Changer d'édition

Sélection: les + et les – de la campagne
Les Lions Rouges sont parvenus à fidéliser des supporters. C'est aussi l'un des enseignements de ces derniers mois.

Sélection: les + et les – de la campagne

Photo: sportspress/Jeff Lahr
Les Lions Rouges sont parvenus à fidéliser des supporters. C'est aussi l'un des enseignements de ces derniers mois.
Sport 3 min. 19.11.2018

Sélection: les + et les – de la campagne

Christophe NADIN
Christophe NADIN
La sélection luxembourgeoise a bouclé sa première campagne de Ligue des Nations par un nul (1-1) à Chisinau et une deuxième place derrière la Biélorussie. Si une pointe de déception est apparue après un départ canon, on n'est pas loin des objectifs fixés.


  • LES +

Gagner et marquer des buts. L'évidence sautait aux yeux avec la perspective d'affronter Saint-Marin. Encore fallait-il passer à l'acte. Non, le Luxembourg n'est plus un nain européen. Il y a un gouffre entre les Lions Rouges et les Principautaires. L'écart est moins important avec Malte, mais le dernier match amical avait tout de même donné le ton. La sélection a marqué onze buts dans quatre matches sur six.

Un jeu vers l'avant plus abouti. C'était l'un des sujets tabous qui précédaient la campagne. Le Luxembourg allait-il réussir à faire le jeu? Les doutes se sont rapidement dissipés avec la meilleure mi-temps de ces dernières années face à une Moldavie, il est vrai, contrainte de se découvrir au stade Josy Barthel. La facilité avec laquelle le Luxembourg s'est défait de Saint-Marin montre que la sélection dispose d'éléments capables de faire sauter un verrou sur une action. Appréciable.

L'explosion de jeunes talents. Ils s'appellent Danel Sinani, Olivier Thill et Christopher Martins. Leur épanouissement en club leur a permis de prendre une nouvelle dimension au cœur de la sélection. Quinze titularisations à eux trois sur 18 possibles et plusieurs prestations abouties. Bien sûr, il y a encore des scories, inhérentes à leur jeune âge, à balayer mais ils vont tracer leur route. L'arrivée sur la pointe des pieds du jeune Leandro Barreiro est encourageante aussi.

Un cycle qui n'est pas terminé. Luc Holtz avait ratissé large lors des deux campagnes précédentes en utilisant 35 joueurs. Cette Ligue des Nations n'a permis qu'à une nouvelle tête de se montrer: Leandro Barreiro. Le cycle est donc en cours. On peut légitimement se demander si Mario Mutsch poursuivra l'aventure. Aurélien Joachim et Daniel Da Mota, eux, devraient repartir pour un tour. La prochaine campagne sera donc placée sous le signe de la maturité.

L'esprit d'équipe, l'envie de révolte. Sans caractère ni groupe cimenté, pas sûr que le Luxembourg serait parvenu à remonter la pente savonneuse sur laquelle il était engagé ce dimanche à Chisinau. Ce ne fut pas beau à voir pendant une mi-temps, mais la révolte née de la déception face à Biélorussie a pris le dessus sur le spleen. Ce groupe vit bien et ça c'est capital pour la suite.

Olivier Thill au sol et c'est toute la sélection qui trébuche... Le professionnel du FC Oufa est devenu indispensable. Et dans l'axe s'il vous plaît...
Olivier Thill au sol et c'est toute la sélection qui trébuche... Le professionnel du FC Oufa est devenu indispensable. Et dans l'axe s'il vous plaît...
Photo: sportspress/Jeff Lahr
  • LES -

La non-qualification pour les barrages. Le Luxembourg n'était pas dans le groupe le plus facile. Il y avait tout de même un petit interstice dans lequel se glisser. La Biélorussie a pris la place, justifiant son rôle de favori avec une meilleure maîtrise des confrontations directes. Pourtant, les Slaves ne sont pas parvenus à battre les Moldaves.

L'incapacité à gérer la pression. Luc Holtz le reconnaît volontiers. Certains de ses joueurs n'ont pas répondu à l'attente le jour J face à la Biélorussie pour n'avoir pas su notamment gérer la pression. C'est l'un des facteurs à mieux maîtriser pour encore franchir un cap. La volonté du coach de priver son groupe de contacts avec les médias n'a pas récolté les effets escomptés.

Les relations compliquées avec les clubs. Vincent Thill et Christopher Martins pris en otages par leur club? Les deux garçons ont trimbalé une petite blessure ces dernières semaines, mais le problème semble plus profond et devrait être réglé par une bonne discussion entre les intéressés. L'intérêt de tout club n'est-il pas de voir un joueur briller sous le maillot de sa sélection? Si... quand il appartient vraiment au club.

