Changer d'édition

Philippe Hinschberger: «Les Bastiais vont vendre chèrement leur peau»
Sport 4 min. 16.03.2017 Cet article est archivé
FC Metz

Philippe Hinschberger: «Les Bastiais vont vendre chèrement leur peau»

Ivan Balliu (qui évite ici le tacle du Stéphanois Loïc Perrin) et les Messins doivent s'attendre à une partie engagée, ce vendredi (19h) contre Bastia
FC Metz

Philippe Hinschberger: «Les Bastiais vont vendre chèrement leur peau»

Ivan Balliu (qui évite ici le tacle du Stéphanois Loïc Perrin) et les Messins doivent s'attendre à une partie engagée, ce vendredi (19h) contre Bastia
Photo: AFP
Sport 4 min. 16.03.2017 Cet article est archivé
FC Metz

Philippe Hinschberger: «Les Bastiais vont vendre chèrement leur peau»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Le FC Metz reçoit Bastia ce vendredi (19h) pour un match à fort enjeu et aux émotions vives garanties. Les joueurs de Philippe Hinschberger possèdent leur avenir entre leurs pieds et un succès permettrait de prendre une bonne distance avec le club corse. Défaite interdite!

Le FC Metz reçoit Bastia ce vendredi (19h) pour un match à fort enjeu et aux émotions vives garanties. Les joueurs de Philippe Hinschberger possèdent leur avenir entre leurs pieds et un succès permettrait de prendre une bonne distance avec le club corse. Défaite interdite!

Propos recueillis par Hervé Kuc

Philippe, que retenez-vous de la prestation de vos joueurs à Saint-Etienne (2-2)?

C’est dans la continuité de nos dernières prestations. Nous sommes meilleurs dans notre jeu de possession du ballon depuis quelques rencontres, et nous arrivons souvent à nous créer cinq ou six occasions nettes devant le but adverse. Maintenant, il y a des moments du match à gérer, comme à Saint-Etienne, où nous avons le ballon pour nous avec une touche dans le camp de l’adversaire avant de prendre ce dernier but. Il nous a manqué dix secondes dans le Forez, mais nous n’allons pas faire une fixation sur le temps additionnel. Malgré tout, ça fait mal de prendre ce but à la 95e minute et nous en avons pas mal discuté avec les joueurs: Simon Falette est tout seul autour de trois Stéphanois, je veux bien «taper» sur Simon, mais il aurait fallu qu’il soit épaulé par deux ou trois autres garçons. Notre gardien, Thomas Didillon, a aussi eu une mauvaise inspiration, il a voulu nous donner un coup de main, mais il a mal lu la trajectoire de la balle. Sur ce coup, nous n’avons pas été bons et j’ai bien analysé tout ça: il nous a manqué dix secondes, car l’arbitre a sifflé ce coup franc à la 93e minute et cinquante secondes!

En attaque, Cheick Diabaté a su peser sur la défense adverse. Etes-vous d’accord avec ce constat?

Cheick, même quand on lui envoie des ballons compliqués, il est là, il est dans ce rôle de fixateur, de point d’ancrage, qui nous fait beaucoup de bien. Il faut que nous parvenions à mieux le servir, car il sait bien conserver le ballon. Mais, ce n’est pas parce qu’il fait deux mètres de haut que nous devons lui envoyer des ballons à deux mètres cinquante de hauteur, si on le fait à un mètre quatre-vingt c’est poitrine pour lui et c’est mieux aussi. C’est quelque chose qu’on ne fait pas forcément bien encore.

Que pensez-vous de la formation bastiaise, que vous affrontez ce vendredi?

Bastia est comme nous: c’est une équipe à la recherche de points, et elle va venir pour faire son match. Ne me parlez pas des absences de leur côté! Il ne faut pas tenir compte de tout ça, nous aussi nous avions des absents cette saison. Les Corses ont réussi à remporter deux matches à l’extérieur, ils sont très bons, très rapides. Allan Saint-Maximin? C’est un détonateur, on a payé au match aller pour le savoir, on le connaissait, les alertes étaient lancées. Les Bastiais vont vendre chèrement leur peau, car sur l’aspect offensif, notre adversaire possède des ressources. Nous, on a absolument besoin du soutien de nos supporters, d’un public nombreux, j’espère que Saint-Symphorien sera rempli. Nous sommes frustrés par rapport à nos deux dernières rencontres face à Rennes (1-1) et Saint-Etienne (2-2). Ce vendredi, mes joueurs doivent rester calmes et bien se concentrer sur leurs missions respectives.

