Changer d'édition

Michel Platini: "C'est un des stades les plus pourris que j'ai vus!"
Le président de l'UEFA, Michel Platini (à dr.) a mis en garde le président de la FLF, Paul Philipp.

Michel Platini: "C'est un des stades les plus pourris que j'ai vus!"

Photo: Serge Waldbillig
Le président de l'UEFA, Michel Platini (à dr.) a mis en garde le président de la FLF, Paul Philipp.
Sport 3 min. 25.09.2013

Michel Platini: "C'est un des stades les plus pourris que j'ai vus!"

Michel Platini s'est montré très ferme envers les décideurs luxembourgeois concernant l'avant-projet de rénovation du stade Josy Barthel, ce mercredi matin à Luxembourg.

(DH). - Lors de la conférence de presse qu'il a tenue mercredi matin au stade Josy Barthel, le président de l'UEFA, Michel Platini, a lancé un avertissement très clair aux décideurs luxembourgeois, à l'occasion de l'annonce de l'avant-projet de rénovation du stade Josy Barthel en présence de l'architecte Arlette Feierstein, du ministre des Sports Romain Schneider et de Xavier Bettel, bourgmestre de la Ville de Luxembourg.

Ledit avant-projet n'a pas été présenté à la presse à cette occasion, car "il doit d'abord passer devant les instances compétentes".

On sait déjà que les travaux s'étaleraient sur deux ans, que le coût s'élèverait entre 30 et 40 millions d'euros, que la piste d'athlétisme et les grillages seraient supprimés, et enfin que la capacité du stade serait portée à 9.000 places.

Michel Platini a donc vu cet avant-projet, qu'il a qualifié de "très positif, et pas cher", mais en insistant très fort sur le fait qu'"il est impératif qu'il voit le jour. Sans quoi la FLF s'expose à de très gros problèmes, et pourrait à terme se voir interdire d'organiser des matches internationaux de la sélection et des clubs dans l'enceinte du Josy Barthel."

Et le natif de Joeuf d'indiquer sans ambage: "C'est un des stades les plus pourris que j'ai vus, même si j'y ai marqué quelques buts."

Paul Philipp, en aparté, se montrait satisfait de la sortie du président de l'UEFA, qui avait rallié le Grand-Duché à l'initiative de la Fédération luxembourgeoise de football. "Michel Platini a été très clair. L'UEFA commence à être lassée par la situation", a commenté le président de la FLF. "Nous avons besoin de cet outil, pas seulement l'équipe nationale ou les clubs qui évoluent en Coupe d'Europe avec le succès que l'on connait, mais pour toute la famille du football."

Michel Platini de retour au Luxembourg...          pour la pose de la première pierre

A la question de l'éventualité de sanctions à l'encontre du Luxembourg et de la possibilité de ne pouvoir participer aux prochaines éliminatoires, Paul Philipp n'a pas mâché ses mots: "Ce ne serait pas seulement une catastrophe au niveau financier, mais ce serait un véritable "blamage" pour le pays..."

"Au niveau européen, nous sommes les avant-derniers du classement (seule Andorre fait pire avec l'Estadi Comuna d'Andorre-la-Vieille: 838 places). Gibraltar, qui vient d'être affilié à l'UEFA (au mois de mai) a déjà programmé la construction d'un stade de 8.000 places. Chez nous, la décision dépend d'une volonté commune de tous nos décideurs."

 A l'issue de la conférence de presse, Michel Platini, nancéen de cœur, a relativisé la défaite de l'ASNL face au FC Metz à Saint-Symphorien, mardi soir (0-3). "Je n'ai pas vu cette rencontre, mais il faut bien que Metz gagne de temps en temps, les Messins n'ont pas été vraiment gâtés ces derniers temps..."

 Et pour en revenir au sujet qui importait ce mercredi matin, il a promis, avec un grand sourire, d'être prochainement de retour au Luxembourg. "Pour l'inauguration? Non, bien avant: pour la pose de la première pierre... le plus tôt possible!"

Retrouvez notre dossier complet concernant la problématique du stade national de football dans les pages Fokus du Luxemburger Wort de ce jeudi 26 septembre.