Changer d'édition

Pit Leyder: «Loin d'être le seul coureur protégé»
Sport 3 min. 18.04.2019 Cet article est archivé

Pit Leyder: «Loin d'être le seul coureur protégé»

Pit Leyder a fait forte impression au dernier Tour de Luxembourg. Va-t-il remettre ça dans quelques semaines?

Pit Leyder: «Loin d'être le seul coureur protégé»

Pit Leyder a fait forte impression au dernier Tour de Luxembourg. Va-t-il remettre ça dans quelques semaines?
Photo: Serge Waldbillig
Sport 3 min. 18.04.2019 Cet article est archivé

Pit Leyder: «Loin d'être le seul coureur protégé»

Pit Leyder vient de terminer quatrième du tour des Flandres Espoirs face aux meilleurs coureurs mondiaux de sa catégorie. Le troisième du Tour de Luxembourg 2018, se montre ambitieux pour sa quatrième saison au sein de la formation continentale Leopard Pro Cycling.

Par Hugo Barthélemy


Pit, le Tour des Flandres était-il l'objectif majeur de ce début de saison?

Pit Leyder - «Oui, le Tour des Flandres, Gand-Wevelgem et le Triptyque des Monts et Châteaux étaient les trois courses Espoirs que je visais. Gand-Wevelgem ne s’est pas très bien passé pour moi et au Triptyque je n'ai pas retrouvé d'étape qui me convenait, il n'y a eu que des sprints massifs et un contre-la-montre. Du coup mon résultat sur le Tour des Flandres me rassure pour la suite.»

Au Tour des Flandres, l'arrivée s'est jouée dans un assez grand groupe. N'auriez-vous pas préféré un épilogue en plus petit comité?

«Oui, le groupe était assez conséquent, mais la chute dans le dernier kilomètre l'a bien écrémé et plusieurs bons sprinteurs ont ainsi été mis hors-jeu, donc je m'en satisfais. Après je m'étais fixé comme objectif de faire top 10 ou top 15, donc la quatrième place est un très bon résultat.»

Gand-Wevelgem n'a pas laissé un souvenir impérissable à Pit Leyder. Au contraire du Tour des Flandres.
Gand-Wevelgem n'a pas laissé un souvenir impérissable à Pit Leyder. Au contraire du Tour des Flandres.
Photo: Serge Waldbillig

Durant toute la course, on a vu une équipe assez forte autour de vous et Kevin Geniets, cela a-t-il joué dans le résultat?

«Oui, assurément. Michel (Ries) et Arthur (Kluckers) ont été très forts pour nous épauler. On a bien roulé en équipe et vraiment tout le monde a bien travaillé pour que l'on reste tout le temps bien placé. Toute l'équipe a sa part dans ce bon résultat et placer deux personnes dans les dix premiers c'est excellent pour l'équipe.»

Quels vont être vos principaux objectifs pour la suite de la saison, que ce soit avec l'équipe nationale ou avec Leopard?

«Les prochains objectifs avec Leopard sont la Flèche du Sud et le Tour de Luxembourg. Avec l'équipe nationale je viserai de bons résultats sur le Tour de l'Avenir et sur les championnats du monde et d'Europe. Ce sont mes cinq grands objectifs, mais entre-temps il y aura beaucoup d'autres belles courses où je pourrai signer de bons résultats.»

  Avec l'équipe nationale je viserai de bons résultats sur le Tour de l'Avenir et sur les championnats du monde et d'Europe.  

Ce sera votre quatrième année au sein de l'équipe Leopard. Entre-temps vous êtes monté dans la hiérarchie pour vous imposer comme leader. Comment assumez-vous ce rôle?

«Au début j'étais un des plus jeunes, mais l'an dernier j'ai prouvé que j'avais du potentiel. C'est sûr que l'on se sent bien quand l'équipe mise plus sur nous. Après je suis loin d'être le seul coureur protégé. Par exemple sur le Tour de Luxembourg,  Szymon (Rekita), Jack (Burke) et Alex (Kriger) seront aussi protégés. Je ne serai pas la seule carte de l'équipe.»

Cette année, votre frère, Misch, vous a rejoint chez Leopard. Cela change quelque chose pour vous de rouler avec lui en course?

«On s'entraînait déjà ensemble avant donc on se connaît bien sur le vélo, mais c'est quand même différent de rouler sous le même maillot. Néanmoins il y a aussi Arthur (Kluckers) et Colin (Heiderscheid) qui ont rejoint l'équipe et je m'entends également super bien avec eux et ça fait plaisir d'être à plusieurs Luxembourgeois qui s'entendent bien dans la même équipe.»


Sur le même sujet

Larry Valvasori: «Je pourrai exprimer mon potentiel»
Après quatre saisons au sein du Team Differdange, Larry Valvasori change d'horizon et rejoint l'équipe autrichienne Team Vorarlberg. Une nouvelle structure au sein de laquelle il nourrit de nouvelles ambitions. Coup de projecteur.
Larry Valvasori loue l'esprit d'équipe qui règne chez Vorarlberg.
Michel Ries mise sur la continuité
Après une première année encourageante sous les couleurs de Polartec, Michel Ries compte bien confirmer en 2019. Une nouvelle saison qui débutera ce mercredi au Tour de la Communauté de Valence.
Michel Ries pense déjà aux futures échéances. «Je veux confirmer mes résultats de 2018», dit-il.
Christian Swietlik: «Un Top 20, voire mieux, à l'Euro de Brno en juillet»
Avec le Championnat d’Europe Espoirs à Brno (République tchèque) les 13 (contre-la-montre) et 15 juillet (course en ligne), et le Tour de l’Avenir (17 - 26 août) au menu, l'été s'annonce caniculaire pour la sélection Espoirs luxembourgeoise. Le moment est donc idéal pour faire le point en compagnie de l'entraîneur national, Christian Swietlik.
Christian Swietlik / Sicherheit im Radsport 
/ San Marino, GSSE 2017, JPEE 2017, Spiele der kleinen europäischen Staaten, Jeux des petits etats d'Europe, Games of the small states of Europe 
/ 29.05.2017
/ San Marino, San Marino / 
Foto: Yann Hellers
Luc Wirtgen (Leopard): «Au Ster ZLM Toer, tout dépendra de la météo»
Le frère cadet de Tom Wirtgen (Ago-Aquaservice), Luc vient d'entamer à l’âge de 19 ans sa première saison complète avec Leopard Pro Cycling. Avec l’équipe nationale de la FSCL, il a participé à ses premières classiques Espoirs (moins de 23 ans) et s'apprête à prendre part au Ster ZLM Toer aux Pays-Bas. Il nous parle également de ses objectifs pour cette saison.