Comme un avion sans aile. Le constat est apparu au grand jour. La sélection manque de percussion. Elle se cherche d'abord un latéral gauche indiscutable puis des garçons capables de déborder, d'éliminer, de centrer et de défendre. Daniel Da Mota est l'un des derniers Mohicans, Danel Sinani et Olivier Thill n'ont pas le profil de l'emploi et Gerson Rodrigues a disparu des radars. Peu réjouissant.

Laurent Jans dans le dur. Le Nordiste va s'arracher pour rebondir.
Laurent Jans dans le dur. Le Nordiste va s'arracher pour rebondir.
Photo:sportspress/Jeff Lahr



Sur le même sujet

Le Luxembourg prend un point au caractère en Moldavie
Le Luxembourg a ramené un point de Chisinau (1-1) qui lui permet de conserver sa deuxième place au classement du Groupe 2. Auteurs d'une mauvaise première mi-temps, les Lions Rouges ont relevé la tête après la pause. Bensi a égalisé et Sinani a manqué la balle de match.
Stefano Bensi a égalisé pour le Luxembourg. L'un des meilleurs Lions Rouges sur le terrain ce dimanche.
Des plaies à panser, une sortie à soigner
La cruelle désillusion de jeudi face à la Biélorussie ne doit pas empêcher la sélection de finir sa campagne sur une bonne note ce dimanche à 19h (18h à Luxembourg) dans le froid de Chisinau. Luc Holtz va procéder à une certaine rotation. Sans déséquilibrer l'équipe.
Dans le froid de Chisinau, le Luxembourg va tenter de conserver au moins sa deuxième place.
Embouteillage dans l'axe: ça commence à poser problème!
Le surplus de joueurs axiaux est l'un des problèmes auxquels est confronté Luc Holtz en sélection. Jeudi, on n'a pas vu de percussion et encore moins de centres au cordeau. Et jouer contre-nature ne réussit pas à des garçons habitués autrement en club.
Olivier Thill plus à l'aise dans le coeur du jeu? Une évidence, mais Luc Holtz dispose de trop de joueurs axiaux.
Sélection: Christopher Martins est rentré à Troyes
La sélection luxembourgeoise s'envolera pour Chisinau ce samedi avec 22 joueurs. Christopher Martins, sous la pression de son club, est rentré à Troyes. Une situation qui ressemble à celle de Vincent Thill et qui frustre Luc Holtz.
Christopher Martins est rentré à Troyes, dans son club. Une situation qui fâche Luc Holtz.
Le débrief: «La Biélorussie plus mature et plus efficace que le Luxembourg»
A moins d’un miracle fortement improbable, le Luxembourg ne terminera pas en tête du groupe 2 en Ligue des Nations. Les Roud Léiwen ont vu leurs espoirs d’une participation à l'Euro 2020 s’évanouir. La faute à un adversaire biélorusse bien en place, efficace et plus mature, mais pas que… La clé du match: la maturité tactique de la Biélorussie!
Chris Philipps: «La déception est énorme»
Le Luxembourg a donc manqué sa finale du groupe 2 de la Ligue D de la Nations League. Dominés dans tous les compartiments du jeu, les hommes de Luc Holtz n'ont jamais trouvé la parade face au dispositif tactique des Biélorusses.
Chris Philipps (Luxemburg #6) diskutiert mit Aurelien Joachim (Luxemburg #22) nach Niederlage

/ Fussball, UEFA Nations League 2018, Saison 2018-2019, 5. Spieltag / 15.11.2018 /
Luxemburg - Weissrussland (Luxembourg vs Belarus) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
Trop de lacunes et d'absences pour espérer mieux
Un rêve est passé. Jamais l'équipe nationale ne s'est placée ce jeudi comme un possible vainqueur de la Biélorussie. Dans cette rencontre décisive pour la première place du Groupe 2, seuls Anthony Moris et Olivier Thill ont été à la hauteur de l'événement.
Anthony Moris, la tête basse, le portier luxembourgeois a pourtant tout fait pour garder son équipe à flot.
Pas de promo, pas d'Euro: un vrai fiasco
Le Luxembourg ne sera pas promu et ne jouera pas les barrages qualificatifs pour l'Euro 2020. Sa prestation indigente face à la Biélorussie (0-2) ne méritait pas d'autre issue qu'une fin de campagne anticipée. Inqualifiable!
Stanislav Dragun et Pavel Savitski ont écoeuré Lars Gerson et le Luxembourg.