Changer d'édition

Nelson Gonçalves (Atert Bissen): «Il y a urgence»
Actuellement blessé, c'est du bord de la touche que Nelson Gonçalves encourage ses partenaires de Bissen

Nelson Gonçalves (Atert Bissen): «Il y a urgence»

Photo: Serge Daleiden
Actuellement blessé, c'est du bord de la touche que Nelson Gonçalves encourage ses partenaires de Bissen
Sport 3 min. 29.03.2019

Nelson Gonçalves (Atert Bissen): «Il y a urgence»

Capitaine d’un navire bissennois à la dérive depuis sept matches, Nelson Goncalves (27 ans) encourage ses coéquipiers à ne rien lâcher. «L’effectif est miné par les blessures, mais l’arrivée de l’entraîneur Filipe Vila Verde a amené une nouvelle dynamique», fait-il remarquer.

Neuvième du classement et donc actuellement sauvé, le FC Atert Bissen accueille ce vendredi soir (20h) en match avancé de la 19e journée de PH l’ambitieux deuxième du classement, Mühlenbach.

Propos recueillis par Vincent Lommel

  • Nelson, après six matches sans trouver l’ouverture, Bissen a inscrit deux buts dimanche. Malheureusement, l’US Esch a trompé à cinq reprises l’infortuné Sven Soares…

J’aurais préféré qu'on ne marque pas et prendre un point. On a subi une quatrième défaite de rang et la sixième en sept sorties. Le moral est au plus bas. Pourtant, aussi invraisemblable que cela puisse être, nous avions marqué à la pelle lors des onze premières journées: vingt-trois buts. Désormais, c’est tout le contraire. Pour le déplacement à l’US Esch, Filipe Vila Verde avait changé la position de quelques joueurs, dont celle de Mroch (5 buts). Mais si tu commets de grossières erreurs défensives, tu t’exposes au pire. Ces erreurs se paient cash en Promotion d'Honneur.

  • Promu de D1, Bissen avait commencé par engranger treize points sur vingt-quatre possibles. Cette entame de compétition réussie n’a pas connu de prolongement. Pourquoi?

Nous avons pris beaucoup de points à l’époque. Ouf! Je ne cherche aucune excuse mais, assurément, les innombrables blessures (Gonçalves, Esgaio, Campos, R. et A. Teixeira, …) ont eu un impact négatif. J’en discutais avec le président Arnold Lies dimanche: dix garçons étaient sur le flanc face à l'US Esch. Ce ne sont pas tous des titulaires à part entière, mais cela fait tout de même beaucoup. Certains doivent saisir leur chance, mais y arrivent-ils vraiment? Les jeunes prennent le relais, mais on ne peut pas leur demander d’être au four et au moulin.

  • Bissen ne compte plus aujourd'hui qu'un point d’avance sur le barragiste, Mamer (11e). Vos prochains adversaires sont Mühlenbach, Wormeldange, Canach et Mamer. Est-ce maintenant ou jamais pour sortir de l’ornière?

En trois rencontres jouées dans nos nouvelles installations, nous n’avons pas encore marqué un seul but. Il est pourtant urgent de le faire. Mühlenbach ambitionne de monter en BGL Ligue. Un score 1-0 me conviendrait parfaitement. Mais il ne sera pas simple de passer aux actes. Ensuite, on disputera trois finales qui décideront de la suite. Il n’y a pas intérêt à se louper sous peine de déchanter. Assurer le maintien est l’unique objectif du club.

  • Dans quel état d’esprit est le groupe?

Paul Hunnewald avait remis sa démission après le revers 3-0 face au Swift le 10 mars. Il estimait ne plus rien pouvoir faire. En deux semaines et demie, il était impossible pour Filipe Vila Verde de réaliser des miracles. Il débarque dans un nouveau monde, et doit apprendre à connaître les garçons, en plus de devoir les remotiver.

  • Son bilan renseigne deux matches et deux défaites (Sandweiler et l’US Esch). Des débuts manqués…

Au niveau comptable, certainement. Mais je sens souffler un vent de fraîcheur. C’est positif. Je suis toutefois réaliste: la spirale est négative et il sera ardu de l'enrayer. Au groupe de faire les efforts, de se serrer les coudes lors des prochaines semaines.

  • Vous êtes actuellement blessé et ne pouvez donc aider vos coéquipiers. Une situation rageante pour un capitaine...

Oui. Je souffre d'une fissure osseuse au niveau du bassin et des adducteurs. Le médecin m’a demandé de ne prendre aucun risque: je ne jouerai donc plus cette saison. Je suis présent à chaque entraînement et j’assiste à tous les matches. Le revers 2-0 subi à Sandweiler a fait mal. En compagnie de Flavio (Campos), nous prenons la parole, nous encourageons les gars, nous les motivons en semaine et le week-end. Ils essaient, essaient, et essaient encore, mais la confiance manque. C’est compliqué. Vu les qualités présentes - largement diminuées par les joueurs absents -, assurer le maintien doit être possible. Mais c'est clair: il y a urgence!

Le programme de la 19e journée de PH

Joué jeudi

FC Rodange 91 - Jeunesse Junglinster 1-0

Vendredi à 20 heures

Atert Bissen - Blue Boys Mühlenbach

Dimanche à 16 heures

Swift Hesperange - FC Mamer 32

FC Wiltz 71 - UN Käerjéng 97

US Esch - Koeppchen Wormeldange

Jeunesse Canach - US Sandweiler

Union Mertert-Wasserbillig - FC 72 Erpeldange



Sur le même sujet

Georges Menster (FC Mamer): «La bagarre sera extrême»
Le duel disproportionné entre Bissen, septième, et Mamer, lanterne rouge, lance la dixième journée de PH, ce vendredi à 19h30. Coach du FCM 32 depuis le mois de juillet, Georges Menster savait la difficulté de la tâche qui l'attendait en acceptant le poste. «Le club fait avec ses moyens, mais je ne pleure pas», lâche-t-il.
Georges Menster, entraîneur Jeunesse Canach / Foto: Stéphane GUILLAUME
Carlo Tutucci (Sandweiler): «Je n'ai pas de baguette magique»
Carlo Tutucci a pris le relais de Vitor Texeira à la tête de l'US Sandweiler. Mais les sept premières journées de championnat n’ont pas ressemblé à un long fleuve tranquille. «Je savais où je mettais les pieds en signant à l'USS», dédramatise le mentor. Actuellement barragiste, Sandweiler rend visite à l’ambitieux Mertert-Wasserbillig ce dimanche (16h).
Nelson Goncalves (Atert Bissen): «Le groupe a la rage»
Âgé de 27 ans, Nelson Goncalves entame sa quatrième saison à l'Atert Bissen, la deuxième en Promotion d’Honneur... mais pas d'affilée. «On a retenu les leçons de la descente en mai 2017», sourit le capitaine. «Notre équipe a tous les atouts pour assurer son maintien.» Le plus vite sera le mieux.
Photo: Serge Daleiden