Changer d'édition

Paulo Lopes (RM Hamm Benfica): «On n'est pas à notre place»
Sport 3 min. 08.03.2019

Paulo Lopes (RM Hamm Benfica): «On n'est pas à notre place»

Paulo Lopes a du pain sur la planche. Son premier chantier? Trouver l'entraîneur idoine.

Paulo Lopes (RM Hamm Benfica): «On n'est pas à notre place»

Paulo Lopes a du pain sur la planche. Son premier chantier? Trouver l'entraîneur idoine.
Photo: Lex Kleren
Sport 3 min. 08.03.2019

Paulo Lopes (RM Hamm Benfica): «On n'est pas à notre place»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Le président du RM Hamm Benfica ne cède pas à la panique et souhaite prendre le temps de la réflexion pour remplacer Dan Santos. Paulo Lopes est persuadé que son équipe a le potentiel pour sauver sa peau parmi l’élite. Le déclic ce dimanche dans le derby?
  • Paulo Lopes, qui dirigera l’équipe ce dimanche contre le Racing?

L’entraîneur adjoint (Gonçalo Cruz, ndlr). Mais il sait parfaitement que l’on peut prendre une autre direction à tout moment. On ne veut surtout pas précipiter les choses. On va prendre le temps de la réflexion. A ce moment-là du championnat, c’est délicat. On a reçu des dizaines de propositions. Les joueurs eux-mêmes ont témoigné de cette volonté de tout donner dans ce contexte.

  • Vous referez le point ce lundi?

Oui.

  • Quel profil recherchez-vous?

Connaître la BGL Ligue est fondamental. Dan (Santos) connaissait toutes les équipes comme sa poche. Malheureusement peut-être que le message ne passait plus.

  Peut-être que le message ne passait plus...

  • L’usure du pouvoir?

Dan est l’entraîneur qui a le plus duré ici après la fusion de 2006. Il serait resté trois saisons s'il l’avait terminée. Pour connaître le problème, j’aurais eu besoin d’une boule de cristal. Les résultats n’étaient plus là. J’ai été clair. Dan l’a été aussi. Nous avons parlé ensemble. Nous nous sommes demandé comment trouver l’énergie nécessaire pour se maintenir. On a tout évoqué. Nous n’y sommes pas arrivés. Il fallait faire quelque chose. La solution, c’était de se séparer pour voir s'il y a un électrochoc.

  • Vous dites que les joueurs sont prêts à s’investir dans le contexte actuel. Vous aviez le sentiment que ce n’était plus le cas ces dernières semaines?

Il ne faut pas être un spécialiste pour savoir qu’on a une équipe avec des joueurs au gros potentiel. Des erreurs individuelles ont fait basculer l’ensemble. Ce n’est pas l’entraîneur qui a commis le penalty contre Strassen. Oui, il y a sans doute eu un problème de mentalité chez les joueurs. Ils n’ont pas tous cru en leur potentiel.

  • Parmi les faits marquants de cette première partie de saison, il y a eu le départ d’Inacio Cabral. Un coup dur, non?

C’est l’un des meilleurs défenseurs centraux du pays. Il laisse un vide. Maintenant il faut assumer.

  • Vous avez pu vivre avec cette décision ou ça vous a mis en colère?

Bien sûr que ça m’a mis en colère. Avec une équipe type alignée, on se retrouverait à une autre place. On n’est pas à la nôtre. Cette équipe est capable de plus.Le départ d'Inacio?  Bien sûr que ça m’a mis en colère.

  Le départ d'Inacio? Bien sûr que ça m’a mis en colère.  

  • L’entraîneur a dû jouer les architectes chaque début de saison. C’est usant, non?

C’est parce qu’il y a des clubs au pays qui disposent d’un potentiel financier bien plus gros que le nôtre et qui sont capables de mettre des montants qu’on n’a pas. On ne peut pas garder un joueur parce qu’on est juste le RM Hamm Benfica. C’est la loi du plus fort.

  • Ne faisons pas de foot fiction, mais une rétrogradation serait une catastrophe pour vous?

Je refuse de me projeter dans cette configuration. Pour l’instant je pense que l’on va se maintenir. C’est possible. Il reste beaucoup de points. Tout reste à faire. Et on va tout faire, staff et comité, pour réussir dans cette entreprise.

  • On dit que vous avez reçu des cv d’entraîneurs toujours en poste. C’est vrai?

Je n’ai pas encore vu toute la liste car chaque personne du staff a reçu des propositions. On doit se voir ce soir (jeudi). On ne veut pas précipiter les choses. On va mettre les cartes sur la table avant de prendre une décision.


Sur le même sujet