Changer d'édition

Muller: «Pas pire que de perdre après avoir eu des balles de match»
Gilles Muller est resté calme pendant tout le match, mais une fois la défaite consommée, il n'a pu réprimer un geste d'humeur bien compréhensible.

Muller: «Pas pire que de perdre après avoir eu des balles de match»

(Photo: Fabrizio Munisso)
Gilles Muller est resté calme pendant tout le match, mais une fois la défaite consommée, il n'a pu réprimer un geste d'humeur bien compréhensible.
Sport 30.07.2012

Muller: «Pas pire que de perdre après avoir eu des balles de match»

Quelques minutes après sa défaite, Gilles Muller s'est prêté avec beaucoup de disponibilité au jeu des questions-réponses. Le Schifflangeois revient notamment sur ces deux fameuses balles de match qu'il n'a pas concrétisées.
  • Gilles, on imagine votre déception après une défaite dans ces circonstances...

«Il n'y a pas pire que perdre un match après avoir eu des balles de match. C'est très dur. D'autant plus que c'était ma permière participation aux jeux Olympiques et qu'il y avait Roger Federer derrière. Mais on ne peut plus rien y changer. La vie continue.»

  • Ces deux balles de match, elles sont restées plusieurs minutes dans votre esprit?

«Non, pas vraiment. J'étais peut-être un peu tendu au moment de les jouer et ça m'a sans doute coûté le tie-break mais j'étais à nouveau bien dans le match lors du troisième set. Un break fait la différence. Ça se joue à rien.»

  • Denis Istomin a très bien relancé. Vous attendiez-vous à une telle qualité de retour?

«Oui, je le connaissais bien. Je savais à quoi m'attendre. Il a fait un bon match. Je n'en ai pas fait un mauvais même si avec ce vent, lorsque je voulais me projeter vers l'avant, ça devenait difficile de soigner les volées. J'ai essayé de varier. Ce n'était pas la mauvaise tactique. La preuve, je me suis procuré deux balles de match.»

  • Justement, avez-vous des regrets sur ces deux points?

«Sur la première, je peux faire plus car c'est un deuxième service et je rate complètement mon retour. J'ai essayé de rentrer dedans à la place de la pousser dans le regret. C'est un risque, c'est comme ça!»

Propos recueillis par Christophe Nadin