Changer d'édition

«Nous devons adapter notre philosophie de jeu»
Sport 3 6 min. 15.11.2019

«Nous devons adapter notre philosophie de jeu»

Paul Philipp, avait été ramasseur de balles lors de la victoire du Luxembourg face au Portugal, en octobre 1961, avait été marqué par Eusébio.

«Nous devons adapter notre philosophie de jeu»

Paul Philipp, avait été ramasseur de balles lors de la victoire du Luxembourg face au Portugal, en octobre 1961, avait été marqué par Eusébio.
Photo: Guy Jallay
Sport 3 6 min. 15.11.2019

«Nous devons adapter notre philosophie de jeu»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Point final des éliminatoires pour l'Euro 2020, le match Luxembourg - Portugal de ce dimanche est l'occasion pour le président Paul Philipp de se remémorer quelques souvenirs et se projeter sur le futur.

Le match Luxembourg - Portugal va ponctuer les éliminatoires de l'Euro 2020. Nous ne pouvions rêver meilleur épilogue, non?

Paul Philipp - «Effectivement, nos rencontres sont toujours festives pour toutes les raisons que l'on connaît. Les supporters vont être mélangés et c'est très bien comme ça. Mais au-delà de cette amitié, c'est un match à enjeux car le Portugal ne doit pas se manquer face à nous en vue de la qualification pour le Championnat d'Europe.

Personnellement, quels souvenirs gardez-vous des matches face au Portugal?

Eusébio vous a donc impressionné lorsque vous étiez gamin?

Oui, forcément. Je l'ai vu de près en 1961, puis je l'ai suivi lors de la Coupe du monde en Angleterre, où il a explosé aux yeux du monde, et ensuite avec son équipe du Benfica. Ce n'était pas vraiment un attaquant, mais il avait tout, l'instinct, le dribble, la vitesse. C'est ensuite Johan Cruyff qui a pris la relève au niveau de mes joueurs préférés.

Entre la «Panthère Noire» et Cristiano Ronaldo, quels sont les autres joueurs de la Seleção qui vous ont marqué?

Il y en a un qui me plaît beaucoup en ce moment, c'est Bernardo Silva. Mais il y en a plein d'autres.

N'avons-nous pas trop de joueurs au profil identique?  

Après ce match contre le Portugal, la trêve hivernale va arriver très vite. C'est une période propice à la réflexion. Sur quels sujets la Fédération va-t-elle plancher?

Effectivement, c'est le moment de prendre un peu de recul. Nous allons rencontrer le staff technique et faire un bilan. Nous n'avons déjà pas à chercher un nouveau coach puisque Luc Holtz a déjà prolongé. Nous avons fait d'énormes progrès ces dernières années et nous savons très bien que les prochains pas en avant seront forcément plus petits.

Le premier objectif, quand Luc Holtz arrivé, était de davantage jouer au football car le jeu alors proposé était ennuyeux. Cet objectif-là est atteint. Mais est-ce que maintenant on ne joue pas trop? Pouvons-nous toujours avancer avec cette même philosophie? N'avons-nous pas trop de joueurs au profil identique?

Sentinelle devant la défense, Christopher Martins possède un profil quasiment unique en équipe nationale.
Sentinelle devant la défense, Christopher Martins possède un profil quasiment unique en équipe nationale.
Photo: Ben Majerus

Est-ce qu'on a encore des joueurs qui vont dans l'impact? Si Kiki (Martins) n'est pas là, quel est le plan B? Lorsqu'on veut chercher la profondeur, sur qui pouvons-nous compter? Aurélien Joachim le faisait très bien, mais il est en fin de carrière. Nous n'avons pas ce que les Anglais appellent un "target man".

Il ne faut certainement pas changer notre philosophie, mais ne devons-nous pas l'adapter? Nous allons en discuter avec le staff et avec le directeur technique national.

J'ai parfois été à deux doigts de descendre dans les vestiaires

Certains profils de joueurs: buteurs, pistons, sentinelles font défaut. Quelles adaptations devez-vous réaliser au niveau de l'Ecole de foot pour en former?

N'oublions pas qui nous sommes. Et on ne peut pas non plus dire que nous laissons des talents de côté. C'est une question de vitesse et de gabarit. Ce sont des critères importants de sélection. Peut-être devrions-nous garder certains jeunes un peu plus longtemps, même s'ils sont en retard au niveau de la coordination. Nous devons donc nous pencher à nouveau sur la formation... et même sur la préformation.

Au niveau international, la médiocrité des résultats des équipes de jeunes contraste fortement avec ceux des A. Pourquoi?

On en revient à notre philosophie. C'est bien de leur inculquer de jouer, de relancer proprement depuis l'arrière, d'avoir du culot… mais attention de ne pas pousser le bouchon trop loin. J'ai parfois été à deux doigts de descendre dans les vestiaires.

Pour en revenir au Portugal, ce match de prestige va se jouer dans un stade vétuste et sur une pelouse qui a dû être refaite à la va-vite. Cela nous amène au sujet du nouveau stade. Quand sera-t-il inauguré?

Ah… bonne question. Nous partons sur le principe de la saison prochaine, c'est-à-dire 2020-2021. Certainement au mois de septembre.

