Changer d'édition

Sélection nationale: Luc Holtz: «Je suis plutôt inquiet pour Vincent Thill»
Luc Holtz s'inquiète des blessures à répétition dont est victime Vincent Thill à Metz.

Sélection nationale: Luc Holtz: «Je suis plutôt inquiet pour Vincent Thill»

Photo: Fernand Konnen
Luc Holtz s'inquiète des blessures à répétition dont est victime Vincent Thill à Metz.
Sport 7 min. 08.08.2017

Sélection nationale: Luc Holtz: «Je suis plutôt inquiet pour Vincent Thill»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
A 22 jours de la reprise des matches de qualifications pour la Coupe du monde de football en Russie, Luc Holtz, le sélectionneur national évoque ses différents axes de travail avant de retrouver la Biélorussie, au stade Josy Barthel, et la France, trois jours plus tard à Toulouse.

Chambre d'observation et laboratoire d'idées, l'équipe nationale expérimente et cherche la bonne formule qui lui permettra de consolider ses acquis à défaut de franchir un nouveau palier. Mais à la veille de la reprise des éliminatoires du Mondial 2018, contre la Biélorussie, le 31 août, et face à la France, le 3 septembre à Toulouse, Luc Holtz va ressortir de bonnes vieilles formules. En l'absence de certains ingrédients de base, blessés ou suspendus, Jonathan Joubert fait son retour alors qu'une stratégie plus prudente sera échafaudée. Etat des lieux avec le sélectionneur national.

Propos recueillis par Didier Hiégel

Jonathan Joubert est de retour en sélection pour deux piges de luxe contre la Biélorussie et la France. A-t-il été facile à convaincre?

Quand j'ai posé la question de sa disponibilité, «Jona» a de suite répondu positivement. Il avait pris sa décision de ne pas être numéro 2, nous avions respecté son choix comme il avait respecté le nôtre qui était de faire confiance à Anthony Moris. Mais, à l'époque, il nous avait fait part de son souhait de revenir en tant que numéro 1. Anthony est en phase de reprise après cinq mois d'indisponibilité, Ralph est touché à un doigt. Il existe bien une possibilité pour qu'il soit apte pour la fin du mois mais je ne veux prendre aucun risque. «Jona» sait qu'il y a une possibilité de faire quelque chose contre la Biélorussie, et on connaît tous son attachement à la France. Ce sera pour lui un match de gala.

Au train où vont les choses, ce ne sera peut-être pas non plus un match d'adieu...

(rires) ...effectivement avec tous les problèmes que nous avons rencontrés à ce poste lors de ces éliminatoires. N'oublions pas qu'un mois après le match à Toulouse, nous jouerons à Stockholm face à une équipe de Suède pour qui cette rencontre sera aussi de la plus haute importance.

«Ce n'était pas opportun de lancer Youn Czekanowicz»

Youn Czekanowicz (17 ans depuis hier) était aussi un choix, risqué mais possible, pour occuper le poste de gardien. Qu'attendez-vous de lui?

Il existait effectivement la possibilité de titulariser Youn, mais il n'avait pas de licence UEFA (en raison de son âge) et n'a pu disputer de matches officiels avec La Gantoise la saison dernière. Il fait partie du groupe pro (3e gardien actuellement), il me semble avoir une certaine maturité malgré son jeune âge mais ce n'était pas opportun de le lancer dans le grand bain. Ce n'était pas lui rendre service. J'ai déjà pu observer ses qualités lors des entraînements. Je veux prochainement le voir en compétition. Je veux qu'il prenne ses marques et travaille les automatismes et la communication avec les autres joueurs du secteur défensif. Sur la pelouse, il a davantage l'habitude de communiquer en flamand, alors que nous nous exprimons en luxembourgeois ou en français.

