Changer d'édition

Mélisse: «Avec le cœur, on peut faire de grandes choses»
Sport 4 min. 19.07.2016 Cet article est archivé
L'invité du jour avant Dudelange - Qarabag

Mélisse: «Avec le cœur, on peut faire de grandes choses»

Bryan Mélisse et Dudelange veulent relever la tête après la défaite du match aller.
L'invité du jour avant Dudelange - Qarabag

Mélisse: «Avec le cœur, on peut faire de grandes choses»

Bryan Mélisse et Dudelange veulent relever la tête après la défaite du match aller.
Photo: Serge Daleiden
Sport 4 min. 19.07.2016 Cet article est archivé
L'invité du jour avant Dudelange - Qarabag

Mélisse: «Avec le cœur, on peut faire de grandes choses»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
De retour au F91 après deux années passées à la Jeunesse, Bryan Mélisse retrouve les phases préliminaires de la Ligue des champions. Un rendez-vous qui lui rappelle le souvenir de l'exploit dudelangeois en 2012 face à Salzbourg. Et qu'il aimerait réitérer face à Qarabag.

De retour au F91 après deux années passées à la Jeunesse, Bryan Mélisse retrouve les phases préliminaires de la Ligue des champions. Un rendez-vous qui lui rappelle le souvenir de l'exploit dudelangeois en 2012 face à Salzbourg. Et qu'il aimerait réitérer face à Qarabag.

Propos recueillis par Thibaut Goetz

Bryan, tout d'abord comme s'est passé votre retour à Dudelange?

Bien, j'étais impatient. Déjà l'année précédente je voulais revenir. Cela ne s'est pas fait avec les règles des contrats au Luxembourg. La Jeunesse m'a bloqué, et pendant la saison je me suis un peu pris la tête avec le coach. On a décidé avec le président que je finirais la saison du mieux possible avant de partir. Je suis très content de revenir à Dudelange. J'ai joué avec Sébastien Rémy le directeur sportif, et Lehit Zeghdane le coach-adjoint et aussi les autres joueurs qui étaient là quand j'étais au club.

Qu'avez-vous remarqué comme différences entre le F91 que vous avez quitté il y a deux ans et celui de 2016?

Le niveau est plus élevé. Enfin le onze de départ était peut-être du même niveau que celui d'aujourd'hui mais le groupe en lui-même, avec tout les remplaçants, c'est très costaud. On sent que la concurrence est là, il ne faut pas se reposer sur ses lauriers.

Concernant l'entraîneur Dino Töppmoller, qu'est-ce qui vous séduit dans son discours?

Le jeu déjà. La façon dont il veut que l'on joue, avoir le ballon et bien le faire circuler, il veut pratiquer un beau football. Et puis il y a le sérieux, le professionnalisme allemand, c'est important. On aime tous le beau jeu, et ça va me changer de la saison dernière.

Pour ce premier match officiel de l'ère Toppmöller, vous étiez titulaire à Qarabag où il y a eu ce penalty que vous avez provoqué...

Oui je n'étais pas très satisfait de moi. Pas du tout même. Il y a déjà ce penalty au bout de dix minutes de jeu. Directement ça met un petit coup au moral. Et je suis aussi impliqué sur le deuxième but, donc c'était un début de première mi-temps compliqué. Petit à petit ça allait mieux, en deuxième mi-temps je me sentais mieux mais je sais que je peux mieux faire. Depuis mardi soir j'attends impatiemment le match retour de mercredi.

Dans l'ensemble comment analyser votre prestation de l'aller?

Après ce début compliqué on a pressé plus haut, on a aussi mieux joué et on aurait pu les mettre plus en difficulté. Je trouve le score un peu sévère parce qu'ils n'ont pas vraiment eu d'occasion dangereuse, à part un poteau au début. Mais je ne me rappelle pas qu'ils aient eu des occasions en deuxième mi-temps. Après le problème c'est que nous non plus... Mercredi il faudra absolument marquer et rapidement.