Cela signifie qu'il n'y aura donc pas de match de gala pour l'inauguration…

C'est exact car la Ligue des Nations commence à cette époque. Le nombre de dates libres étant de plus en plus réduit, inviter une équipe nationale est très compliqué. Il y a un an, j'avais pensé attirer un protagoniste de l'Euro avant que la compétition ne commence, mais en septembre c'est plus compliqué qu'au printemps. Ce sera donc une équipe du groupe C de la Ligue des Nations qui sera notre premier adversaire dans le nouveau stade.

Avez-vous une préférence?

La Grèce fait figure de nation la plus attractive. Mais, quel que soit le pays, je crois que le stade sera plein pour l'inauguration.

Les internationaux auront une grosse pensée pour René Hoffmann qui nous a quittés dernièrement…  

René, je l'ai connu quand je suis arrivé en équipe nationale, j'avais 17 ou 18 ans. Lui, à l'époque il était déjà bien installé en sélection. C'était le meilleur gardien du pays et, en quelque sorte, il m'a pris sous son aile. Je suis ensuite parti jouer en Belgique, mais, à chaque fois que je revenais en sélection, nous partagions la même chambre. 

Une fois nommé entraîneur national, je l'ai pris dans le staff et cela a duré 17 ans. Il a ensuite quitté la "fédé" pour y revenir, à la commission technique, quand j'ai occupé de nouvelles fonctions (ndlr: président). C'est une longue histoire entre nous, quelqu'un de formidable. Quelqu'un aussi qui n'a jamais voulu se mettre en avant alors qu'il en avait la légitimité avec la carrière qu'il a eue. Humainement, c'est notre plus grosse perte.

Joueur, entraîneur des gardiens puis membre de la commission technique de la FLF, René Hoffmann a consacré une bonne partie de sa vie au football.
Joueur, entraîneur des gardiens puis membre de la commission technique de la FLF, René Hoffmann a consacré une bonne partie de sa vie au football.
Photo: Fernand Konnen

Vous avez sûrement une anecdote à nous raconter?

Mon premier grand déplacement avec l'équipe nationale, à l'étranger, a, disons-le, été quelque peu "coloré". Nous devions jouer à Cracovie, face à la Pologne. A Varsovie, notre avion a connu quelques problèmes techniques et nous avons dû poursuivre le voyage avec un bus… qui est tombé en panne. On a dû manger dans un chalet en pleine forêt et j'avoue que je n'étais pas du tout rassuré de la tournure des événements.

A Cracovie, nous avons pris huit buts (1-8, 20.04.1969). C'était déjà 0-5 après une demi-heure de jeu. Pour terminer l'histoire, en repartant, nous sommes allés dormir dans un hôtel où des filles nous attendaient. L'entraîneur a eu du mal à tenir tout le monde et, à mon âge, j'ouvrais des yeux grands comme ça.»


Sur le même sujet

«Un événement et une fierté pour tout le monde»
Dan Santos et Carlos Fangueiro préfacent la venue du Portugal au Luxembourg, dimanche au stade Josy Barthel. Avec plus de 95.000 ressortissants d'origine portugaise à travers le pays, ce match revêt toujours un caractère particulier.
Carlos Fangueiro (Trainer Union Titus Petingen)
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, 8. Spieltag, Saison 2019-2020 / 06.10.2019 /
Union Titus Petingen - UNA Strassen / 
Stade Municipal, Petingen /
Foto: Ben Majerus
Eder de retour avec le Portugal
L'attaquant du Lokomotiv Moscou, héros de la victoire du Portugal à l'Euro 2016, a été rappelé en équipe nationale pour les derniers matches de qualification de l'Euro 2020, face à la Lituanie et au Luxembourg.
Portugal's forward Eder (R) and Portugal's forward Cristiano Ronaldo react after Portugal beat their hosts France 1-0 in the Euro 2016 final football match between France and Portugal at the Stade de France in Saint-Denis, north of Paris, on July 10, 2016. / AFP PHOTO / MARTIN BUREAU
Joachim et Bensi retrouvent la sélection
Le sélectionneur national Luc Holtz a communiqué ce jeudi la liste du cadre qui sera amené à croiser la route de la Serbie et le Portugal dans le cadre des qualifications de l'Euro 2020. Absent des rendez-vous du mois d'octobre, Aurélien Joachim est de retour dans le groupe.
Aurelien Joachim (Luxemburg #22)

/ Fussball, UEFA EM-Qualifikation 2020, Saison 2019-2020, Gruppe B, European Qualifiers / 10.09.2019 /
Luxemburg - Serbien (Luxembourg vs Serbia) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
Un stade national beaucoup plus cher
Le conseil municipal de Luxembourg approuve un crédit supplémentaire de 18 millions d'euros pour le nouveau stade national de football et de rugby. Mais des erreurs ont été commises.
Lars Gerson: «Logique que la pression augmente»
A 29 ans, Lars Gerson (65 sélections, 4 buts) entamera vendredi sa sixième campagne de qualification avec les Roud Léiwen. Dans un groupe B très relevé avec le Portugal, la Serbie, l'Ukraine et la Lituanie, le joueur de l'IFK Norrköping espère voir l'équipe nationale encore progresser.
Lars Gerson (Luxemburg #7) Freisteller, Einzelbild, Aktion, Ganzkörper

/ Fussball, UEFA Nations League 2018, Saison 2018-2019, 1. Spieltag / 08.09.2018 /
Luxemburg - Moldawien (Luxembourg vs Moldova - Moldau) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus