Changer d'édition

Pit Lane: le week-end mouvementé de Kevin Peters
Avec un nouveau moteur sur sa Triumph, Kevin Peters a réussi à grappiller 17 points ce week-end à Seelow

Pit Lane: le week-end mouvementé de Kevin Peters

Photo: ©2019 SnelleFoto.nl / Marnic Meeuse
Avec un nouveau moteur sur sa Triumph, Kevin Peters a réussi à grappiller 17 points ce week-end à Seelow
Sport 4 min. 15.05.2019

Pit Lane: le week-end mouvementé de Kevin Peters

Vice-champion d’Europe en 2018, Kevin Peters retrouvait les sentiers de l’autocross le week-end dernier à Seelow. Avec un nouveau moteur dans sa Triumph, il plongeait dans l’inconnu en Allemagne, mais a malgré tout réussi à engranger 17 points très importants.

Propos recueillis par Andy Foyen

Kevin, pour ce premier rendez-vous de la saison, qu’espériez-vous?

Kevin Peters. - «Nous voulions à tout prix atteindre la finale. Personnellement, je visais le Top 5. Durant l’intersaison, on a changé de moteur. Il allait donc falloir faire beaucoup de réglages pendant le week-end pour obtenir une voiture au point. En plus, ce changement de moteur nous a posé quelques difficultés et je n’avais pu faire que l’aller-retour sur la route devant chez moi. C’est évidemment trop peu, et je devais retrouver mes automatismes.

C’est ce qui explique la différence de niveau entre vos deux séances qualificatives…

C’est juste. J’ai terminé 18e de la première et 9e de la seconde séance, en gagnant près d’une seconde au tour entre les deux. Pour expliquer cette différence, tout d’abord, il y a moi, vu que je n’avais pas encore pu rouler cette saison. Ensuite, nous sommes également une première fois intervenus dans les réglages de la voiture entre la première et la deuxième séance. Nous avons modifié les set-ups des amortisseurs et le pinçage des roues, et nous avons fait en sorte de laisser davantage le moteur monter dans les tours. En effet, dans certains virages, j’étais entre deux vitesses: la deuxième y était trop basse, la troisième trop haute. Il a fallu y remédier. C’est ainsi qu’on a pu améliorer notre temps.

Vous partiez donc à chaque fois de la deuxième place dans vos courses qualificatives et vous l'avez conservée...

Oui, c’est exact. Dans la seconde manche, j’aurais pu revendiquer la victoire. Je me fais doubler au départ, mais celui qui m’a dépassé est alors parti à la faute dans le premier virage. J’ai été obligé de monter sur mes freins et de faire un écart pour l’éviter. Le premier en a profité pour s’échapper, et j’ai eu besoin des cinq tours de la course pour revenir dans son sillage. Il m’a juste manqué un sixième pour le dépasser. Au classement général des courses de qualifications, je pointais donc finalement à la septième place, et je sécurisais quatre points dans l’optique du championnat. Grâce à cette septième place, je me retrouvais également quatrième sur la grille dans ma demi-finale…

Notre voiture a prouvé toute sa robustesse.

… et vous franchissez la ligne d’arrivée au troisième rang lors de cette demi-finale. Peut-on dire qu’il s’agissait là de votre meilleure course du week-end?

Tout d’abord, au départ, j’ai pris une mauvaise décision. J’étais en deuxième ligne, et j’ai choisi de me positionner à l’extérieur. Ils avaient arrosé la piste et je pensais que l’extérieur était plus avantageux. Je me suis trompé, et je me suis retrouvé septième, mais j’ai réussi à refaire mon retard. En plus, la demi-finale, c’est la course la plus agressive du week-end. Seuls les cinq premiers décrochent leur billet pour la finale. Alors tout le monde donne tout ce qu’il a dans le ventre.

La bagarre fait rage en demi-finale sur la piste de Seelow
La bagarre fait rage en demi-finale sur la piste de Seelow
Photo: ©2019 SnelleFoto.nl / Marnic Meeuse

Vous voilà donc qualifié pour la finale avec pour objectif de conserver votre cinquième place de départ…

Le départ de la finale fut très chaotique. J’ai eu un contact à l’avant et je me suis retrouvé en travers. Un de mes adversaires est passé par-dessus ma roue arrière et est parti en tonneaux. Les commissaires de course ont alors brandi le drapeau rouge. Dans l’aventure, j’ai sans doute été victime d’une crevaison lente. Pour le nouveau départ, après le premier virage, mon pneu était déjà complètement à plat. Il ne me restait pas d’autre choix que de rouler à allure réduite et espérer gagner des places sur des abandons. Il y en a eu deux. C’est ainsi que je me suis classé huitième de cette finale.

Quel regard portez-vous sur ce premier week-end de compétition?

Sans cette crevaison, il y aurait eu la possibilité de faire mieux. Mais d’un autre côté, je n’avais que très peu de temps de conduite sur la voiture, et nous avons changé très fréquemment les réglages. Malgré ces deux aspects, nous avons su engranger d’importants points pour le Championnat d’Europe et nous avons ramené la voiture à bon port, ce qui n’était pas facile comme en témoignent les nombreux incidents dont ont été victimes certains concurrents. Me classer sixième du championnat avec 17 points après un tel week-end est une bonne chose. Notre voiture a prouvé toute sa robustesse. Nous devons, en vue des prochaines courses, nous forger des automatismes pour marquer encore plus de points.

La prochaine course, justement, sera du côté de Musa, en Lettonie…

Exactement. Après cette course, on restera dans les pays baltes, puisque, le week-end d’après, c’est en Lituanie que la manche suivante aura lieu. Je connais très bien ces deux pistes. Ce sont deux très beaux circuits que j’apprécie beaucoup. Je m’y déplace avec beaucoup de confiance. Il me faudra marquer des points pour le championnat. Le plus important, c’est de ne pas repartir les mains vides, de ramener l’auto en parfait état et de ne pas être victime d’ennui mécanique.»


Sur le même sujet

Pereira va crescendo en Porsche Carrera Cup
Les premiers tours de roue de la Porsche Carrera Cup allemande avaient lieu du côté d’Hockenheim. Engagé dans cette discipline, Dylan Pereira s’adjugeait la 17e place lors de la course du samedi, avant de signer une belle huitième place dimanche.
Dylan Pereira est monté dans les tours entre samedi et dimanche.
Pit Lane: Dylan Pereira truste les places d’honneur
Dylan Pereira a pris part à sa dernière course de préparation. Au volant de sa Porsche GT3 Cup, il a signé une deuxième et une quatrième place lors des courses finales du Challenge Middle East à Bahreïn, de quoi débuter sereinement la partie la plus importante de la saison.
Dylan Pereira est prêt pour lancer sa saison 2019 qui débutera dans un mois à Hockenheim.