Changer d'édition

Stéphane Borbiconi: «Je déplore les sifflets»
Sport 4 min. 25.04.2019 Cet article est archivé

Stéphane Borbiconi: «Je déplore les sifflets»

Déçu de l'attitude de certains supporters mardi soir, Stéphane Borbiconi a plus d'indulgence envers les Grenats.

Stéphane Borbiconi: «Je déplore les sifflets»

Déçu de l'attitude de certains supporters mardi soir, Stéphane Borbiconi a plus d'indulgence envers les Grenats.
Photo: Hervé Kuc
Sport 4 min. 25.04.2019 Cet article est archivé

Stéphane Borbiconi: «Je déplore les sifflets»

Le FC Metz a raté l’officialisation de son retour en Ligue 1 face à Grenoble (1-1). Ce vendredi, les hommes de Vincent Hognon se rendent à Beauvais pour y affronter le Red Star. L’ex-Grenat Stéphane Borbiconi présente la partie.

Par Hervé Kuc

Qu’avez-vous pensé de la rencontre entre Metz et Grenoble (1-1) ?

Stéphane Borbiconi: «Elle a ressemblé à une partie classique de Ligue 2. Je le répète depuis le début de saison, le FC Metz maîtrise généralement bien son sujet et il attend la faille pour piquer son adversaire. C’est une équipe patiente et les garçons se disent, qu’avec leurs moyens techniques et physiques, que cela finira par passer. Mais, en face, Grenoble n’est pas une équipe de manchots. Metz n’a pas su "tuer" le match et s’est ensuite exposé. Il n’empêche que les Messins ont effectué un pas de plus vers la Ligue 1.

Ressentez-vous un sentiment de frustration après cette partie ?

Non parce que l’équipe fait une bonne saison et qu’une montée en Ligue 1 ne peut se programmer aussi facilement que les gens le souhaiteraient: le jour J, parce qu’il fait beau et qu’on aimerait tous qu’elle arrive à ce moment précis. La frustration se trouve du côté des supporters, du public qui auraient voulu assister à un moment de fête ce mardi. Je peux comprendre leur déception, mais de là à siffler son équipe préférée en fin de rencontre!

Je déplore ces sifflets car les Messins font beaucoup d’efforts depuis le début du championnat. D’ailleurs, en début d’exercice, nous aurions tous signé pour accéder à la Ligue 1 lors de la 38e journée. Il ne faut pas être plus royaliste que le roi mais soutenir l’équipe, surtout quand elle occupe la place de leader depuis le départ. Je pense que Nancy, Sochaux, Lens, Le Havre et Lorient aimeraient beaucoup être à la place du FC Metz alors que ces formations aspirent également à retrouver l’élite. Sont-elles sifflées par leur public?

Certains joueurs messins semblent émoussés tant physiquement que moralement. Maïga et Boulaya, entre autres, n’ont pas paru au meilleur de leur forme. Etes-vous d’accord avec ce constat?

Le schéma tactique de l’adversaire fait que certains sont moins en vue et c’est le cas de Farid Boulaya. Il possède un gros potentiel technique, il est élégant à voir jouer mais c’est un garçon qui a besoin que le collectif soit performant pour se mettre lui-même en lumière. Quant à Habib Maïga, je le trouve assez régulier mais il occupe un rôle ingrat à la récupération, c’est un travailleur de l’ombre.

L’accession du FC Metz en Ligue 1 se fera-t-elle ce vendredi face au Red Star?

Oui, Metz va s’y imposer. Même si les statistiques viennent de changer (36 points récoltés à l’extérieur, le même total que celui récolté à domicile), j’estime que les Messins sont plus performants loin de Saint-Symphorien. Je les sens mieux armés et ils vont aller chercher la remontée en Ligue 1 face au Red Star.»

L’enjeu de la rencontre

Le FC Metz (1er, 72 points) n’a pas su être à la hauteur de l’attente de ses supporters face aux Grenoblois mardi. La fête n’a pas eu lieu et le retour en Ligue 1 pourrait se concrétiser définitivement face au Red Star (20e, 27 points) ce vendredi à Beauvais. Les Parisiens viennent une nouvelle fois de changer d’entraîneur et Christian Caminiti (59 ans, ancien joueur de l’OM) arrive aux manettes d’une formation qui compte désormais sept unités de retard sur Sochaux (18e, barragiste) et neuf sur l’AC Ajaccio (17e).

Un gouffre pour une équipe que le FC Metz avait distancée à l’aller (2-0, 17e journée, doublé de Diallo) et qui n’aura qu’un seul objectif lors de cette 35e journée: faire tomber le leader de la Ligue 2 pour espérer encore réaliser un miracle. Les Messins sont prévenus. A noter que Christophe Martins et Troyes (3es, 61 points) se déplacent à Orléans. Si les Troyens venaient à s’incliner ou à partager les points, le FC Metz serait alors assuré de rejoindre la Ligue 1 même en cas de revers concédé face au Red Star.

Le prono de la rédaction

Après la petite prestation de sa formation face à Grenoble, Vincent Hognon a assuré que «ce n’était pas le résultat espéré ni celui qu’on méritait».

Nous ne partageons pas la seconde partie de sa déclaration. Les Messins vont devoir jouer plus vite, mieux et se montrer plus incisifs s’ils veulent revenir avec un ou trois points en poche de leur voyage beauvaisien.

Notre pronostic: 1-1 

Les autres rencontres de la 35e journée

Vendredi 26 avril à 20h:

Nancy - Ajaccio

Orléans - Troyes

Gazélec Ajaccio - Sochaux

Grenoble - Béziers

Clermont - Paris FC

 Châteauroux - Le Havre

Valenciennes - Niort

Samedi 27 avril à 15h:

Brest - Lens

Lundi 29 avril à 20h45:

Lorient - Auxerre



Sur le même sujet

Après un début de match réussi, le FC Metz n'a pas su accélérer ensuite et a concédé le partage des points avec Grenoble (1-1). La fête n'a pas eu lieu et il faudra être bien plus déterminé à Beauvais face au Red Star vendredi pour valider l'accession en Ligue 1.
Ibrahima Niane a ouvert le score pour Metz mais les Lorrains n'ont pas gardé très longtemps cet avantage.
Le FC Metz peut réaliser une excellente affaire comptable en distançant Sochaux ce lundi (20h45). En cas de succès, le club grenat compterait alors onze points d’avance sur Lorient (3e) à dix journées de la fin du championnat. Albert Cartier préface la rencontre.
Albert Cartier connaît Sochaux comme sa poche et estime que les Doubistes n'inquiéteront pas les Messins ce lundi.
Les Messins s’en vont au Havre ce lundi (20h45) pour tenter de faire le trou en tête de la Ligue 2. Sunzu est suspendu mais Vincent Hognon dispose d’un effectif de qualité pour ne pas rentrer bredouille de ce délicat déplacement. L’ex-Messin Samuel Allegro présente les débats.
Samuel Allegro: «Les staffs techniques doivent savoir détecter la moindre période de relâchement».