Changer d'édition

Quels leaders sur le Giro, le Tour et la Vuelta?
Sport 7 min. 19.12.2018 Cet article est archivé

Quels leaders sur le Giro, le Tour et la Vuelta?

La Sky en tête de peloton lors du Tour 2018. La formation britannique a fait de la Grande Boucle son objectif prioritaire.

Quels leaders sur le Giro, le Tour et la Vuelta?

La Sky en tête de peloton lors du Tour 2018. La formation britannique a fait de la Grande Boucle son objectif prioritaire.
Photo: Serge Waldbillig
Sport 7 min. 19.12.2018 Cet article est archivé

Quels leaders sur le Giro, le Tour et la Vuelta?

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Tom Dumoulin et Vincenzo Nibali au départ de Bologne. Chris Froome qui ambitionne un cinquième maillot jaune sur les Champs-Elysées, le duo Romain Bardet-Thibaut Pinot pour animer la Grande Boucle au côté de Nairo Quintana. Petit tour du propriétaire des favoris aux maillots rose, jaune et rouge.

Depuis la présentation du parcours du Tour d'Espagne 2019 qui s'est tenue mercredi soir à Alicante, le programme des trois grands Tours est connu. Etapes de montagne, contre-la-montre, arrivées au sommet, chaque coureur va pouvoir étudier en long et en large les tracés mis à disposition par les organisateurs même si la plupart des leaders du peloton ont déjà fixé leurs objectifs hormis Geraint Thomas.

Giro: Dumoulin vise la passe de deux

Le Tour d'Italie lancera donc les hostilités le 11 mai. Si les puncheurs et les sprinters seront à la fête lors de la première semaine, la suite du programme proposera des étapes effrayantes de montagne en deuxième et troisième semaine, avec en particulier la montée du Passo Gavia. Un programme corsé mais qui n'a pas effrayé le Néerlandais Tom Dumoulin, lauréat en 2017 et dauphin de Chris Froome cette année. Les trois contre-la-montre qui se dérouleront dans la Botte ont sans doute fait pencher la balance.

«Après des semaines de discussions, l'objectif principal en 2019 sera le Giro. Nous avons longtemps eu le Tour de France en tête, mais le Giro a un si beau parcours l'an prochain. J'aime vraiment l'Italie, j'aime le parcours, j'aime la course. Donc ce sera mon objectif principal», a annoncé le leader de la Sunweb qui a précisé qu'il devrait être tout de même au départ de la Grande Boucle, à Bruxelles.

Les coureurs transalpins ont aussi fait de leur Tour national un objectif. A commencer par Vincenzo Nibali. «Gagner le Giro est le grand objectif de ma prochaine saison», a déclaré le Requin de Messine (34 ans) qui comme en 2016 disputera également le Tour de France. Dans sa mission, il pourra compter sur son compatriote Domenico Pozzovivo. Fabio Aru (UAE), qui reste sur une année sans succès et un abandon sur ses terres, devrait lui aussi mettre à profit le Tour d'Italie pour redorer son image.

Simon Yates, victime d'une terrible chute à quelques jours de l'arrivée alors qu'il portait le maillot rose, n'est pas revanchard. Le Britannique de 26 ans est bien décidé à revenir après avoir empoché de bien belle manière la Vuelta en septembre dernier. «Je suis impatient de revenir. J’ai évidemment de grands souvenirs de la dernière édition avec mes trois victoires d’étape, mais j’aimerais évidemment revenir pour terminer le travail.»

Troisième cette année du Giro et de la Vuelta, le Colombien Miguel Angel Lopez a fait de la course au maillot rose une obsession. Le coureur de 24 ans fait partie des hommes à suivre en 2019 alors que du côté français, on misera sur le duo d'Ag2r Alexis Vuillermoz-Tony Gallopin pour briller.

Le Russe Ilnur Zakarin (Katusha) et le Polonais Rafal Majka (Bora) ont aussi fait de cette épreuve une priorité. Enfin du côté de la Movistar, c'est Mikel Landa et le champion du monde Alejandro Valverde qui porteront les ambitions de la formation espagnole.

Tour de France: l'inconnue Thomas

Chris Froome a beau avoir remporté le Giro en mai dernier, il n'en demeure pas moins que le Britannique a fait de la Grande Boucle sa priorité n°1. Lauréat en 2013, 2015, 2016 et 2017, le leader de la Sky rêve d'inscrire son nom au palmarès une cinquième fois et rejoindre ainsi dans l'histoire de l'épreuve les monstres sacrés que sont Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain. 

Vainqueur sortant, Geraint Thomas ne s'est pas encore prononcé sur son programme de course. Le Gallois compte bien défendre son titre mais il a aussi évoqué l'idée de se produire sur les routes du Giro, une épreuve qui ne lui a jamais trop réussi par le passé (abandon en 2017, 80e en 2012 et 118e en 2008). 

Annoncé dans un premier temps au départ de Bologne, Romain Bardet sera à nouveau un des acteurs clés du 100e Tour de France après être monté sur le le podium à deux reprises (2e en 2016, 3e en 2017). «C'est un choix mûrement réfléchi avec les entraîneurs et Romain lui-même. Le parcours du Tour est adapté à ses qualités plus que celui du Giro», a ajouté Vincent Lavenu, le responsable de l'équipe française.

