Changer d'édition

Ricardo Thom: «Rejouer un jour en BGL Ligue»
Sport 2 min. 29.09.2015 Cet article est archivé
Football / Que deviens tu...

Ricardo Thom: «Rejouer un jour en BGL Ligue»

Ricardo Thom, ici sous le maillot de la sélection face à l'Autrichien Stefan Hierlander
Football / Que deviens tu...

Ricardo Thom: «Rejouer un jour en BGL Ligue»

Ricardo Thom, ici sous le maillot de la sélection face à l'Autrichien Stefan Hierlander
Photo: Nicolas Bouvy
Sport 2 min. 29.09.2015 Cet article est archivé
Football / Que deviens tu...

Ricardo Thom: «Rejouer un jour en BGL Ligue»

Passé par toutes les catégories de jeunes de l'équipe nationale, Ricardo Thom évolue en Autriche depuis quatre ans où il concilie football et études de médecine. L'ancien joueur de Mondercange, aujourd'hui âgé de 25 ans, n'exclut pas l'idée d'un retour sur les terrains du pays.

Passé par toutes les catégories de jeunes de l'équipe nationale, Ricardo Thom évolue en Autriche depuis quatre ans où il concilie football et études de médecine. L'ancien joueur de Mondercange, aujourd'hui âgé de 25 ans, n'exclut pas l'idée d'un retour sur les terrains du pays.

Propos recueillis par Yannis Bouaraba

Ricardo, quatre ans après votre départ de Mondercange, que devenez-vous?

J'évolue depuis cette année au SV Axams, un club de la région d'Innsbruck qui a été rétrogradé de la troisième à la cinquième division en raison de problèmes financiers. Pour l'instant nous sommes deuxièmes et toujours invaincus après huit matches de championnat. L'équipe est en reconstruction et l'objectif est de retrouver la troisième division d'ici trois ans. C'est un projet ambitieux.

Comment évaluez-vous le niveau de la cinquième division autrichienne où vous jouez?

Le niveau est bon et il y a toujours entre cinq cents et six cents spectateurs à chaque match. Je dirais qu'on est l'équivalent d'une équipe de BGL Ligue de deuxième partie de tableau, ou une équipe de PH du haut de classement.

Qu'est-ce qui vous amené en Autriche?

Ce sont mes études. J'ai emménagé à Innsbruck en 2010 pour commencer des études de médecine. Je voulais absolument continuer le foot même si j'avais décidé de donner la priorité à l'école. Aujourd'hui, je suis en cinquième année et j'aimerais me spécialiser dans la médecine du sport.

Comment conciliez-vous études et football?

Au début du semestre, je suis informé à l'avance de mon emploi du temps. J'essaye de m'arranger avec les autres étudiants pour déplacer des cours quand c'est possible et pouvoir m'entraîner. On s'entraîne en général trois à quatre fois par semaine.

Suivez-vous encore l'actualité du football luxembourgeois?

Bien sûr, je suis les matches chaque semaine et j'ai été surpris par le début de saison du promu Strassen.

Quels liens gardez-vous avec le Luxembourg?

Je ne rentre pas très souvent. Je dirais une fois tous les trois mois. J'habite à Mondorf. D'ailleurs, c'est là que je m'entraîne quand je reviens au Luxembourg. La plupart des joueurs avec qui j'évoluais en sélection n'y sont plus mais j'ai gardé de bons contacts avec Mathias Jänisch, qui joue à Differdange. Sinon, il y a aussi Miralem Pjanic, qui est un ami depuis tout jeune. Je lui rends souvent visite à Rome.

Vous souvenez-vous de l'exploit de Dudelange contre le Red Bull Salzbourg en 2012? Quel retentissement cela a-t-il en Autriche?

Je me souviens qu'avant la rencontre, les gens rigolaient. Ils me disaient: «c'est qui Dudelange?» Maintenant, croyez-moi, ils connaissent cette équipe. Parfois on me demande de leurs nouvelles. C'était un bel exploit d'éliminer Salzbourg sur deux match et je crois que c'est un des premiers matches qui a montré que le football luxembourgeois était en progression.

Est-ce qu'un retour dans le championnat national est envisageable?

Je ne sais pas, mais tout est possible. Je suis quelqu'un de spontané, donc je n'exclus rien. Mais oui, j'aimerais rejouer en BGL Ligue un jour. D'ailleurs, je suis chaque année en contact avec des clubs d'élite. Alors oui, pourquoi pas?


Sur le même sujet

La question s'est posée pour le président de la Fédération luxembourgeoise de foot mais le patron de la FLF met chacun face à ses responsabilités, sans rien imposer. Paul Philipp revient sur la nouvelle saison marquée par le covid mais aussi les prochains matches des Lions Rouges.
WO fr , Monnerich , ITV Paul Philipp , Presdeint Federation Luxembourgeoise de Football , FLF , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Ronny Souto avait annoncé sa retraite sportive l'été dernier avant de replonger pour une saison, et plus si affinités. A bientôt 39 ans, il est toujours une figure incontournable de la BGL Ligue. Ce dimanche, c'est sous le maillot du RM Hamm Benfica qu'il s'en ira défier le Fola, où il a passé sept saisons.
RM Hamm Benfica
Camille Ney im Gespraech mit Ronny Souto
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, Saison 2017-2018 / 31.07.2017 /
Teamvorstellung LFL, Presentation des equipes / 
Casino 2000 (Chapito), Mondorf /
Foto: Ben Majerus
Le joueur d’Anderlecht a fait une arrivée remarquée chez les Espoirs. Titulaire à l’aller contre la Slovénie pour son baptême chez les U21, il est sorti du banc contre la Bulgarie pour donner la victoire au Luxembourg. Rencontre avec un jeune homme pressé.
Loris Tinelli aborde ces deux rencontres internationales avec un capital confiance au zénith.
David Spir, l’entraîneur de l’Union Remich-Bous, évoque le début de saison idéal de sa formation, qui a réalisé un sans-faute (9 sur 9) et occupe logiquement la tête du championnat de Division 2, Série 2, avant d’affronter l'US Mondorf, dimanche (16h) dans un des duels des 32es de finale de la Coupe de Luxembourg.
Alexandre Karapetian trépigne d'impatience en attendant de pouvoir enfiler le maillot du FC Victoria. L'ancien attaquant de Grevenmacher évoque le match de dimanche entre les frères ennemis et reconnaît avoir commis une grosse erreur en voulant quitter le Luxembourg.
Alexandre Karapetian  est persuadé que Rosport va se sauver