Changer d'édition

Miomir Vujovic: «Plutôt travailler avec la tête qu'avec les muscles»
Sport 3 min. 21.11.2018 Cet article est archivé

Miomir Vujovic: «Plutôt travailler avec la tête qu'avec les muscles»

Yann Liasse s'est accordé des vacances au Mozambique, mais le reste de la délégation luxembourgeoise est de retour au pays en attendant les prochaines échéances.

Miomir Vujovic: «Plutôt travailler avec la tête qu'avec les muscles»

Yann Liasse s'est accordé des vacances au Mozambique, mais le reste de la délégation luxembourgeoise est de retour au pays en attendant les prochaines échéances.
Photo privée
Sport 3 min. 21.11.2018 Cet article est archivé

Miomir Vujovic: «Plutôt travailler avec la tête qu'avec les muscles»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Les Mondiaux amateurs 2018 de MMA ont pris fin la semaine dernière au Bahreïn. La délégation luxembourgeoise est de retour au pays. Miomir Vujovic, président-entraîneur de la fédération, fait le bilan de cette deuxième participation en Asie.

Vous êtes de retour au pays après les Mondiaux amateurs de Bahreïn. Quel bilan tirez-vous de cette deuxième expérience au plus haut niveau international?

C'est malheureusement une nouvelle aventure qui se termine sans médaille, mais elle est satisfaisante à bien des égards. Le premier concerne la santé des athlètes, nous n'avons pas eu à déplorer de blessé. Le deuxième est la qualité de la compétition qui a encore grimpé par rapport à l'an dernier. Cela est dû au fait que les deux grandes fédérations amateurs mondiales, l’IMMAF et la WMMAA, se sont associées. Mais malgré l'augmentation considérable des combats au niveau de la qualité, nous avons fait bonne figure en passant les premiers tours avant d'être éliminés. Yann (Liasse) et José (Teixeira) se sont fait sortir par deux champions d'Europe.

José s'est fait surprendre sur une clé, chose qui ne lui était pas arrivée depuis très longtemps, tandis que Yann ne s'est incliné qu'aux points face au Français Axel Sola, le vice-champion du monde pour la deuxième fois. Quant à Issa (Isakov), il perd contre le futur vainqueur de sa catégorie (le Russe Islam Bagomedov). Avec un tout petit peu plus de chance au tirage, nous aurions pu grimper sur l'un ou l'autre podium.

Le grand enseignement de cette compétition reste l'expérience acquise, une expérience qui va leur être fort utile pour la suite de leur carrière. C'est une excellente préparation pour envisager une carrière professionnelle. Ce ne sont pas les plus forts, ni les plus complets qui s'imposent. C'est la tactique qui est primordiale. Ils ont aussi beaucoup appris au niveau de l'approche des combats, le fait de rester calme dans toutes les situations. Quelqu'un qui aborde ce genre de compétition pour la première fois va avoir beaucoup plus de stress. Ils savent désormais qu'il leur faut davantage travailler avec leur tête qu'avec leurs muscles.

L'objectif de nos représentants présents aux Mondiaux 2018 est de passer dans le monde du MMA professionnel. Vont-ils tous franchir le pas?

Oui, les athlètes présents à Bahreïn devraient passer pros. Le timing reste à déterminer, mais je ne pense pas que le début de l'année 2019 soit la date adéquate. Tout va dépendre des propositions qui vont leur être faites. Des petites organisations se sont déjà manifestées pour les accueillir. Etant donné la visibilité dont ils ont bénéficié aux Mondiaux et aux derniers Championnats d'Europe, il faut faire attention à ne pas faire n'importe quoi. Issa devrait rapidement sauter le pas. Il est prévu qu'il combatte, ainsi que José, au mois de février. Mais tous ont peut-être plus intérêt à participer à l'Open d'Asie, au mois de mars, pour s'offrir encore une belle vitrine et décrocher une grosse organisation. Même si Issa a 29 ans aujourd'hui, je ne veux pas qu'ils soient pris par la pression de l'âge. Ils ne sont pas à un an ou six mois près.

Qui représente aujourd'hui la relève du MMA luxembourgeois?

Des athlètes comme Rémy Ferreira, qui aurait dû participer au rendez-vous de Bahreïn mais qui a dû déclarer forfait en raison d'une blessure, tout comme Sadok Hakimi, lui aussi blessé. Il y a aussi des garçons comme Yago Garcia, qui vient de gagner deux de ses trois combats à Bruxelles, et qui s'est aussi imposé en Allemagne au premier round. Le jeune Mathieu qui a 17 ans, aussi. Nous allons le préparer pour les prochains Championnats de monde en 2019.

Pour conclure, pouvez-vous nous dire deux mots à propos de Nathalie Dupays qui travaille dans l'ombre et a fait partie de la délégation luxembourgeoise?

Elle a fait partie de la team des juges arbitres et s'est plus spécialement occupée du chrono. Auparavant, elle avait participé à un séminaire international. Elle fait un travail extraordinaire au niveau de la fédération (FLMMA). Elle a accompagné Marc Goddard, une référence en matière de juge, et c'est lui qui a fait appel à elle. C'est un beau signe de reconnaissance.




Sur le même sujet

Mondiaux de MMA: seul Issa Isakov reste en lice
Victimes de deux champions d'Europe en titre, Yann Liasse et José Teixeira ont quitté les Mondiaux de MMA organisés au Bahreïn ce mardi. Il n' y a donc plus de Luxembourgeois en compétition, mais Issa Isakov poursuit sa route.
Les représentants luxembourgeois n'ont désormais plus qu'à soutenir Issa Isakov.
MMA: journée faste pour les Luxembourgeois
Pas de mauvaise surprise. La première journée des Championnats du monde de Mixed Martial Arts amateurs a vu la victoire des représentants luxembourgeois. La journée de mardi s'annonce plus compliquée.
Yann Liasse lors de l'échauffement avec Miomir Vujovic avant son combat. Son prochain adversaire est le champion d'Europe de la catégorie.