Changer d'édition

Sous le projecteur: Chypre: deux qualifications sinon rien
L'entraîneur néerlandais Mario Been distille ses conseils avant le match de mercredi.

Sous le projecteur: Chypre: deux qualifications sinon rien

Photo: APOEL Nicosie
L'entraîneur néerlandais Mario Been distille ses conseils avant le match de mercredi.
Sport 3 min. 09.07.2017

Sous le projecteur: Chypre: deux qualifications sinon rien

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Au cœur de l'actualité politique, Chypre se replace régulièrement sur la carte du sport européen grâce à ses clubs de football. L'APOEL Nicosie que le F91 s'apprête à défier est redouté, ses dauphins dont fait partie l'AEL Limassol, adversaire cette semaine du Progrès, sont respectés.

Au cœur de l'actualité politique, Chypre se replace régulièrement sur la carte du sport européen grâce à ses clubs de football. L'APOEL Nicosie que le F91 s'apprête à défier est redouté, ses dauphins dont fait partie l'AEL Limassol, adversaire cette semaine du Progrès, sont respectés.

Par Christophe Nadin

La dernière tentative de réunification de l'île a encore échoué. C'est l'Arlésienne dans le pays. Le prochain essai est reporté aux calendes... grecques. La vie a ainsi repris son cours et l'actualité sportive a projeté les clubs de foot du pays sur le devant de la scène. L'AEK Larnaca et l'AEL Limassol ont découpé leurs adversaires de Gibraltar au premier tour de l'Europa League. L'Apollon Limassol entre en scène au deuxième tour et l'APOEL Nicosie affûte ses crampons pour son premier match de la saison en Ligue des champions contre Dudelange.

Un sans-faute qui ne défraie plus la chronique sur l'île. «On s'attendait à cette situation», reconnaît le journaliste Mikaelo Papadakis. «Les choses sérieuses débutent cette semaine. Oui, Nicosie et Limassol seront favoris face aux clubs luxembourgeois, mais on ne s'attend pas à des parties de plaisir.»

Des billets d'avion pour l'Ecosse revendus

Premier de cordée, l'APOEL affrontera Dudelange mercredi. «Les barrages sont devenus un must au pays. Ne vous attendez pas à ce que Nicosie snobe le F91! Ils veulent faire la différence dès le match aller sans encaisser, mais ils n'ont qu'un mois d'entraînement dans les jambes.»

Le lendemain, l'AEL cherchera à se mettre à l'abri au Parc des Sports d'Oberkorn. «Pouvez-vous me rappeler le nom du club?», demande notre confrère pour qui le Progrès Niederkorn n'évoque pas grand-chose. «Nous les respectons, mais je n'en avais jamais entendu parler avant leur exploit contre les Rangers.» L'épisode a tout de même franchi les montagnes et quelques étendues d'eau. «Oui, des supporters de Limassol ont dû revendre des billets d'avion qu'ils avaient déjà achetés pour Glasgow», poursuit Mikaelo Papadakis.

La différence entre l'APOEL Nicosie, titré à vingt-six reprises et le reste de la meute est proportionnelle à l'écart qui sépare Dudelange des prétendants à la couronne de BGL Ligue. «Sur un match, plusieurs équipes peuvent les inquiéter, mais sur une saison c'est compliqué. L'argent amassé en Ligue des champions permet à l'APOEL de se renforcer chaque année» détaille Mikaelo Papadakis.

Un budget entre 12 et 13 millions d'euros

Tête de gondole d'une compétition à quatorze clubs où chacun a droit à quinze étrangers dont cinq non-européens, l'APOEL Nicosie a créé la sensation lors de la campagne 2011-2012 en sortant l'Olympique lyonnais en huitième de finale avant de tomber contre le Real Madrid.

«Ce fut l'époque dorée du football chypriote avant que la crise financière oblige les clubs à réduire leur budget. A l'exception de l'APOEL qui a toujours tourné avec une manne financière entre 12 et 13 millions d'euros par an grâce à ses performances sur le terrain.»

Selon notre confrère, le niveau de la compétition s'est stabilisé depuis cinq ans, mais les footballeurs du pays ont progressé et certains s'exportent désormais. «Piéros Sotiriou vient d'être transféré à Copenhague et Konstantinos Laifis fait parler de lui au Standard.»

Le défenseur central, qui a rencontré Dudelange en amical la semaine dernière à Virton, aurait refilé l'un ou l'autre tuyau à ses compatriotes.

Le patron de la compétition insulaire, qui s'est tout de même payé le scalp de l'Olympiakos, des Young Boys de Berne et d'Astana avant d'éliminer l'Athletic Bilbao en Europa League la saison dernière, sera soutenu par un peu moins de 10.000 personnes mercredi.

C'est dire si Dudelange s'apprête à affronter son adversaire le plus fort sur la scène continentale depuis très longtemps.


Sur le même sujet

Le Fola et le Progrès au coude-à-coude
La Coupe d'Europe et les clubs luxembourgeois, une histoire vieille de 62 ans. Le paysage a changé, le F91 est lancé à la poursuite de la Jeunesse, le Progrès piste, lui, le Fola. Le Racing retrouve l'ivresse continentale dix ans plus tard. Bilan.
Mario Mutsch félicite Manu Françoise. C'était il y a un an. Le Progrès venait de terrasser les Rangers, replaçant Niederkorn sur la carte de l'Europe.
Cap à l'Est pour les clubs luxembourgeois
Le tirage au sort des premier et deuxième tours de qualification de l'Europa League a été effectué ce mercredi à Nyon. Le Progrès a hérité de Qabala, le Fola d'Europa FC ou de Pristina, et le Racing de Viitorul Constanta.