Changer d'édition

Paulo Pinto (US Esch): «Je n’ai pas peur de Käerjéng»
Sport 3 min. 02.11.2018

Paulo Pinto (US Esch): «Je n’ai pas peur de Käerjéng»

Paulo Pinto est un des tauliers de l'US Esch. Il demande encore un peu de temps avant de voir le vrai visage de l'US Esch.

Paulo Pinto (US Esch): «Je n’ai pas peur de Käerjéng»

Paulo Pinto est un des tauliers de l'US Esch. Il demande encore un peu de temps avant de voir le vrai visage de l'US Esch.
Photo: Ben Majerus
Sport 3 min. 02.11.2018

Paulo Pinto (US Esch): «Je n’ai pas peur de Käerjéng»

Avant la 9e journée en Promotion d'Honneur

Ancien joueur du Progrès et de Mondercange, Paulo Pinto (34 ans) porte le maillot de l’US Esch depuis sept ans. D3, D2, D1, PH et BGL Ligue, le capitaine emblématique a tout connu. A la relance après une saison de galère, sa formation a besoin de se rassurer. «Reconduire le bail en Promotion est la priorité. Il faut engranger d’ici la trêve hivernale», clame-t-il. L’USE ne craint pas Kaërjéng.

Par Vincent Lommel

Paulo, éliminer l'Union Titus Pétange (2-1 après les prolongations) en Coupe de Luxembourg constitue un joli pied de nez à vos détracteurs. Quel est votre sentiment?

Le Titus possède une autre dimension que l’US Esch. Il nourrit des objectifs foncièrement différents des nôtres. Je ne sais pas pourquoi mais je sentais que nous allions marquer (en premier). Pedro Rodrigues nous a permis de mener très rapidement. La consigne était aussi de ne pas encaisser, de fermer la boutique derrière.

Votre adversaire est revenu au score. La décision est tombée aux prolongations en votre faveur…

On ne refuse pas une victoire, forgée au terme de 120 minutes de haute lutte. Le Titus a terminé la rencontre à dix en raison d’une exclusion d’un des siens. D’un autre côté, nous étions à la hauteur du point de vue de la condition physique… sinon nous nous serions écroulés avant. L’aventure se poursuit. Il serait chouette d’hériter du F91 Dudelange au tour suivant. On verra ce que le tirage au sort nous réserve.

Le championnat conserve la priorité sur cette épreuve. Après la descente, l’US Esch sembler éprouver des difficultés à trouver ses marques. La huitième place au classement (12 points sur 24) est-elle révélatrice de certains manquements?

Je ne connaissais pas le nouvel entraîneur, Vitor Pereira. Son coaching est top. Sa philosophie est de nous faire jouer au ballon, de le posséder le plus souvent possible. Le groupe a besoin d’un peu de temps pour maîtriser sa philosophie. Nous maîtrisons son système de plus en plus.

L’entame, en effet, qui n’est pas parfaite au niveau comptable s’explique aussi par une préparation estivale perturbée: l’effectif est à forte consonance portugaise et le mois d’août est celui des vacances. Il ne faudrait pas se tromper sur l’objectif fixé par le président: le maintien et rien de plus.

Plusieurs entraîneurs de Promotion vantent les qualités de votre équipe. Une place dans le ventre mou peut-elle satisfaire le capitaine que vous êtes?

Je suis ici depuis sept ans et j’ai tout connu. L’an passé, nous composions sans Pedro Rodrigues - de retour cet été après une année passée au Titus Pétange - qui avait inscrit 80% des buts lors de la montée en 2016-2017. Son transfert avait constitué un terrible coup dur. La moindre erreur se payait cash en BGL Ligue. On encaissait trop. Un étage plus bas, c’est différent. L’effectif est de grande qualité. Nous avons débuté par un nul et deux défaites. Canach a pris le point du match nul (0-0) en défendant à onze. Rodange l’emporte 1-0 suite à un penalty sans mériter les trois points. C’est comme ça. La réussite n’était pas à nos côtés. La donne doit changer.

Il reste cinq matches (Kaërjéng, Junglinster, Erpeldange, Sandweiler et Mühlenbach) d’ici la trêve programmée le 2 décembre. Quelles sont vos attentes?

Dans un bon jour, l’US Esch peut battre tout le monde. Je n’ai pas peur de Käerjéng. Au cours du premier tour, le souhait est de grappiller le plus de points possible. Passons aux actes. Par expérience, le deuxième est toujours plus compliqué à négocier. Pourquoi ne pas surprendre et faire comme il y a deux ans? OK, retrouver la BGL Ligue n’est pas l’objectif mais on ne monte pas sur un terrain pour perdre.

Le programme de la 9e journée

Dimanche à 16 h

Mühlenbach - Mertert-Wasserbillig

Canach - Bissen

Junglinster - Swift

Erpeldange - Wiltz

Mamer - Wormeldange

Sandweiler - Rodange

Käerjéng - US Esch


Sur le même sujet

Junglinster sans convaincre, le Swift s’empare de la première place
Grâce à sa victoire sur Mühlenbach dans le choc au sommet (3-0) grâce à un triplé de Frédéric Marques, le Swift a pris les commandes de la Promotion. Dans le bas du classement, Erpeldange a joué avec son bonheur à Wormeldange qui sauve un point dans les arrêts de jeu et le barragiste Mamer s'est incliné contre Junglinster.
Christophe Marxen au marquage sur Eleandro Giannetto. Mamer s'est incliné à domicile contre Junglinster.
Rodange à la régulière, Wiltz sombre à Käerjéng
En visite à Junglinster, Rodange a débloqué la situation par Diakhaby. Lacour a rassuré ses couleurs (2-0, 83e). Vainqueur 3-2 de Bissen, Mühlenbach conserve son leadership avec Rodange. Mertert/Wasserbillig est là. Mamer plonge.
Football Promotion d'honneur stade FC jeunesse junglister 07/10/2018 fotos:Zineb Ruppert-Maghraoui