Changer d'édition

Quarts de finale de la C1: Bayern-Real: l'élève Zidane défie le maître Ancelotti
Sport 4 min. 11.04.2017

Quarts de finale de la C1: Bayern-Real: l'élève Zidane défie le maître Ancelotti

Carlo Ancelotti retrouve ce mercredi Zinedine Zidane, son ancien adjoint. «C'est quelqu'un que j'aime beaucoup. Je suis très content qu'il fasse une super saison et qu'il ait gagné la Ligue des champions l'an dernier», estime l'Italien.

Quarts de finale de la C1: Bayern-Real: l'élève Zidane défie le maître Ancelotti

Carlo Ancelotti retrouve ce mercredi Zinedine Zidane, son ancien adjoint. «C'est quelqu'un que j'aime beaucoup. Je suis très content qu'il fasse une super saison et qu'il ait gagné la Ligue des champions l'an dernier», estime l'Italien.
Photo: Reuters
Sport 4 min. 11.04.2017

Quarts de finale de la C1: Bayern-Real: l'élève Zidane défie le maître Ancelotti

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Bayern Munich - Real Madrid: c'est l'affiche de rêve des quarts de Ligue des champions ce mercredi. Une finale avant la lettre qui risque de faire de l'ombre à l'autre rencontre entre l'inattendu Leicester et l'Atletico Madrid.

(AFP) - Bayern Munich - Real Madrid: c'est l'affiche de rêve des quarts de Ligue des champions ce mercredi. Une finale avant la lettre qui risque de faire de l'ombre à l'autre rencontre entre l'inattendu Leicester et l'Atletico Madrid.

Le Bayern et le Real, c'est 16 Ligues des champions à eux deux, 5 pour les Bavarois et 11 pour les Espagnols. Autant dire que leur double confrontation, mercredi en Allemagne et le 18 avril dans la capitale espagnole, vaut très cher.

Les Madrilènes sont tenants du titre. Ils ont remporté l'édition 2016 dès la première année sur le banc de Zinédine Zidane, ex-joueur vedette de la «Maison Blanche» et de l'équipe de France. Pour Zizou et les siens, le quart contre le Bayern est aussi celui des retrouvailles avec Carlo Ancelotti, qui fut l'entraîneur du Real de 2013 à 2015, avec dans le rôle d'adjoint à l'époque un certain... Zinédine Zidane.

Ensemble, les deux hommes avaient offert au Real Madrid la «Decima», la dixième Ligue des champions de son histoire, en 2014. C'était, pour le coach italien, la troisième après ses deux titres conquis avec l'AC Milan. Zinédine Zidane, à l'époque, apprenait encore son métier d'entraîneur.

Depuis, «ZZ» a pris les rênes de la «Maison Blanche» en janvier 2016 et remporté la 11e couronne du club. Sans jamais renier son ancien mentor, bien au contraire. «Zizou est quelqu'un d'intelligent, il a emprunté beaucoup d'idées à Carlo, qui l'avait eu comme joueur à la Juventus et comme adjoint à Madrid», raconte Cristiano Ronaldo, dans le livre d'Ancelotti («Quiet Leadership»).

Pourtant, lorsque l'arbitre donnera le coup d'envoi à l'Allianz Arena, mercredi soir, il n'y aura plus ni maître ni élève. Zidane, déjà, a mis les choses au point: «Oui, ma relation avec lui est importante, parce que j'ai été son second (mais) avec tout le respect que j'ai, quand ce match va arriver, ce sera un match que moi je vais vouloir gagner».

Ancelotti, pour sa part, est sans doute le mieux placé pour savoir à qui il se frotte: «Zidane est déjà un grand entraîneur», assure-t-il. «Il a un charisme et les joueurs le respectent vraiment. C'est quelque chose de très important pour un groupe.»

Pour Zidane, l'enjeu est non seulement un 12e sacre pour le Real, mais aussi un deuxième titre consécutif, exploit que plus personne n'a accompli depuis l'AC Milan 1989-1990, où jouait un certain... Ancelotti!

Le Bayern pour sa part attend depuis 2013 de pouvoir inscrire son nom pour la sixième fois au palmarès. Et les Bavarois n'en font pas mystère, s'ils ont recruté à l'intersaison le coach italien pour succéder à Pep Guardiola, c'est bien pour ramener le club au sommet de l'Europe. «Le Real Madrid est la meilleure équipe du monde, mais nous avons Ancelotti», a lancé, un brin provocateur, le patron du Bayern Karl-Heinz Rummenigge.

Si le Real Madrid de Karim Benzema évoluera en déplacement, l'Atletico d'Antoine Griezmann se doit de faire la différence à domicile contre Leicester.
Si le Real Madrid de Karim Benzema évoluera en déplacement, l'Atletico d'Antoine Griezmann se doit de faire la différence à domicile contre Leicester.
Photo: AFP

Pour cette manche aller, les Bavarois comme les Madrilènes vont devoir bricoler en défense centrale. Les Allemands sont privés de leur taulier Mats Hummels, touché à la cheville droite. Les Espagnols devront faire sans Raphaël Varane et Pepe tous les deux blessés.

Pour le reste, l'Allianz Arena ressemblera à une piste aux étoiles, avec notamment un duel de buteurs hors-normes: Cristiano Ronaldo, meilleur réalisateur de l'histoire de la Ligue des champions (96 buts) et Robert Lewandowski, devenu célèbre un soir de mai 2013 pour avoir crucifié... le Real en réussissant un quadruplé, sous les couleurs de Dortmund, en demi-finale de Ligue des champions (4-1).

Leicester au pied de la montagne Atletico

L'autre affiche de la soirée, entre l'Atletico Madrid et Leicester, paraît plus déséquilibrée sur le papier. Le club anglais atteint les quarts de finale pour la première fois de son histoire. La belle aventure se poursuit donc pour les «Foxes», qui avaient été sacrés champions d'Angleterre à la surprise générale l'année dernière.

Cette saison, leurs débuts catastrophiques en Premier League annonçaient des lendemains plus sombres. Mais ils se sont servi de leur belle campagne en Ligue des champions pour se relancer. Le Petit Poucet de ces quarts n'a rien à perdre mercredi sur le terrain de l'Atletico, un habitué à ce stade de la compétition.

Le club espagnol reste en effet sur deux finales en 2014 et 2016, à chaque fois perdues face au Real. Le fer de lance offensif de «l'Atleti», Antoine Griezmann, attend toujours son premier sacre, surtout au moment où les rumeurs de départ se multiplient.

Mercredi 20h45

Bayern Munich - Real Madrid

Atletico Madrid - Leicester


Sur le même sujet

Ligue des champions: Real-Bayern: non, Ronaldo n'est pas fini!
Cristiano Ronaldo bouge encore: toujours décisif à 32 ans, l'attaquant portugais va tenter d'expédier le Real Madrid en demi-finale de Ligue des champions mardi en quart retour face au Bayern Munich (20h45), tout en visant la barre mythique des 100 buts en C1.
Invisible jusqu'à son premier but à Munich, Cristiano Ronaldo a l'art de surgir au bon moment.