Changer d'édition

Pit Lane: Ken Mousty, l’équilibriste
Ken Mousty va à nouveau défendre son titre national ce dimanche.

Pit Lane: Ken Mousty, l’équilibriste

Photo: Aender Brepsom
Ken Mousty va à nouveau défendre son titre national ce dimanche.
Sport 5 min. 20.03.2019

Pit Lane: Ken Mousty, l’équilibriste

La première manche du Championnat du Luxembourg de trial aura lieu ce dimanche à partir de 10h. L'occasion était belle de contacter Ken Mousty, multiple champion national et récemment double tenant du titre. Actif également au sein du club de Warken, il nous explique tout le b.a.-ba de la discipline.

Propos recueillis par Andy Foyen

  • Ken, vous êtes dans le monde du trial depuis 24 ans, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste cette discipline?

Le trial est un sport dont le but est de franchir à moto ou à vélo une série d’obstacles sans mettre pied à terre. Le temps de parcours y joue un rôle secondaire. L’objectif principal est de ne pas devoir descendre de sa monture sous peine de recevoir un «échec».

Le trial est une discipline ouverte à tous les âges.
Le trial est une discipline ouverte à tous les âges.
Photo: Aender Brepsom

Quel portrait dresseriez-vous du trial au Luxembourg?

Pour la compétition, on a cinq catégories s’étendant de Débutant à Expert. Pour le trial avec les montures modernes, on n’a malheureusement que peu de licenciés. C’est un sport extrêmement exigeant où tout jeune qui désire s’y lancer a besoin du soutien financier et d’un investissement en temps d’au moins un des parents. Ce n’est pas possible autrement. Il faut qu’un des parents soit présent à chaque entraînement par exemple. C’est sur cet aspect que nous subissons la concurrence d’autres disciplines qui offrent la possibilité aux parents de ne pas beaucoup s’engager. C’est un fardeau qu’il faut porter.

En revanche, une de nos branches est en croissance constante, à mon plus grand plaisir. Il s’agit du trial classique. Cette branche diffère des autres par des motos plus âgées. On parle alors de motos aux moteurs refroidis par air, avec deux amortisseurs et des freins à tambour. Pour cette branche, on a une clientèle un peu plus âgée, mais très engagée et le nombre d’initiés ne cesse d’augmenter.

Les fervents du trial classique sont en augmentation constante.
Les fervents du trial classique sont en augmentation constante.
Photo: Aender Brepsom
  • Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui désire se lancer?

Je l’encouragerais à prendre contact avec nous, par notre site internet https://www.tcw.lu/ et de nous envoyer un e-mail. Nous fixerions un rendez-vous pour une initiation gratuite sur le site de Warken. Nous avons des motos de 50cc à 250cc de toutes les tailles, même pour les enfants. Si l’initiation s’avère concluante, la personne peut louer une de nos motos pendant quatre mois afin de ne pas devoir investir directement après la première séance. C’est la meilleure des manières pour savoir si ce sport est fait pour elle ou pour lui.

  • D’ailleurs, comment avez-vous commencé le trial ?

Ça remonte à quelques années. Enfant, j’ai appris à connaître le trial parce que mon père était déjà membre du trial club de Warken. Dans les années 80, le club organisait des Championnats du monde. On était toujours présent. J’ai alors reçu un vélo de trial pour essayer. Quand j’ai eu treize ans, j’ai dit que voulais essayer avec une vraie moto et, après le premier test, j’y ai tout de suite pris goût. Depuis lors, je pratique régulièrement de manière assez intensive.

Adresse au niveau du pilotage, réflexion et concentration sont les atouts indispensables des pilotes de trial.
Adresse au niveau du pilotage, réflexion et concentration sont les atouts indispensables des pilotes de trial.
Photo: Aender Brepsom
  • Qu’est-ce qui vous plaît tant que ça dans le trial?