Youn Czekanowicz devra patienter avant de devenir le numéro 1 de la sélection nationale. A 17 ans depuis mardi, il a tout l'avenir devant lui.
Youn Czekanowicz devra patienter avant de devenir le numéro 1 de la sélection nationale. A 17 ans depuis mardi, il a tout l'avenir devant lui.
Photo: Ben Majerus

Le sujet des gardiens est récurrent. Très peu de joueurs sélectionnables occupent le poste de numéro 1 en BGL Ligue.

En ce qui me concerne, au niveau de la sélection, ce n'est pas un problème. Nos six derniers matches le prouvent. Que ce soit «Jona», Anthony ou Ralph, tous ont réalisé de belles prestations. Certains avaient des doutes concernant le gardien de Strassen, il a prouvé face à la France, quand il est entré (à la 20e minute le 25 mars après la blessure de Moris), qu'il méritait notre confiance. Ce n'est pas pour rien que certains agents m'ont contacté pour savoir s'il y avait moyen pour lui de faire une carrière professionnelle. Nous sommes un petit pays avec un réservoir moindre que d'autres, il est alors normal de connaître des difficultés lorsque nous sommes confrontés à cinq ou six absences.

Autre interrogation, cette fois un cran plus haut, en charnière centrale, quelle est la situation de Maxime Chanot, lui aussi blessé et arrêté depuis la fin du mois de juillet?

Maxime souffre d'une pubalgie. Il a été question d'une opération mais finalement les médecins consultés ont préféré le laisser au repos deux ou trois semaines avant de faire un nouveau bilan. Il y a une semaine, il m'a informé qu'il y avait du mieux, mais il n'avait pas encore forcé lors des courses.

Quelles sont les chances de le voir participer aux deux prochains matches?

Je les estime à 50 %, mais j'ai un plan B, même un C, si Maxime ne peut occuper son poste.

Laurent Jans en charnière centrale?

En l'absence de Christopher Martins et de Kevin Malget, suspendus, le secteur défensif est à revoir contre la Biélorussie. Quelles sont vos possibilités?

Ricardo Delgado est entré en jeu contre les Pays-Bas au côté d'Enes Mahmutovic. Je récupère Chris Philipps que je peux faire descendre d'un cran. Et j'ai l'option Laurent Jans. Cette idée me trotte dans la tête car, même si il accuse un déficit au niveau de la taille, il a toutes les qualités requises pour parfaitement occuper une place au centre de la défense. Il a d'ailleurs été formé à ce poste avant de passer en position de latéral. Si nous adoptons l'option de défendre un peu plus haut, la taille n'est pas le critère prépondérant. Les qualités demandées sont la vitesse et le comportement dans les duels. C'est une réelle possibilité d'autant que la Biélorussie a évolué contre la Bulgarie (2-1), avec deux attaquants, un grand (Laptev, 1,94 m), qui jouait en pivot, et un plus petit (Savitski) qui tournait autour.

Après avoir occupé les deux couloirs, Laurent Jans, ici sous les couleurs de Waasland-Beveren, pourrait être titularisé en défense centrale contre la Biélorussie.
Après avoir occupé les deux couloirs, Laurent Jans, ici sous les couleurs de Waasland-Beveren, pourrait être titularisé en défense centrale contre la Biélorussie.
Photo: Ben Majerus

Vous allez donc disposer votre équipe en fonction de l'adversaire, même si celui-ci est la Biélorussie, un adversaire qui semble le plus abordable (1-1, à l'aller)?

Je regarde d'abord comment mon équipe peut évoluer de la meilleure façon offensivement. Je ne mets pas un bloc en place uniquement pour mettre un bloc en place pour bien défendre. Je me pose toujours la question: «Est-ce que dans cette configuration, il y a moyen de bien attaquer?» Ma priorité est l'animation offensive. Mais bien entendu, il faut tenir compte des forces et faiblesses de l'adversaire. Si je juge que la force principale de notre prochain adversaire est son duo d'attaquants, je vais essayer de faire en sorte de bien les museler dans leur espace de jeu. Mais en prenant en compte les différentes absences, nous mettrons sans doute davantage l'accent sur l'aspect défensif quitte à sacrifier un peu le beau jeu.

