Changer d'édition

Nelson Goncalves (Atert Bissen): «Le groupe a la rage»
Sport 2 min. 14.09.2018 Cet article est archivé

Nelson Goncalves (Atert Bissen): «Le groupe a la rage»

Le capitaine de Bissen, Nelson Goncalves transmet sa passion à ses coéquipiers

Nelson Goncalves (Atert Bissen): «Le groupe a la rage»

Le capitaine de Bissen, Nelson Goncalves transmet sa passion à ses coéquipiers
Photo: Serge Daleiden
Sport 2 min. 14.09.2018 Cet article est archivé

Nelson Goncalves (Atert Bissen): «Le groupe a la rage»

Âgé de 27 ans, Nelson Goncalves entame sa quatrième saison à l'Atert Bissen, la deuxième en Promotion d’Honneur... mais pas d'affilée. «On a retenu les leçons de la descente en mai 2017», sourit le capitaine. «Notre équipe a tous les atouts pour assurer son maintien.» Le plus vite sera le mieux.

Propos recueillis par Vincent Lommel

Nelson, Bissen a affronté successivement Junglinster (1-1), Wiltz (2-1) et Erpeldange (2-0). Quel secret se cache derrière cette moisson de sept points sur neuf?

Je suis quand même un peu surpris par ce bilan chiffré, car ces adversaires sont difficiles à jouer. S’imposer à Erpeldange est loin d’être chose facile. Mais, bon, tant mieux! Par rapport à notre première saison en Promotion d'Honneur (2016-2017), les leçons ont été retenues. La préparation estivale fut bien meilleure et le recrutement (entre autres, le défenseur Yougbaré et l’attaquant Mroch) davantage ciblé. Le noyau est un parfait mélange entre expérience et jeunesse. On s’entraîne aussi dur sous la gouverne de Paul Hunnewald. Il n’y a pas de miracle. Le comité aspire à vivre une saison dans la tranquillité. Il y a deux ans, la montée n’était pas vraiment prévue, mais on n’allait pas la refuser. En D1, Bissen a fait la course en tête. La donne sera différente cette année.

Bien débuter est une chose, confirmer en sera une autre. Tout peut aller vite au classement. Le Swift, Sandweiler et l’US Esch figurent à votre programme...

Il va falloir tenir, tenir et tenir jusqu’en mai 2019. Le groupe a la rage. Bissen dispute une finale chaque week-end. Les gagner toutes est impossible. Le plus important est de ne pas nourrir des regrets. Notre équipe a de solides arguments à faire valoir dans le secteur offensif, mais sans une mentalité irréprochable, tu es peu de choses.

Les (futures) nouvelles installations constituent-elles une source de motivation ou d’inspiration supplémentaire?

Elles devraient être terminées pour le début du second tour, en mars 2019. Nous sommes impatients. Oui, on aura envie de bien faire. La motivation est décuplée.

Vous avez quitté le RM Hamm Benfica et rejoint Bissen en 2015. L’entraîneur, Paul Hunnewald vous a attribué le brassard de capitaine. Est-ce une fierté?

Le coach me l’a confié la saison passée. J’essaie de lui rendre la pareille, de transmettre ma passion à mes coéquipiers. Je veille aussi à ce que l’ambiance soit conviviale. C’est le cas.

Forcément... puisque tout marche comme sur des roulettes depuis un an à Bissen…

En Division 1, nous dominions nos adversaires. Là, tu as le droit de commettre des erreurs, car le niveau d’ensemble est moins bon. En PH, par contre, tu as intérêt à être bien en place, à afficher une bonne organisation de la première à la dernière minute. La moindre erreur peut s’avérer fatale. On en a fait les frais il n’y a pas si longtemps. Je le dis et je le répète: Bissen a la rage. Assurer le maintien ne dépend que de nous.

Le programme de la 4e journée de PH

Dimanche à 16 heures

Swift Hesperange - Atert Bissen

FC Rodange 91 - FC Koeppchen Wormeldange

FCWiltz  71 - US Esch

Union Mertert-Wasserbillig - FC Mamer 32

Jeunesse Canach - UN Käerjéng 97

US Sandweiler - FC 72 Erpeldange

Dimanche à 19h30

BB Mühlenbach - Jeunesse Junglinster


Sur le même sujet

Michaël Schenk (Wiltz): «Nous devons viser le Top 5»
«Vu le retard que nous accusons sur le trio de tête, il ne faut plus rêver de la BGL Ligue. L’objectif est une place dans le Top 5», assure Michaël Schenk, le président du FC Wiltz 71. Modeste huitième, Wiltz doit encore rencontrer Canach et Mertert-Wasserbillig avant la trêve.
38 Fussball FC Wiltz 71 am 12.10.2015 neue Spielfelder des FC Wiltz71 in Poetz Weidingen (Wegdichen) Michael SCHENK Praesident (ff)
Carlo Tutucci (Sandweiler): «Je n'ai pas de baguette magique»
Carlo Tutucci a pris le relais de Vitor Texeira à la tête de l'US Sandweiler. Mais les sept premières journées de championnat n’ont pas ressemblé à un long fleuve tranquille. «Je savais où je mettais les pieds en signant à l'USS», dédramatise le mentor. Actuellement barragiste, Sandweiler rend visite à l’ambitieux Mertert-Wasserbillig ce dimanche (16h).
Adis Civic (FC Wiltz): «Fini les blablas. Jouons!»
Pur produit du FC Wiltz 71, Adis Civic (23 ans) veut voir son club de cœur retrouver la BGL Ligue au plus vite. «Sa place est là et nulle part ailleurs», clame-t-il. Ravir les trois points à Kaërjéng ne sera pas chose facile, ce dimanche (18h).
Adis Civic (Wiltz #11)
/ Fussball Ehrenpromotion Luxemburg, 6. Spieltag, Saison 2017-2018 / 01.10.2017 /
FC Wiltz 71 - UN Kaerjeng 97 / 
Terrain am Poetz, Weidingen (Wiltz) /
Foto: Ben Majerus
Promotion d'Honneur: Donovan Bonet (CSG): «Je ne pense pas une seconde aux barrages»
Performant à domicile, médiocre en déplacement, le CS Grevenmacher (9e) alterne le chaud et le froid depuis la reprise en PH. Avec trois points d’avance sur les deux barragistes, Mondercange et Mamer, il n’est pas question de se la couler douce op Flohr. «Nous ne craignons personne», affirme Donovan Bonet (28 ans) qui est arrivé de Canach cet hiver.
Fussball Ehrenpromotion Canach Mamer 08.11.2015 Donovan Bonet (Canach 8) - Foto: Christian Kemp