Changer d'édition

Rodrigue Dikaba (Fola): «La mentalité fera la différence»
Sport 5 min. 06.12.2018 Cet article est archivé

Rodrigue Dikaba (Fola): «La mentalité fera la différence»

Rodrigue Dikaba s'impose devant le Differdangeois Gauthier Caron. Fidèle à son habitude, le médian du Fola est décidé à tout donner pour poursuivre l'aventure.

Rodrigue Dikaba (Fola): «La mentalité fera la différence»

Rodrigue Dikaba s'impose devant le Differdangeois Gauthier Caron. Fidèle à son habitude, le médian du Fola est décidé à tout donner pour poursuivre l'aventure.
Photo: Fernand Konnen
Sport 5 min. 06.12.2018 Cet article est archivé

Rodrigue Dikaba (Fola): «La mentalité fera la différence»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Le duel Dudelange - Fola éclipse tous les autres huitièmes de finale de la Coupe de Luxembourg disputés ce dimanche. Rodrigue Dikaba, l'ancien du F91, est notre invité avant cette finale avant la lettre.

Rodrigue, vous terminez votre première moitié de saison dans les rangs du Fola, que retenez-vous de ces premiers mois au sein du club doyen?

Je suis passé par toute une palette de sentiments. En Coupe d'Europe (contre Prishtina puis Genk), nous sommes allés au bout de nos possibilités et nous avons montré une certaine valeur qui laissait présager de bonnes choses pour le début de saison, mais nous perdons notre premier match face à la Jeunesse (1-3), puis un deuxième, à Mondorf (0-2). Tout ce que nous avions élaboré pendant la préparation s'est un peu écroulé et le club a décidé de rappeler Jeff (Strasser). Il a su faire en sorte que nous terminions cette moitié de saison avec un bilan plutôt positif.

C'est le moins que l'on puisse dire en terminant avec sept succès consécutifs pour revenir à deux points de la Jeunesse...

Oui, le bilan est tout à fait positif, mais je n'avais jamais connu deux défaites à la suite depuis que je suis arrivé au Luxembourg (en juillet 2015). Cela m'avait mis un petit coup sur la tête, mais je savais que nous avions un groupe de qualité. Il suffisait que la confiance revienne. Le club a su prendre les décisions qui s'imposaient. Il n'y avait pas mieux que le coach pour nous diriger, quelqu'un qui connaît le club, les joueurs. Il nous a redonné le goût de la victoire en mettant l'accent sur le travail et les qualités du groupe.

«Dieu et ma famille me donnent la force»

A la trêve, le Fola s'est positionné comme un candidat au titre...

J'ai quitté Dudelange pour rejoindre le Fola et continuer à gagner des titres. Pour moi, le Fola est un candidat naturel au titre de champion. La preuve, avant que je n'arrive au Luxembourg, c'est le Fola qui venait d'être sacré. Aujourd'hui, nous sommes simplement à notre place, même si nous sommes partis de loin. Après le dernier match de dimanche, on va pouvoir bien se reposer pour attaquer au mieux la seconde partie du championnat.

Vous êtes rapidement devenu un des piliers du Fola en disputant la quasi-intégralité des rencontres de championnat, mis à part huit minutes contre le Racing (1-2, 6e journée). A 33 ans, avez-vous dû changer vos habitudes dans votre préparation?

En premier lieu, j'ai été très bien accueilli et intégré au club. Mes coéquipiers m'ont tout de suite placé dans les meilleures conditions. Alors, quand on se sent aussi bien, la régularité vient d'elle-même. J'ai conservé le même rythme de vie, la même hygiène de vie. A mon âge, l'hygiène de vie est très importante pour être à la fois régulier et performant. Je tiens aussi à passer beaucoup de temps entouré de ma famille, elle me donne la force. Je suis aussi croyant, je crois en Dieu qui protège ma famille et me donne la force dans ce que j'entreprends.

«Les Dudelangeois ont apporté un plus au football luxembourgeois»

Vous avez suivi vos anciens partenaires dudelangeois en Ligue Europa, n'avez-vous pas eu une pointe de regret de ne pas avoir avoir été parmi eux à Milan, Séville ou Athènes?

J'étais vraiment très content pour eux quand ils ont décroché leur billet pour la phase de poules. C'est le fruit du travail qui a été fait depuis quelques années. Ils auraient difficilement pu faire mieux que de décrocher l'Olympiakos, le Betis et l'AC Milan. Je suis fier de leurs prestations, même si, à ce jour, ils n'ont pas encore pris de point. En tout cas, je suis certain qu'ils ont pris un maximum de plaisir et qu'ils ont apporté un plus au football luxembourgeois. Mais je n'ai pas de regret de ne pas participer à cette aventure. Je suis parti de Dudelange avec l'esprit totalement libre, et j'assume tout à fait ce choix, car je suis très bien au Fola.