«Nous sommes restés sur notre dynamique»

Que vaut la Biélorussie actuellement?

Je me demande si la Bulgarie n'est pas davantage abordable. C'est une sélection en progrès. Elle 
est athlétique, rigoureuse, rugueuse dans les impacts. Ils nous faudra être présents dans tous les duels.

Pour répondre à ce défi physique, c'est mieux de pouvoir compter sur des joueurs qui ont du coffre. Ce n'est actuellement pas le cas de tous les joueurs expatriés.

Si je prends en compte les matches de préparation, Laurent Jans est de toutes les sorties de son club, Chris Phillips a eu du temps de jeu à Metz. On a le problème Vincent Thill. J'ai pris note des déclarations de l'entraîneur messin et je tiens juste à dire que ne ne suis pas du tout impatient par rapport à Vincent, je suis plutôt inquiet en raison des blessures qu'il a accumulées ces douze derniers mois. C'est à lui de se poser la question du pourquoi et du comment de ces blessures. Il va sans doute revenir à temps pour nous, mais un garçon de 17 ans ne peut pas rester autant de temps sur le carreau. «Kiki» Martins est tout proche de l'équipe première à Lyon, qui n'a pas voulu le prêter en Ligue 2, mais une blessure à un genou l'a empêché de jouer.

Cette formation biélorusse est en progrès. Jugez-vous que la vôtre a poursuivi sa progression en 2017?

Certes nous avons perdu aux Pays-Bas sur le score de 0-5 mais il faut tenir compte de toutes les absences. On peut peut-être critiquer le résultat mais, dans la manière, j'ai trouvé beaucoup de choses positives. Cinq jours auparavant, nous avions battu l'Albanie (2-1) qui avait participé au dernier Euro. Malgré tous les problèmes rencontrés, j'estime que nous sommes restés sur notre dynamique et notre courbe de progression est ascendante.


Sur le même sujet

France - Luxembourg 0-0: «C'est un jour de gloire!»
Le jour de gloire est arrivé. Le match nul, au goût de victoire, obtenu contre la France (0-0), ce dimanche à Toulouse, à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2018 restera sans doute comme l'un des plus grands exploits du football luxembourgeois. Il a été apprécié à sa juste mesure. Réactions.
Luxembourg's players celebrate after the FIFA World Cup 2018 qualifying football match France vs Luxembourg on September 3, 2017 at the Municipal Stadium in Toulouse, southern France.   / AFP PHOTO / REMY GABALDA
Equipe nationale: Une prise de risques mesurée contre la Biélorussie
C'est la rentrée pour l'équipe nationale! A l'occasion de la venue de la Biélorussie, ce jeudi au stade Josy Barthel (20h45), Luc Holtz va proposer une formation fortement remaniée pour tenter d'engranger un deuxième résultat positif lors de cette campagne qualificative pour le Mondial 2018.
Chris Philipps (Luxemburg #6), Laurent Jans (Luxemburg #18)

/ Fussball WM-Qualifikation 2018, World Cup Qualifiers, Russia 2018 / 25.03.2017 /
Luxemburg - Frankreich (Luxembourg vs France) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
Football / Après le 7e titre du Fola: Jeff Strasser: «L'équipe a grandi mentalement»
L'entraîneur du Fola suivra des cours pendant dix mois en Allemagne Le Fola a dignement fêté le septième titre de son histoire dimanche soir. Retour avec Jeff Strasser sur une saison qui n'a pas été de tout repos. «Mais je veux bien connaître ce genre de saison difficile tous les ans», indique celui qui se prépare à des vacances studieuses pour préparer sa licence UEFA Pro.
Jeff Strasser passera sa licence UEFA Pro au cours des dix prochains mois et, à la reprise, passera le relais à Cyril Serredszum en début de semaine