Changer d'édition

Mike Ewertz (FC 72 Erpeldange): «Je crois au maintien»
Mike Ewertz entend tout mettre en oeuvre pour sauver la peau d'Erpeldange en PH

Mike Ewertz (FC 72 Erpeldange): «Je crois au maintien»

Photo: Nicolas Bouvy
Mike Ewertz entend tout mettre en oeuvre pour sauver la peau d'Erpeldange en PH
Sport 3 min. 18.04.2019

Mike Ewertz (FC 72 Erpeldange): «Je crois au maintien»

Après une saison «blanche» en raison d’une pubalgie tenace, Mike Ewertz (27 ans) a rejoint Erpeldange l’été dernier. Il a gagné sa place de titulaire entre les perches et entend aider son équipe à poursuivre sa route en PH. L’ambitieux Swift lui rend visite ce vendredi soir.

Propos recueillis par Vincent Lommel

Mike, votre transfert de l'US Boevange à Erpeldange à l'été 2018 avait de quoi surprendre, puisque vous restiez sur une saison sans jouer…

En effet, c'était la galère l'année dernière. Une «sale» blessure au pubis me faisait très mal du temps où je portais le maillot de Boevange. J’éprouvais même des difficultés à marcher de manière convenable. Une opération était inéluctable. Je me suis fait opérer à Kaiserslautern. Bref, en 2017-2018, j’ai tourné le dos au ballon rond.

Ce coup d'arrêt ne vous privera pourtant pas d’un transfert à Erpeldange...

Charel Leweck m’avait contacté pour m’expliquer la situation des gardiens au sein du club. Les «anciens» Marc Oberweis (36 ans) et Leo Clément (30 ans) ne souhaitaient plus s’entraîner trois fois par semaine, même s'ils étaient OK pour dépanner en cas de nécessité. Ainsi, j'ai rejoint Erpeldange, où mon concurrent est Mathieu Michels. Il est plus jeune (18 ans).

Etiez-vous tout de même «fit» à la reprise?

N’exagérons rien, mais le temps a été mon meilleur allié. Lors des matches amicaux d'avant-saison, l’entraîneur opérait une alternance dans les buts. Et là, j’ai gagné ma place de titulaire. Être titulaire en Promotion d’Honneur me réjouit. Si j’estime ne pas avoir commis de grosses erreurs jusqu'ici, je dois continuer à travailler pour répondre présent. Mentalement, par contre, il n’y a aucun souci.

Une chose est commune à Boevange et à Erpeldange: ce sont deux équipes qui naviguent dans la deuxième partie du classement avec le spectre permanent de la relégation. Le maintien n'est pas gagné...

Oui, on peut le dire. Mais avec deux victoires (devant Bissen et Sandweiler) et un partage (contre Junglinster), la reprise avait été idéale en février-mars. Puis, l’équipe est rentrée dans le rang, car c’est plus difficile contre des adversaires du haut du classement.

Vous avez pourtant forcé le nul (0-0) contre le leader, Rodange…

À condition de réitérer ce genre de prestation, sauver notre peau en PH est à notre portée. Nos prochains adversaires, le Swift et l’US Esch sont redoutables. Mais ce sera 0-0 au coup d’envoi, que je sache. Nous avions mené 1-0 contre le Swift au match d’aller avant de nous incliner 1-3.

Avec cinq points de retard sur Bissen (10e) et seulement trois d'avance sur Sandweiler (13e), comment envisagez-vous la dernière ligne droite à cinq journées de la fin du championnat?

Avec 17 unités glanées sur 63 possibles, le bilan n’est pas faramineux. Mais nous en mériterions neuf de plus. Face à Wormeldange et Mamer, il n’y aura aucune excuse à faire valoir. Toutefois, revenir sur Bissen (10e et actuellement sauvé) s’annonce ardu. La descente directe en D1 est un sujet tabou à Erpeldange, et un match de barrage reste un couperet délicat. Erpeldange l’avait perdu contre Mertert-Wasserbillig à l'issue de la séance des tirs au but en mai 2016. 

L’annonce du retrait de Charles Leweck, qui sera relayé par Tom Kopecky, a-t-elle eu un impact sur le groupe?

Il faut respecter la décision de Charles. Parler d’usure du pouvoir est impossible à dire dans mon chef, car je dispute ma première campagne à Erpeldange. Ses séances d'entraînement sont top et l’ambiance cordiale.

Le programme de la 22e journée de Promotion d'Honneur

Tous les matches ont lieu ce vendredi à 20 heures

Blue Boys Mühlenbach - FC Rodange 91

FC 72 Erpeldange - Swift Hesperange

UN Kaërjéng 97 - Koeppchen Wormeldange

FC Mamer 32 - Atert Bissen

US Sandweiler - FC Wiltz 71

Jeunesse Junglinster - US Esch

Jeunesse Canach - Union Mertert-Wasserbillig



Sur le même sujet

Carlo Tutucci (Sandweiler): «Je n'ai pas de baguette magique»
Carlo Tutucci a pris le relais de Vitor Texeira à la tête de l'US Sandweiler. Mais les sept premières journées de championnat n’ont pas ressemblé à un long fleuve tranquille. «Je savais où je mettais les pieds en signant à l'USS», dédramatise le mentor. Actuellement barragiste, Sandweiler rend visite à l’ambitieux Mertert-Wasserbillig ce dimanche (16h).
Rodange et le Swift se font peur, Junglinster monte sur le podium
Le promu wormeldangeois espérait débloquer son compteur à l’occasion de la quatrième journée. C’est manqué. Une «Madjer» de De Sousa (55e) suffit au bonheur du FCR 91. Battus, Wormeldange et Erpeldange occupent les deux derniers sièges. Le Swift a joué avec le feu contre Bissen.
David Fleurival et Daniel Marques / Football Promotion d'Honneur, Luxembourg  / Journée 4 /  Saison 2018-2019 / 16.09.2018 / FC Rodange 91 - Koeppchen Wormeldange / Stade Jos Philippart, Rodange / Photo : Michel Dell’Aiera
Football / L'invité de PH avant la 17e journée: Luc Demeyer (Beggen): «Remettre l'ouvrage sur le métier»
Descente sans gloire en D1, montée en Promotion d’Honneur, Luc Demeyer (29 ans) a tout vécu à l’Avenir Beggen depuis son arrivée en 2010. «En cas de succès dimanche contre Kayl-Tétange, nous réaliserions une affaire en or.» Les Canaris peuvent reléguer leur adversaire du jour, douzième et barragiste, à neuf longueurs. Un duel à couteaux tirés avec le maintien en toile de fond.
SPORT,Yann Hellers,FUSSBALL BEGGEN - REMICH BOUS 15.11.2015 Luc Demeyer (Beggen)