Squash

Arel Squash: de Garisart à Sandweiler

L'équipe de l'Arel Squash qui a pris part à la Coupe d'Europe.
L'équipe de l'Arel Squash qui a pris part à la Coupe d'Europe.

Fondé en 1983, le club de squash d’Arlon occupe les installations de Sandweiler depuis 2014. Il est «officiellement» luxembourgeois depuis cette année. Sacrée en Division 1 nationale, son équipe fanion a eu le droit de participer à la Coupe d’Europe à Paderborn la semaine passée. «Un événement comparable à la Ligue des champions en football», selon le président Marc Schmetz.

Par Vincent Lommel

La roue tourne vite. Mal embarquée pour se qualifier pour les play-offs titre en Division 1 nationale, l’équipe A d’Arel Squash - Nathan Snyed, Luca Visona, Jean-Marc Fraipont, Marc Thrill, Nha N’Guyen et Renaud Parentelli - a renversé la vapeur lors de la dernière journée de la phase classique. Une probante victoire 4-0 forgée face au leader Pétange lui offre son ticket pour les PO. Le déclic s’opère. La machine est lancée. Quelques matches (de PO) plus tard, elle remporte le titre de champion. Un titre incomparable aux autres pour ce club qui dispute le championnat luxembourgeois depuis 1996. L’Europe lui tend les bras.

De la Belgique au Luxembourg

L’Arel Squash occupait les terrains au TC Garisart à Weyler,  à proximité d’Arlon. Celui-ci a connu une restructuration au cours des dernières années. «Nous n’avons pas pu trouver un arrangement avec les responsables pour continuer à jouer là-bas», explique Marc Schmetz. «On a décidé de partir il y a trois ans, en 2014. Ce départ a fait très mal. Il fallait repartir de zéro.»  L’exil acté, direction Sandweiler (8 terrains) à proximité de l’aéroport du Findel. «Nous avons été accueillis de manière chaleureuse.»

Le président Marc Schmetz est heureux d'avoir trouvé refuge à Sandweiler.
Le président Marc Schmetz est heureux d'avoir trouvé refuge à Sandweiler.
Photo: Vincent Lommel

Les équipes (masculines et féminines) sont inscrites dans les compétitions luxembourgeoises depuis deux décennies (c’est impossible en Belgique en raison de la distance et, le cas échéant, elles devaient effectuer minimum 300 km lors des matches en déplacement. L'idée de s'ancrer à Sandweiler a fait son chemin. «L’Arel Squash est constitué en ASBL. On a entrepris les démarches pour posséder un numéro de matricule, d’autant plus plausible qu’Arel Squash est une marque déposée nulle part.» Le matricule en poche, le titre de champion au mois de mai acté, le club a pu goûter aux joies de la Coupe d'Europe. «A condition d’accepter et budgétiser le coût financier, nous avions le droit de participer à la Coupe d’Europe et représenter le Luxembourg. Nous ne pouvions pas laisser passer cette opportunité!»

La Coupe d’Europe à Paderborn

Treize formations prenaient part à cette compétition organisée de mercredi à samedi à Paderborn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Conscients de l’enjeu, du haut niveau de l’opposition, les Arlonais ont joué cinq matches et ont subi autant de défaites. Ils ont terminé derniers de classe (13es). «Ce n’est pas grave. Notre équipe offrait la particularité d’aligner le joueur le plus âgé - Jean-Marc Fraipont - et le plus jeune - Sean Thrill (15 ans). On a disputé et avons assisté à des matches de top niveau. Nous sommes rentrés avec des étoiles plein la tête.»

«L’organisation impeccable fait de cette compétition un événement d’exception», conclut le président. Pour espérer revivre un tel moment, l’Arel Squash sait ce qu’il lui reste à faire: renouveler son titre.