader de la Ligue 2 avec 28 points, mais pourrait perdre la tête en cas de défaillance à Châteauroux (12e, 15). A l’affût, Brest (2e, 27), Lens (3e, 26) et Lorient (4e, 25) pourraient même dépasser les hommes de Frédéric Antonetti en cas de scénario catastrophe ce week-end et lundi (Brest-Nancy). Et le Grenoble de Philippe Hinschberger (5e, 23) rêve certainement de venir jouer l’intrus de service. Le revers concédé face à Auxerre pourrait donc laisser bien plus qu’une trace morale. Pour l’éviter, Frédéric Antonetti espère récupérer Nguette, tandis que Selimovic a repris l’entraînement, et compte sur une réaction d’orgueil d’un groupe qui a sacrément déçu ses supporters en début de semaine.

Le «prono» de la rédaction

Difficile d’afficher un énorme optimisme après avoir constaté les lacunes affichées par les partenaires de Cohade face aux Auxerrois. Pourtant, le FC Metz a besoin de se rassurer. Notre pronostic: 1-1.


Sur le même sujet

Les Messins se déplacent à Rouen (N2) en Coupe de France ce lundi (20h55). Vincent Pajot et Dylan Bronn viennent renforcer un effectif qui accueillera ensuite Strasbourg le samedi 11 janvier en L1. L’ex-Messin Patrick Barth commente le début d’année.
Le Messin Habib Maïga (à g., en blanc) à la lutte avec le Dijonnais Wesley Lautoa
Les Messins s’en vont à Lorient ce vendredi (20h) pour y subir un sacré test. Les hommes de Frédéric Antonetti restent sur deux succès de mise en confiance (Sochaux et Niort) qui devraient les aider à rivaliser avec les Merlus. L’ex-Messin Momar N’Diaye, désormais à la Jeunesse d’Esch, préface les débats.
Momar N'Diaye s'attend à voir le FC Metz souffrir à Lorient.
Le FC Metz a repris des couleurs, et, du rouge vif, il va tenter de passer à l’orange face à Caen ce samedi (20h). Une partie à remporter avant d’aller à Lille, puis de recevoir Angers, histoire d’entrevoir le vert intense. Stéphane Borbiconi commente des débats que l’on prévoit forcément tendus et disputés.
Metz' Senegalese defender Fallou Diagne (L) celebrates with his teammate Japanese goalkeeper Eiji Kawashima at the end of the French L1 Football match between Rennes (Stade Rennais FC) and Metz (FC), on April 14, 2018, at the Roazhon Park, in Rennes, western France.
Metz won 2-1. / AFP PHOTO / Jean-Francois MONIER
David Régis (48 ans) a porté la tunique grenat de 1998 à 2002 en tant que défenseur. Il préface le déplacement du FC Metz à Toulouse ce samedi (20h). Les hommes de Frédéric Hantz sont privés de Balliu, Philipps et Rivière mais pourraient espérer revoir Jouffre.