L’enjeu de la rencontre

Le FC Metz (16e, 32 points) accueille le SC Bastia (19e, 25) pour une partie traditionnellement dénommée comme étant «un match à six points». Oui, l’enjeu est énorme pour les deux formations, à la lutte pour préserver leur place en Ligue 1. «C’est un match très important», a sobrement justifié le technicien mosellan ce mercredi, juste avant la livraison du nouveau bus (400.000 euros) qui transportera les Mosellans aux quatre coins de la France. A l’aller, les Corses avaient su appuyer aux bons moments pour désarçonner l’ensemble grenat (2-0, 17e journée), et Allan Saint-Maximin avait fait étalage de son fort potentiel. Cette fois, les Messins sont prévenus et Philippe Hinschberger dispose d’un groupe homogène et de qualité même si Ismaïla Sarr (cuisse) est incertain.

Le groupe probable

Didillon et Oberhauser; Balliu, Bisevac, Falette, Milan, Assou-Ekotto, Signorino (?); Diagne, Mandjeck, Doukouré, Lejeune, Mollet, Cohade, Jouffre, Sarr (?), Nguette; Diabaté, Erding.

Le «prono» de la rédaction

Messins et Corses ne vont se faire aucun cadeau sur la pelouse de Saint-Symphorien ce vendredi! Disputée et engagée, la partie devrait sourire à l’équipe la plus tenace et la mieux organisée. Notre pronostic (en guise de souhait): 2 à 1 en faveur du FC Metz.



Sur le même sujet

Observateur avisé du dernier FC Metz-PSG, Stéphane Borbiconi espère que les Messins entreront beaucoup mieux dans leur match à Lorient ce samedi (20h) que cela n’a été le cas face aux Parisiens. Il mise sur un partage des points avant de recevoir Nancy le 29 avril.
Cheick Diabaté a les crocs. Ce sera un atout indispensable pour ramener quelque chose de Lorient.
Privé trop rapidement de Falette puis de Sarr sur blessure, le FC Metz a néanmoins su distancer une faible équipe de Bastia (1-0). Un succès hyper important dans la course au maintien. Les hommes de Philippe Hinschberger vont pouvoir récupérer avant d’accueillir Lyon le 5 avril.
Metz's palyers celebrate after scoring a goal during the French L1 football match between Metz (FCM) and Bastia (SCB) on March 17, 2017 at Saint Symphorien stadium in Longeville-Les-Metz, eastern France.  / AFP PHOTO / Jean Christophe VERHAEGEN
Le FC Metz accueille Rennes ce samedi (28e journée) en ayant la volonté de poursuivre sa bonne série à domicile. Philippe Hinschberger et ses hommes ne peuvent se permettre de chuter à Saint-Symphorien avant de se déplacer à Saint-Etienne dans dix jours. Assou-Ekotto est sur le flanc, Vion est très incertain.
Philippe Hinschberger ne s'apesantit pas sur le passé très récent des Grenats. Seule la venue du Stade Rennais occupe ses pensées.
Le FC Metz reçoit Dijon ce mercredi (19h, 24e journée) et l’enjeu est d’importance. Philippe Hinschberger récupère Cohade au milieu de terrain mais est privé de Diagne, Lejeune et Mandjeck. Les Messins s’en iront ensuite à Monaco ce samedi (20h).
Avec ou sans Yann Jouffre au coup d'envoi? Philippe Hinschberger cherche le meilleur équilibre pour assurer les transitions milieu de terrain-attaque.
Au terme d’une rencontre très disputée, le FC Metz a su contenir Saint-Etienne (0-0). En supériorité numérique (35e), les Messins auraient pu remporter la totalité de la mise si Mevlüt Erding (43e) avait su convertir en but une offrande de Nguette. Les hommes de Philippe Hinschberger iront à Toulouse le 19 novembre.
Ivan Balliu a signé sa meilleure prestation sous le maillot des Grenats mais cela n'a pas suffi pour prendre la mesure des Stéphanois.
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.