Changer d'édition

Renaud Cohade: «Metz va tout faire pour recoller et se maintenir»
Sport 5 min. 18.04.2018 Cet article est archivé

Renaud Cohade: «Metz va tout faire pour recoller et se maintenir»

Renaud Cohade, ici à la lutte avec le Lyonnais Tanguy Ndombelé, est un des Grenats les plus réguliers de la saison.

Renaud Cohade: «Metz va tout faire pour recoller et se maintenir»

Renaud Cohade, ici à la lutte avec le Lyonnais Tanguy Ndombelé, est un des Grenats les plus réguliers de la saison.
Photo: AFP
Sport 5 min. 18.04.2018 Cet article est archivé

Renaud Cohade: «Metz va tout faire pour recoller et se maintenir»

Capitaine exemplaire depuis le début de saison, Renaud Cohade (33 ans) sera encore au cœur du combat face à Caen ce samedi (20h). Un match crucial, qui pourrait sonner comme le vrai retour du FC Metz dans la course au maintien ou aux barrages. Ensuite il faudra aller à Lille.

Capitaine exemplaire depuis le début de saison, Renaud Cohade (33 ans) sera encore au cœur du combat face à Caen ce samedi (20h). Un match crucial, qui pourrait sonner comme le vrai retour du FC Metz dans la course au maintien ou aux barrages. Ensuite il faudra aller à Lille.

Propos recueillis par Hervé Kuc

  • Renaud, quelle est l’ambiance dans le vestiaire après le succès acquis à Rennes (2-1, 33e journée)?

Après une victoire, elle est toujours meilleure et généralement la semaine se déroule mieux. Le fait de s’être imposé à Rennes nous permet d’y croire encore. Malgré tout, nous savons qu’il faut se remobiliser, nous n’oublions pas que nous sommes toujours derniers de Ligue 1. Nous allons nous concentrer pour retrouver le goût du succès à domicile car cela fait un petit moment que cela n’est plus arrivé (2-1 face à Nice, 23e journée, 27 janvier, NDLR). La venue de Caen est vraiment importante.

  • Comment justifiez-vous les deux visages affichés par votre formation face aux Rennais?

Nous n’avons pas spécialement changé grand-chose au cours de ces deux périodes. On voulait leur laisser peu d’espaces avec leurs attaquants rapides, mais nous avons eu des problèmes sur les côtés: tactiquement nous avons su les résoudre après le repos. Mentalement, notre entame de match n’était peut-être pas suffisante, mais la suite a été bien meilleure.

  • Samedi, c’est Caen (15e, 35 points) qui arrive à Saint-Symphorien (34e journée). L’attente de vos supporters est énorme…

Elle a toujours été présente. Aujourd’hui, nous sommes revenus à quatre points du 18e (Troyes) et cela prouve que le groupe n’a jamais lâché et se bat sur tous les matches. Nous avons su bien réagir après la claque enregistrée face à Lyon, un adversaire au-dessus de nous, et peu de monde pensait que nous pourrions nous imposer à Rennes. Il nous reste cinq parties à disputer et nous n’avons plus le droit de rater une marche si nous voulons nous offrir une fin de saison très excitante.

  • Que vous inspire cette équipe de Caen qui arrive à Saint-Symphorien samedi?

On connaît cet adversaire. Une formation efficace qui possède des joueurs expérimentés et un Santini qui marque des buts. On sait que cela va être un match compliqué à jouer. Si on y met de la «rage», on sait que l’on peut remporter cette partie. Est-ce une rencontre capitale? On nous l’a dit chaque semaine depuis quelques mois. Ce qui est certain c’est que plus la fin du championnat s’approche, plus les enjeux sont importants. Nous avions déjà eu des opportunités à domicile et nous n’avons pas su en profiter. Si on met la même intensité et détermination que nous avons affichées face à Rennes, nous serons difficiles à battre.

  • Vous bénéficiez d’une grande expérience en Ligue 1. A cinq journées de la fin, peut-on dire qu’il existe des calendriers plus favorables que d’autres?

Il y a des adversaires plus forts que d’autres: on a perdu des points à domicile face à Toulouse et on a su aller s’imposer à Rennes, c’est paradoxal, les matches ne se ressemblent pas. Il faut se concentrer sur nous, jouer les matchs et ensuite on fera le point. Nous avons la chance d’affronter des adversaires qui sont aussi dans la course au maintien et c’est mieux que de jouer Paris, Marseille ou Monaco. Si on bat Caen ce week-end, nous disputerons une partie à six points à Lille.

  • Comment expliquez-vous l’excellente complémentarité qui existe entre Matthieu Dossevi (10 passes décisives) et Nolan Roux (14 buts)?

Je ne sais pas, c’est à eux qu’il faut poser la question (rires)… Nolan est un avant-centre qui sent bien les coups, je suis très content pour lui, je le connais depuis mon passage à Saint-Etienne: c’est un super gars, avec une superbe mentalité, ce n’est pas le genre à s’enflammer et on espère qu’il va continuer à nous en marquer d’autres jusqu’à la fin de cette saison. Il bénéficie du travail d’Emmanuel Rivière qui occupe bien la surface et cela dégage des espaces pour Nolan. Matthieu Dossevi est un bon centreur et comme Nolan a été repositionné sur un côté cela est bénéfique à l’équipe.

