Changer d'édition

Seizième journée en BGL Ligue: Fin de match palpitante, mais aucun vainqueur dans le choc
Sport 4 min. 25.02.2017

Seizième journée en BGL Ligue: Fin de match palpitante, mais aucun vainqueur dans le choc

Klapp a donné le tournis à Lafon en première mi-temps, mais les Jaune et Noir ont trouvé les ressources nécessaires pour revenir au score.

Seizième journée en BGL Ligue: Fin de match palpitante, mais aucun vainqueur dans le choc

Klapp a donné le tournis à Lafon en première mi-temps, mais les Jaune et Noir ont trouvé les ressources nécessaires pour revenir au score.
Photo: Fernand Konnen
Sport 4 min. 25.02.2017

Seizième journée en BGL Ligue: Fin de match palpitante, mais aucun vainqueur dans le choc

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Le Progrès a tenu en échec le Fola (2-2) ce samedi pour l'ouverture de la seizième journée de championnat. Si le club doyen a dominé la première période et menait logiquement au score, il a finalement dû courir après le résultat pour arracher un point.

Le Progrès a tenu en échec le Fola (2-2) ce samedi pour l'ouverture de la seizième journée de championnat. Si le club doyen a dominé la première période et menait logiquement au score, il a finalement dû courir après le résultat pour arracher un point.

Par Christophe Nadin

Le match. Le Progrès a enfin trouvé la partenaire avec qui il danse le mieux dans le haut du classement. C'est le Fola et c'est le second match nul de la saison face à cet adversaire pour les Jaune et Noir. Le deuxième point aussi pour Niederkorn face à une équipe du "Big Four".

Pourtant, on n'aurait pas misé un euro sur le retour de l'équipe locale dans un match entamé par le mauvais bout. Après cinq minutes, le débordement de Bensi et la passe pour le plat du pied de Hadji ressemblaient à s'y méprendre à ces exercices répétés à l'entraînement.

Le quinzième but de la saison de l'attaquant de pointe eschois mettait sur orbite une équipe du Fola qui allait prendre le premier acte à son compte. Dépassés par les vifs ailiers visiteurs, les latéraux jaune et noir passaient de sales moments.

Et quand, en plus, Flauss s'en mêle (24e), ça n'aide pas au regain de confiance. Le dégagement manqué du gardien local n'était pas mis à profit par Klapp trop gentil sur ce coup-là.

L'approche de la demi-heure donnait l'opportunité au Fola d'ôter tout suspense à la rencontre, mais Hadji ne profitait pas d'un cafouillage dans la défense locale (29e) et la belle percée de Klapp deux minutes plus tard n'était pas exploitée par Bensi qui croquait sa reprise.

Le réveil soudain de Niederkorn

On ne sait pas si Paolo Amodio a joué aux quilles avec ses joueurs à la pause ou s'il leur a fracassé le crâne contre le mur, mais on n'a pas reconnu cette équipe locale. Trop bien installé dans le match, le Fola voyait débouler des "morts de faim" sur le terrain.

A coup de ballons arrachés, le coeur de l'action se déplaçait d'une surface à l'autre et la frappe de 25 m d'Olivier Thill, plein axe, surprenait un Thomas Hym qui semblait être parti un peu tard sur ce tir bien placé.

Traumatisé par ce retour en force, le Fola allait même voir le Progrès lui passer devant pendant une demi-douzaine de minutes. Un long coup franc de Sébastien Thill atterrissait en plein dans la boîte sur la tête de Garos. Le ballon filait entre les jambes de Hym et les Jaune et Noir tenaient trois points inespérés une demi-heure plus tôt.

C'était sans compter sur le finish du Fola et d'un Françoise déroutant. L'ailier dribblait Flauss et glissait le ballon dans le but dans un angle très fermé.

Le match pouvait basculer dans un sens comme dans l'autre. Le coup franc vicieux donné à ras de terre par Françoise filait à la gauche du poteau de Flauss et Marco Tropeano, très bon ce samedi, renvoyait les deux équipes dos à dos.

La note du match. 15/20. Des buts, des retournements de situation et une volonté de gagner des deux équipes. Tout était réuni pour un match de bon niveau et les deux équipes n'ont pas volé cette note. L'engagement a largement compensé les quelques approximations techniques.

L'homme du match. Emmanuel Françoise. Le Fola avec ou sans lui, ce n'est pas pareil. Si Klapp, par son activité incessante en première mi-temps, lui a contesté cet honneur symbolique pendant un temps, l'ailier gauche s'est de nouveau montré incisif après la pause pour martyriser le pauvre Mastrangelo. Son but sauve un point. Son coup franc final aurait pu en rapporter trois.

Le fait du match. Le Fola n'a toujours pas trouvé la sérénité défensive. Après avoir encaissé à Mondorf puis contre Rosport - sans conséquence fâcheuse -, le club doyen a cette fois vu ses filets trembler à deux reprises. Avec deux points qui s'évaporent. Le titre n'est pas encore perdu mais il passera par une plus grande sérénité défensive.

Samir Hadji avait mis les Eschois aux commandes. On jouait à peine depuis cinq minutes de jeu.
Samir Hadji avait mis les Eschois aux commandes. On jouait à peine depuis cinq minutes de jeu.
Photo: Fernand Konnen

Progrès - Fola 2-2

Stade Jos Haupert, pelouse en bon état, arbitrage de M. Tropeano assisté par MM. Quiterio et Kricen, 617 spectateurs payants. Mi-temps: 0-1.

Evolution du score: 0-1 Hadji (5e), 1-1 O. Thill (50e), 2-1 Garos (78e), 2-2 Françoise (84e).

Corners: 2 (2+0) pour le Progrès; 3 (1+2) pour le Fola.

Cartons jaunes: Mastrangelo (37e, antijeu), Bors (70e, accroche Kirch) et O. Thill (79e, pousse le ballon trop loin) au Progrès.

PROGRÈS: Flaus; Mastrangelo, Ferino, Bouzid, Lafon; Garos; O. Thill (79e Menaï), Watzka, S. Thill; Bors (74e Borges), Laurent (90+1 Barbaro).

Joueurs non utilisés: Machado et Soares.

Entraîneur: Paolo Amodio.

FOLA: Hym; Mahmutovic, Bernard, Sacras, Kirch; Klapp (86e Lopes), Souto (79e Cvetkovic), Dallevedove, Françoise; Bensi, Hadji.

Joueurs non utilisés: Cabral, Lacroix et Bechtold.

Entraîneur: Jeff Strasser.



Sur le même sujet