La vitesse n’est pas prépondérante. De tous les sports mécaniques que je connais, c’est le moins dangereux. De plus, j’aime la réflexion et la grande concentration que demande chaque obstacle. Je dois également dire que même après 24 années de pratique, je continue à apprendre. Il n’y a pas un moment où l’on peut dire qu’on ne peut plus progresser, même si l’on pratique le sport pendant très longtemps.

  • Venons-en à la compétition de dimanche à Warken, comment va-t-elle se dérouler?

L’événement commence le dimanche matin à dix heures. Le site sera divisé en dix tronçons avec différents niveaux de difficulté. Chacun d’entre eux est constitué d’un départ et d’une arrivée, avec environ 60 mètres qui séparent l’un de l’autre. Sur ces 60 mètres, on retrouve les obstacles qu’il faudra franchir. D’abord, le pilote part en reconnaissance, il y effectue le tronçon à pied et il repère où il devra mettre ses roues et quelles difficultés se dresseront sur son chemin.

Après la reconnaissance, il se met dans la file devant le départ et attend que le commissaire de zone lui donne le feu vert. Dès qu’il a l’autorisation de partir, il parcourt le tronçon jusqu’à l’arrivée et c’est là qu’il sera évalué. Une fois l’arrivée atteinte, sa carte de participant est pointée et part au prochain tronçon où le tout recommence. Le pilote doit effectuer les dix tronçons dans ce qu’on appelle «un tour» et en tout, il devra rouler trois tours.

Il y a donc trente sections pour départager les pilotes. La compétition dure approximativement cinq heures et demie. Tout spectateur est le bienvenu. L’entrée est gratuite. En plus c’est également une manche du Championnat de Belgique. On y retrouvera donc 100 à 110 pilotes de tous les niveaux au départ et même certains d’un niveau très élevé. Le spectacle est garanti.

  • D’un point de vue personnel, vous allez faire de la nouvelle reconduction de votre titre de champion du Luxembourg votre objectif majeur, n’est-ce pas?

Ce serait bien d’être à nouveau champion (rires). Quand on est champion national, on a à cœur de défendre son titre. Si je pouvais y arriver, ce serait parfait.

Les Championnats nationaux débuteront ce dimanche, à Warken, à partir de 10h.
Les Championnats nationaux débuteront ce dimanche, à Warken, à partir de 10h.
Photo: Aender Brepsom

LES RÉSULTATS

Championnat du Luxembourg de Karting – Groupe 2

Catégorie X30 Master

4. Alain Bazard (1e Gentleman)

Herock Spa Rallye

Catégorie BRC

7. Grégoire Munster Louis Louka Opel Adam R2 (1e BRC Junior, 1e RC4)

30. Jean-Pierre Lequeux Ana Cervera Porsche 911 SC (1e HC1)

Catégorie Historique

29. Etienne Heirens Armand Doijen Simca 1000 (8e Classe 1)

DNF. Patrice Simon Christian Bernard Porsche 924 S

AU PROGRAMME CE WEEK-END

ERC : Rallye des Açores (de jeudi à samedi)

n°29 Grégoire Munster Louis Louka Opel Adam R2

LMV8 Series à Venray (Dimanche)

n°44 Gil Linster

ERT : Rallye des Ardennes à Dinant (samedi et dimanche)

Patrick Fank André « Kik » Foxius Mitsubishi EVO 6

Patrick Gengler Ken Krüger-Gengler Renault Clio 4

Bob Kellen Nathalie Hoffmann Ford Escort MK II

Mike Souvigne Pol Mickels Renault Clio Williams

Steve Zimmer Michèle Brachtenbach Porsche GT3

Gilles Jacoby Véronique Grasges Citroën DS3 R3

Coupe de Luxembourg des Slaloms : Slalom de Colmar-Berg (dimanche à 10h 30)

Liste des participants non clôturée.

Championnat du Luxembourg de Trial : Trial de Warken (dimanche à 10h)

Liste des participants non clôturée.