Est-ce que l'équipe croit l'exploit possible?

Oui c'est possible. Je ne les ai pas trouvés extraordinaires à l'aller. Ils ont mieux joué que nous c'est sûr, après si on les presse plus et mieux c'est possible. On n'est pas favori c'est jouable.

Quelles sont les faiblesses à exploiter chez ces Azéris?

J'ai remarqué qu'en pressant bien leur capitaine, deux ou trois fois il a perdu le ballon, on a réussi à l'intercepter. Après le coach en a vu sûrement d'autres mais moi c'est surtout ce que j'ai remarqué. Par contre leur numéro 20, celui qui a marqué les deux buts, est vraiment impressionnant, c'est un très bon joueur. Mais les autres ne sont pas vraiment au-dessus de nous.

Finalement à quel niveau se fait la différence entre vous et l'adversaire?

On voit qu'ils se connaissent bien. Dans notre onze de départ il y a quelques nouveaux, c'est un nouveau coach, une nouvelle philosophie de jeu, un nouveau système, il faut un peu de temps. Ça se met en route, les automatismes, ça met du temps à venir. On travaille mais un premier match contre une équipe comme Qarabag ce n'est pas facile.

En 2012 vous étiez de l'équipe qui avait réalisé l'exploit contre Salzbourg. C'est un souvenir qui revient en ce moment forcément?

Oui parce que comme à l'époque, tout le monde dit que Qarabag est supérieur à nous. Face à Salzbourg c'était pareil et on les a battus à l'aller. Et si au retour on ne prend pas le rouge, si on finit à onze contre onze, je pense qu'on aurait gagné 3-2 (score final 4-3 ndlr). Favori ce n'est que sur le papier ou sur cotes et matchs.

Les exploits des petites nations à l'Euro, mais aussi la victoire de ce club de Gibraltar face au Celtic Glasgow la semaine dernière, ça motive vraiment à croire en ses rêves?

Oui il faut y croire. Le Portugal n'était pas du tout favori, et ils sont allés au bout! L'Islande est allée loin, le pays de Galles aussi. Dans le foot c'est fini l'époque où les «gros» fracassaient les petits. Tout le monde a un certain niveau et l'exploit est possible, si on joue avec le cœur on peut faire de grandes choses.



Sur le même sujet

Buteur décisif face à l'Arménie vendredi, le joueur de la Jeunesse préface le déplacement des Lionceaux au Danemark. L'occasion de revenir sur la victoire face aux Arméniens et de dresser le bilan de la campagne qualificative pour l'Euro 2017.
Milos Todorovic estime que la sélection des Espoirs a progressé au fil de la campagne.
Pour Fernand Alff et Carlo Schroeder, le début de saison est plus difficile que prévu. Emanuel Gentil et Claude Leogrande sont des entraîneurs heureux et Fréderic Di Biase a vu une équipe impressionnante.
Fernand Alff
Ecrasé 0-6 par Dudelange, lors de l'ouverture du championnat, Wiltz va connaître un mois d'août difficile et passera un test intéressant dimanche à Rumelange, une formation appréciée par Romain Ruffier. Par la même occasion, le portier nordiste nous livre aussi ses «pronos» pour cette deuxième journée de BGL Ligue.
Romain Ruffier apprécie les valeurs véhiculées par l'USR mais il ne lui déplairait pas de prendre un point à Rumelange dimanche.
L'ancien attaquant international du F91 s'offre un break avec le football et a cessé ses activités d'entraîneur à Rumelange depuis le mois de décembre pour se consacrer à un autre sport: la pétanque. Mais Stefano Fanelli continue de suivre avec assiduité le championnat et nous propose ses pronostics pour la 7e journée en BGL Ligue.
Fidèle à lui-même, Stefano Fanelli n'a pas sa langue dans la poche.