Vous retrouvez cette équipe de Dudelange en Coupe de Luxembourg ce dimanche. Avez-vous une revanche à prendre par rapport à la défaite 1-2 enregistrée au stade Emile Mayrisch?

Nous aurions alors mérité un point ou même de gagner ce match. Au final, nous perdons, alors nous pouvons considérer cette rencontre comme une revanche, mais c'est surtout un match de Coupe dans lequel nous allons tout donner pour obtenir cette qualification pour la suite de l'épreuve. Nous allons jouer à Dudelange avec toute la confiance que nous avons emmagasinée lors de nos dernières sorties. Nous avons des arguments à faire valoir, démontrons-les pour se qualifier.

«Esposito est capable de sortir un grand match»

Comment voyez-vous cette «finale» avant la lettre?

Ce sera un match très tactique. L'équipe qui aura la plus grande rigueur l'emportera. Les deux équipes se valent, en termes offensif, et au niveau défensif, les deux sont costaudes. Mais en match de Coupe, cela ne suffit parfois pas, il faut autre chose que les qualités qui suffisent en championnat. La mentalité ou l'état d'esprit feront la différence.

Avez-vous décelé quelques points faibles chez votre adversaire?

Dudelange n'a pas beaucoup de points faibles. Les Dudelangeois sont forts dans tous les secteurs de jeu. S'il y en a, on va les travailler à l'entraînement C'est difficile de voir des défaillances, c'est au coach de nous le dire et de nous faire travailler sur les quelques petites lacunes qu'ils peuvent avoir.

Vous pensez au poste de gardien et à l'absence de Jonathan Joubert?

On sait que Jon reste le meilleur gardien du championnat, on ne va pas se le cacher. Mais je connais aussi bien les qualités du jeune Esposito. Il a beaucoup travaillé, beaucoup progressé et il est capable de sortir un grand match.

Un pronostic?

Une qualification de notre part... dans le temps réglementaire, en prolongations ou aux tirs au but, peu importe.

Le programme des huitièmes de finale de la Coupe de Luxembourg (dimanche 9 décembre)

15h Dudelange - Fola

15h Wiltz (PH) - Rosport

16h Mondorf - Differdange

16h Etzella - Jeunesse

16h RM Hamm Benfica - Progrès

16h US Esch (PH) - Strassen

16h Mühlenbach (PH) - Bissen (PH)

16h Bertrange (D1) - Mertert-Wasserbillig (PH)


Sur le même sujet

Ronny Souto avait annoncé sa retraite sportive l'été dernier avant de replonger pour une saison, et plus si affinités. A bientôt 39 ans, il est toujours une figure incontournable de la BGL Ligue. Ce dimanche, c'est sous le maillot du RM Hamm Benfica qu'il s'en ira défier le Fola, où il a passé sept saisons.
RM Hamm Benfica
Camille Ney im Gespraech mit Ronny Souto
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, Saison 2017-2018 / 31.07.2017 /
Teamvorstellung LFL, Presentation des equipes / 
Casino 2000 (Chapito), Mondorf /
Foto: Ben Majerus
Canach (11e, 18 points) reçoit Käerjéng (13e, 16 points) ce dimanche, pour le compte de la 20e journée en BGL Ligue. Un duel qui pourrait donner la tendance de la fin de saison dans le bas du classement. Mickaël Negi, le défenseur central de la Jeunesse, nous livre ses sentiments avant cette rencontre et nous offre ses pronostics.
Mickael Negi
Portrait, Porträt
/ Fussball, BGL Ligue Luxemburg, Saison 2016-2017 / 14.07.2016 /
Mannschaftsfoto, Teampraesentation, Teamfoto FC Jeunesse Canach /  Stade rue de Lenningen, Canach /
Foto: Ben Majerus
Avant la finale de la Coupe de Luxembourg
Dans l'attente de ses résultats universitaires, Joël Pedro en a profité pour empocher un deuxième titre de champion. Le meneur de jeu du F91, qui a réalisé une superbe saison, lorgne aussi la Coupe de Luxembourg. Interview avant le rendez-vous de dimanche contre l'US Mondorf.
Joël Pedro a pris une autre envergure cette saison.
Football / Après le 7e titre du Fola
L'entraîneur du Fola suivra des cours pendant dix mois en Allemagne Le Fola a dignement fêté le septième titre de son histoire dimanche soir. Retour avec Jeff Strasser sur une saison qui n'a pas été de tout repos. «Mais je veux bien connaître ce genre de saison difficile tous les ans», indique celui qui se prépare à des vacances studieuses pour préparer sa licence UEFA Pro.
Jeff Strasser passera sa licence UEFA Pro au cours des dix prochains mois et, à la reprise, passera le relais à Cyril Serredszum en début de semaine