Changer d'édition

Milos Todorovic: «Differdange? Un match à six points»
Sport 4 min. 22.11.2018 Cet article est archivé

Milos Todorovic: «Differdange? Un match à six points»

Milos Todorovic va retrouver Gilles Bettmer pour ce qui s'annonce comme le choc de la 12e journée de championnat.

Milos Todorovic: «Differdange? Un match à six points»

Milos Todorovic va retrouver Gilles Bettmer pour ce qui s'annonce comme le choc de la 12e journée de championnat.
Photo: Ben Majerus
Sport 4 min. 22.11.2018 Cet article est archivé

Milos Todorovic: «Differdange? Un match à six points»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
La Jeunesse est pour l'instant un leader autoritaire. En cas de victoire dimanche, la Vieille Dame a l'occasion de reléguer Differdange à neuf points. Milos Todorovic, le jeune capitaine bianconero, évoque ce «match à six points» et nous livre ses pronostics.
  • Milos, vous êtes encore étudiant, comment parvenez-vous à concilier des études supérieures à l'étranger et le football?

Cela va beaucoup mieux aujourd'hui. Au début de mon cursus en Allemagne, j'étudiais à Bochum et je ne pouvais m'entraîner qu'à partir du moment où je revenais à la maison, c'est-à-dire à partir du jeudi. Je prenais quand même le temps de m'entraîner en début de semaine mais c'était plus compliqué. Actuellement, je suis à Sarrebruck pour mon Masters et je suis les cours du lundi au mercredi. Je rentre aussi tous les soirs, c'est donc plus facile de concilier études (de sport) et football.

  • Vers quelle profession vous destinez-vous?

Je fais mes études en anglais pour avoir un choix plus étendu, mais j'envisage de devenir professeur de sport. La préparation athlétique m'intéresse aussi beaucoup et je ne ferme aucune porte.

  • Vous avez 23 ans, mais vous êtes déjà capitaine de la Jeunesse. Comment appréhendez-vous votre rôle au sein de l'équipe?

Je ne suis pas un capitaine du style «qui décide de tout», qui parle principalement au coach. J'ai plutôt le style de quelqu'un qui essaye de réussir l'amalgame entre les jeunes et les plus anciens, entre les recrues et ceux qui sont au club depuis plus longtemps, de parler avec les joueurs qui en ont besoin parce qu'ils sont moins bien, parce qu'ils ont des problèmes ou qui ne comprennent pas pourquoi ils ne jouent pas. Je fais aussi le lien avec l'entraîneur. Mais sur le fond, je fais davantage les choses comme un ami que comme un capitaine dans le sens classique. Et bien sûr, sur le terrain, j'essaye de faire en sorte de montrer l'exemple, de faire le maximum pour l'équipe.

  • Vous avez quand même des relations privilégiées avec Marc Thomé, votre entraîneur...

Bien entendu. Nous échangeons souvent. Avant les matches, il me parle de ce qu'il veut mettre en place au niveau tactique, me demande ce que j'en pense, mais en dernier ressort c'est lui seul qui prend les décisions et qui fait l'équipe. Je suis encore jeune et mon rôle n'est pas d'influencer le coach.

  • Avant la 12e journée de championnat, la Jeunesse est à un point du titre de champion d'automne. Qu'est-ce que ce titre honorifique représente pour vous?

On ne peut rien acheter avec ce titre! Mais si on l'obtient, on le garde volontiers car il va nous permettre de passer deux mois tranquilles et de regarder le classement avec satisfaction. Ensuite, si on termine la saison en sixième position, par exemple, il ne nous aura servi à rien du tout. L'important pour nous, lors des deux prochains matches (Differdange et le Progrès), reste de prendre le maximum de points pour écarter nos concurrents qui visent une place européenne.

  • Vous êtes fort bien partis dans cette course à l'Europe et vous abordez la douzième étape du championnat avec six points d'avance sur Differdange, votre adversaire de dimanche, et sur Dudelange. Vous avez de quoi voir venir, non?

C'est bien de regarder le classement maintenant mais si on s'incline par deux fois, on recommence tout à zéro avec Dudelange et Differdange qui pourraient avoir le même nombre de points. Pour nous, l'important reste d'être constants lors de toute la saison pour conserver une avance sur nos concurrents.

  • La trêve internationale a été sifflée après votre succès 1-0 au Racing. Cette coupure vous a-t-elle fait du bien pour recharger vos batteries ou, au contraire, a-t-elle coupé votre élan?

Je suis d'avis que nous avons régulièrement besoin de faire des pauses car nous n'avons qu'un cadre de seize joueurs qui sont concernés par tous les matches. C'est donc important de pouvoir récupérer pour repartir de l'avant.

  • Vous recevez donc Differdange ce dimanche à la Frontière, qu'est-ce qui sera déterminant pour vous imposer?

Nous considérons cette rencontre comme un match à six points. Nous avons l'occasion de les reléguer à neuf unités derrière nous en cas de victoire. Au contraire, ils peuvent revenir à trois points de nous. Même s'ils se sont dernièrement inclinés chez nous (1-3 l'an dernier, 0-1 en 2016-17), ça reste une équipe solide, difficile à manœuvrer. Nous avons l'avantage de jouer à la maison, avec le soutien de nos supporters. Comme nous l'avons vu lors de nos dernières prestations, si nous menons nous pourrons alors jouer sur notre force qui est le contre. Mais entre les équipes de même valeur, comme celle du haut du tableau, ce sont les détails qui feront la différence.

Les pronostics de Milos Todorovic pour la 12e journée de BGL Ligue

Dimanche à 15h

RM Hamm Benfica - Fola 1-2

Rosport - Dudelange 0-4

Dimanche à 16h

Jeunesse - Differdange 3-1

Hostert - Mondorf 1-1

Etzella - Strassen 2-1

Progrès - Racing 1-1

Rumelange - Titus Pétange 0-2


Sur le même sujet

Bryan Maison (USR): «Une revanche à prendre face à Etzella»
Rumelange a bien débuté sa saison et retrouve Etzella, l'autre promu, ce dimanche, un adversaire davantage à sa mesure que Niederkorn et la Jeunesse. Bryan Maison et l'USR ont d'ailleurs un petit compte à régler avec des Ettelbruckois qui les avaient privés du titre de champion de Promotion d'Honneur.
Bryan Maison et les Rumelangeois retrouvent Etzella, l'autre promu, ce dimanche au Deich.
Koray Ozcan (Mondorf): «On peut créer une surprise»
Koray Ozcan a fait son nid dans le cocon mondorfois sans faire de bruit. Passé devant Marques et Schaab, le gardien formé à Evian Thonon Gaillard entend jouer les trouble-fête avec l'USM le plus longtemps possible. Le Progrès et la Jeunesse vont éclairer la situation.
Koray Ozcan ne lâche rien. Pas même le ballon.
BGL Ligue: Grands écarts en vue, souplesse bienvenue!
Les atlas européens rangés au placard, place à la BGL Ligue dès ce vendredi. Favori à sa propre succession, Dudelange guette l'arrivée d'un troisième arbitre au côté du Fola et Differdange: le Progrès. Etat des lieux.
Passée l'euphorie de la montée, Achraf Drif et l'US Hostert sont plongés dans un autre bain. Celui de la survie!