  • A près de 34 ans, quelle est votre recette pour être aussi régulier tout au long d’une saison?

Quand tu sais que tu vas finir dans quelques années, tu en profites de plus en plus. J’ai de la chance de faire un tel métier, je suis content de jouer au football, je ne rate quasiment pas d’entraînement, j’enchaîne les matches et je me sens bien. J’ai été opéré des croisés il y a deux-trois ans et j’avais bien bossé pour revenir en effectuant une bonne rééducation. Psychologiquement, cette saison est compliquée, nous sommes la lanterne rouge depuis le départ. Il ne faut rien lâcher car cela peut basculer dans le bon sens. Toulouse l’a fait il y a quelques saisons. Jouer en Ligue 1 est une belle chance, il faut croquer dedans. Le FC Metz va tout faire pour recoller et nous maintenir.

  • Vous êtes convoqué, au même titre que Moussa Niakhaté, par la Commission de discipline ce jeudi 19 avril. Etes-vous surpris par cette convocation?

Honnêtement oui, cela m’a surpris car je souhaite savoir pour quelle raison? Ce serait par rapport au penalty qui nous a été accordé à Strasbourg (2-2). Si ce sont des propos rapportés par quelqu’un, il y  aurait beaucoup de joueurs qui seraient conviés devant cette commission. Se déplacer à Paris, le jeudi, jour pendant lequel tu te reposes un peu dans une semaine de travail, est un peu dérangeant. Il y a eu une situation litigieuse au cours de cette rencontre (le penalty), mais je ne comprends pas pourquoi je suis convoqué. On verra bien.


Sur le même sujet

Les Messins s'en vont à Nice ce samedi (20h) pour y disputer leur troisième rencontre de championnat en huit jours. Les hommes de Vincent Hognon vont devoir retrouver de la fraîcheur et une assurance qui ne sont pas leurs points forts depuis quelques semaines. L'ex-Messin Samuel Allegro présente la partie.
Metz' French defender Thomas Delaine (L) vies with Rennes' French forward Romain Del Castillo (R) during the French L1 football match between Metz (FCM) and Rennes (Stade Rennais) at Saint Symphorien stadium in Longeville-les-Metz, eastern France, on December 4, 2019. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
Bettembourg et Junglinster n'ont pas su se départager mais la Jeunesse a pris une option sur le titre. Schifflange retrouve une place de barragiste en bas de tableau. En ligue 2, Larochette a gagné son ticket pour la Ligue 1 alors qu'en Ligue 3, Ell 2 et Junglinster sont champions.
Senada Ceman, en bleu, SC Bettembourg, et Bianca Schmitz, Jeunesse Junglinster / Foto: Stéphane Guillaume
Le FC Metz a repris des couleurs, et, du rouge vif, il va tenter de passer à l’orange face à Caen ce samedi (20h). Une partie à remporter avant d’aller à Lille, puis de recevoir Angers, histoire d’entrevoir le vert intense. Stéphane Borbiconi commente des débats que l’on prévoit forcément tendus et disputés.
Metz' Senegalese defender Fallou Diagne (L) celebrates with his teammate Japanese goalkeeper Eiji Kawashima at the end of the French L1 Football match between Rennes (Stade Rennais FC) and Metz (FC), on April 14, 2018, at the Roazhon Park, in Rennes, western France.
Metz won 2-1. / AFP PHOTO / Jean-Francois MONIER
Battu lors de l'ouverture du championnat à Hostert (1-2), le F91 a déjà grillé l'un de ses seuls jokers. Sous le feu des critiques, Sanel Ibrahimovic assume ses responsabilités et le répète à l'envi: «Je suis plus fort que jamais»!
Sanel Ibrahimovic et le F91 n'ont pas trouvé l'ouverture contre Hostert. C'est déjà l'heure du quitte ou double à Mondorf.
Le FC Metz s'apprête à livrer une bataille ultra importante ce samedi (20h) face à Caen. Kevin Lejeune (32 ans) en appelle à une envie irréprochable pour tenter de distancer un adversaire également concerné par le maintien. Les Messins accueilleront ensuite le PSG le mardi 18 avril. Chaud devant.
Kevin Lejeune à la relance. Le capitaine messin estime qu'il faudra se battre jusqu'au bout pour maintenir le club en L1.
Laissé à la disposition de l’équipe réserve (CFA) ou remplaçant en Ligue 1 à de multiples reprises, Yeni N’Gbakoto (23 ans) pourrait retrouver une place de titulaire à Caen (30e journée) ce samedi (20h). Le calme et la sagesse transparaissent dans les propos messins malgré une situation comptable critique (20e, 22 points). Jusqu'à quand?
FBL-FRA-LIGUE1-LORIENT-METZ