Changer d'édition

Ranguel Krivov: "Le comité de Lorentzweiler m'a convaincu"
Sport 2 min. 13.01.2014

Ranguel Krivov: "Le comité de Lorentzweiler m'a convaincu"

Ranguel Krivov envisage peut-être un jour d'entraîner à l'étranger

Ranguel Krivov: "Le comité de Lorentzweiler m'a convaincu"

Ranguel Krivov envisage peut-être un jour d'entraîner à l'étranger
Photo: Photo: Fabrizio Munisso
Sport 2 min. 13.01.2014

Ranguel Krivov: "Le comité de Lorentzweiler m'a convaincu"

Entraîneur durant seize ans au EVC, Ranguel Krivov a renoncé en mai 2012. Il est, de nouveau, actif en Novotel Ligue. "Être contacté par Lorentzweiler m'a surpris et flatté. Ce club possède une renommée."

(VL). Entraîneur durant seize ans au EVC, Ranguel Krivov a renoncé en mai 2012. Il est, de nouveau, actif en Novotel Ligue. "Etre contacté par Lorentzweiler m'a surpris et flatté. Ce club possède une renommée. N'empêche, j'ai réfléchi avant d'accepter car j'ai déjà refusé plusieurs propositions (France ou Bulgarie). Le volley-ball est toute ma vie. J'étais tenté même si je n'oublie pas Esch. On a discuté avec mon épouse pour organiser au mieux la vie de famille. J'entraîne le VCL jusqu'en fin de saison (trois mois). Faute de décrocher une place dans le Top 4 (5e et largué), l'objectif est de se qualifier pour la finale de la Coupe de Luxembourg (demi contre Bonnevoie le 7 février), ce qui serait une première.

Trophée Deni Krivova: "Cela reste un moment difficile"

Comme de coutume, Ranguel a remis – 6e édition – le trophée Deni Krivova au MVP (meilleur joueur de la compétition). La Luxembourgeoise Cindy Schneider (Gym Volley) l'a reçu. "Cela reste un moment difficile, rempli d'émotion. Le temps passe (décès accidentel le 26 avril 2008) selon les gens. Il n'y a rien qui passe. Je remercie la FLVB pour cet hommage à Deni. Sa vie fut trop courte mais elle a laissé une trace. L'arrivée de Lea (3,5 ans) m'aide au quotidien. Lea est curieuse, intéressée par beaucoup de choses."

Fédération: "Un job en trois parties"

"Primo. En compagnie de Detlev Schonberg et Massimo Tarantini, nous avons en charge les cadettes. Je suis assistant coach. Secundo. Je suis head coach de l'équipe junior(e). D'ailleurs, je n'aurai bientôt plus de travail : toutes mes filles vont chez les A. C'est une preuve que mon travail n'est pas si mal effectué. Tertio. Le projet "Letz Volley School" est grisant. Avec des collègues, nous allons à la rencontre des élèves des écoles primaires. On y passe deux, trois semaines, les initiations au volley (un sport très technique). Le souhait est de les convaincre à s'affilier à un club. Cette démarche est favorable: les affiliations sont en hausse."

"Pourquoi ne pas entraîner à l'étranger?"

"J'ai de la famille en Bulgarie mais elle n'est plus très nombreuse. D'un autre côté, je suis un ancien joueur professionnel et je sais m'adapter aux déménagements. Lea est trop petite et il n'est pas question de quitter le Luxembourg. D'ici quelques années, tout est envisageable. Le niveau du volley-ball au pays est ce qu'il est. On va vu la différence avec l'équipe féminine de Terville Florange (1re, trois matches, trois victoires) lors du Novotel..."