Thibaut Pinot, un des animateurs des deux derniers Giro, 4e en 2017, fera son retour sur la Grande Boucle après deux ans d'absence. Retour aussi pour Rohan Dennis (Bahrain) après quatre ans d'infidélité pour le premier porteur du maillot jaune du Tour 2015, c'était à l'issue du chrono inaugural d'Utrecht. Chez Astana, le rôle de leader sera à nouveau confié à Jakob Fuglsang, chez Bora c'est Emanuel Buchmann qui est attendu en première ligne alors que chez LottoNL, Steven Kruijswijk et George Bennett conduiront l'équipe néerlandaise. Quant au Slovène Primoz Roglic, il n'a pas encore tranché (Giro ou Tour).

Après avoir empoché le Giro en 2014 et la Vuelta en 2016, Nairo Quintana essaiera à nouveau de réaliser son rêve de sacre sur le Tour en 2019, en tant que leader de Movistar. Le grimpeur colombien sera notamment accompagné dans cette quête sur les routes françaises par l'Espagnol Mikel Landa.

Le champion du monde Alejandro Valverde est attendu au départ du Giro et de la Vuelta en 2019.
Le champion du monde Alejandro Valverde est attendu au départ du Giro et de la Vuelta en 2019.
Photo: AFP

Vuelta: Valverde en électron libre

Programmé du 24 août au 15 septembre, le Tour d'Espagne clôturera le triptyque des grands tours. On devrait y retrouver les grands battus du printemps ou de l'été. Alejandro Valverde (38 ans) et son maillot arc-en-ciel en sera l'attraction n°1. Pour avoir une idée un peu plus précise du plateau, on attendra encore un peu mais on devrait y retrouver le Belge Thomas De Gendt, un des baroudeurs attitrés du peloton.

Le coureur de la Lotto ambitionne de disputer les trois grands Tours au cours des douze prochains mois.  «Je pense que c'est faisable. Je le sens bien moi-même. Je l'ai proposé à mon directeur sportif et c'est venu comme ça. Cela fait déjà quatre ans que je double Tour de France et Tour d'Espagne. Et les deux dernières fois, mon deuxième tour était toujours meilleur que le premier.»

Et les Luxembourgeois?

En attendant l'officialisation du programme de Bob Jungels, ce qui devrait être fait en janvier à l'occasion de la présentation de l'équipe Deceuninck-Quick Step, on sait seulement que Ben Gastauer disputera le Giro dans un rôle de soutien aux Français Vuillermoz et Gallopin. Le Schifflangeois pourrait enchaîner avec la Grande Boucle mais la décision ne sera prise qu'après l'arrivée du Tour d'Italie. Tout dépendra aussi des résultats obtenus pas Ag2r au cours de cette première partie de saison.

Jempy Drucker, qui est concentré sur les Flandriennes, ne disputera pas le Giro mais aucune décision n'a été prise à propos du Tour ou de la Vuelta. L'ancien coureur de la BMC devra lui aussi patienter avant de connaître son programme à l'issue des classiques. 

Pour en revenir à Jungels, il a annoncé quelques changements durant l'année 2019 lors de la cérémonie de remise de prix de son titre de sportif de l'année. Si l'Espagnol Enric Mas, 2e du Tour d'Espagne et 4e du Tour de Suisse, devrait faire ses premiers pas sur le Tour avec l'équipe belge dans un rôle de leader, le champion national pourrait revenir sur le Tour d'Italie, une épreuve qui lui a souri par le passé (1 succès d'étape et 2 maillots blancs de meilleur jeune).

Pour  Alex Kirsch, qui s'apprête à disputer sa première saison en WorldTour sous le maillot de la Trek, les classiques restent sa priorité mais il pourrait mettre à profit la fin de saison pour se tester sur une épreuve de trois semaines. Pourquoi pas le Tour d'Espagne?    


Sur le même sujet

Trois ans après une première expérience sur le Tour, Bob Jungels (25 ans) est de retour sur le devant de la scène. Tout auréolé de sa victoire sur la Doyenne, le Luxembourgeois de la Quick Step ambitionne de se classer parmi les dix premiers du général. Rêve ou objectif réaliste?
Bob Jungels (Quick-Step Floors) - Critérium du Dauphiné 2018 - 6. Etappe - Foto: cyclingpix.lu
La saison du WorldTour, qui démarre ce mardi aux Antipodes, dans la région d'Adelaïde, avec le traditionnel Tour Down Under, annonce une année 2018 marquée par plusieurs questions et notamment le rôle que pourrait jouer Bob Jungels sur la Grande Boucle.
Les Ardennaises et le Tour de France vont rythmer la première partie de saison de Bob Jungels.
Les Luxembourgeois au Giro
Bob Jungels, Laurent Didier et Ben Gastauer ont rendez-vous ce vendredi avec l'histoire. La 100e édition du Tour d'Italie s'élance depuis Alghero en Sardaigne pour trois semaines de course. Une épreuve qui s'annonce spectaculaire et particulièrement ardue dans sa dernière ligne droite.
Laurent Didier (Trek-Segafredo) - Giro d'Italia - 17. Etappe Molveno-Cassano d'Adda - Foto: Serge Waldbillig
Laurent Didier s'apprête à prendre la direction de l'Australie pour débuter sa saison. Après une année 2016 en demi-teinte, le coureur de Trek-Segafredo s'est fixé comme principal objectif le Tour d'Italie où il espère faire briller Bauke Mollema.
Laurent Didier connaît son début de saison. La suite est encore un peu floue, mais le Giro sera le premier grand moment.