Changer d'édition

Melbourne: Serena Williams expéditive, «Djoko» sans problème
Serena Williams n'a pas musardé en chemin. L'Américaine est restée sur le court moins de 50 minutes.

Melbourne: Serena Williams expéditive, «Djoko» sans problème

Photo: AFP
Serena Williams n'a pas musardé en chemin. L'Américaine est restée sur le court moins de 50 minutes.
Sport 5 min. 15.01.2019

Melbourne: Serena Williams expéditive, «Djoko» sans problème

Pour son retour sur le circuit quatre mois après sa finale explosive à l'US Open, Serena Williams n'a pas badiné au premier tour de l'Open d'Australie, mardi à Melbourne. Novak Djokovic, quant à lui, affrontera Jo-Wilfried Tsonga au deuxième tour.

(AFP) - La dernière fois que Serena était apparue en compétition officielle, c'était en finale de l'US Open début septembre: elle y avait perdu ses nerfs et s'était emportée contre l'arbitre, recevant trois avertissements, le dernier pour insulte. La dernière fois qu'elle était venue à Melbourne il y a deux ans, elle y avait triomphé pour la 23e fois en Grand Chelem, son dernier sacre en date, tout en étant enceinte de huit semaines.

«J'ai tellement de bons souvenirs de la dernière fois que je suis venue ici. C'était la plus belle victoire de ma carrière», s'est remémorée l'ex-n°1 mondiale aujourd'hui 16e, qui s'est testée début janvier à la Hopman Cup, compétition par équipe mixte à Perth. Pour ce double retour, la championne américaine de 37 ans, combishort verte et collants résille couleur peau, n'a pas badiné. Elle a expédié en 49 minutes (6-0, 6-2) l'Allemande Tatjana Maria (73e), une des quatre seules joueuses du tableau à être mère, comme elle.

C'est que la cadette des soeurs Williams voit beaucoup plus loin et plus haut, elle qui cherche à égaler le record absolu de couronnes en Grand Chelem (24), établi par l'Australienne Margaret Court dans les années 1960-1970. Deux fois en 2018, elle a trébuché sur la dernière marche, à Wimbledon (contre Kerber) puis à New York (contre Osaka). Au tour suivant, Serena affrontera la Canadienne Eugenie Bouchard, ex-n°5 mondiale aujourd'hui 79e.

La n°1 mondiale Simona Halep a bataillé pour se défaire de l'Estonienne Kaia Kanepi (71e) en trois sets 6-7, (2/7) 6-4, 6-2. Menée d'un set et d'un break (2-1), Halep, à l'arrêt en fin de saison 2018 à cause d'une hernie discale, n'est pas passée loin d'une deuxième élimination consécutive d'entrée en Grand Chelem, elle qui avait chuté au 1er tour à l'US Open l'été dernier, déjà face à Kanepi. Mais la Roumaine de 27 ans ans a su réagir et en retirer «beaucoup de confiance» pour la suite du tournoi.

  Djokovic rejoint Tsonga

Après les débuts réussis de Roger Federer et Rafael Nadal lundi, le n°1 mondial a fait ses premiers pas à Melbourne.  Il affrontera Jo-Wilfried Tsonga au deuxième tour après sa victoire aux dépens de l'Américain Mitchell Krueger, issu des qualifications, en trois sets 6-3, 6-2, 6-2.

Djokovic, en quête d'un septième trophée à Melbourne et d'une quinzième couronne en Grand Chelem, a connu un faux départ, breaké à 1-1, avant de réagir immédiatement et de boucler la rencontre en à peine plus de deux heures.

Son duel avec Tsonga, ex-n°5 mondial tombé au 177e rang après une saison 2018 gâchée par son genou gauche, rappellera la finale de l'édition 2008 de l'Open d'Australie, remportée par le Serbe. Il s'agissait alors du tout premier sacre en Grand Chelem de «Djoko».

Depuis qu'il a recouvré ses esprits et sa plénitude physique au début de l'été dernier, peu après avoir renoué avec l'entraîneur de tous ses succès Marian Vajda, après deux ans de galère, Djokovic s'est montré irrésistible ou presque en s'offrant coup sur coup Wimbledon puis l'US Open.

Zverev en moins de deux heures

Le jeune Allemand Alexander Zverev, chef de file de la nouvelle génération, a lui aussi validé son ticket pour le 2e tour en moins de deux heures face au Slovène Aljaz Bedene (67e) en trois sets 6-4, 6-1, 6-4. Vainqueur du Masters de fin d'année en novembre dernier, le trophée le plus prestigieux de sa jeune carrière, le n°4 mondial n'avait pas encore joué en compétition officielle en 2019. Il a rapidement surmonté un début de rencontre un peu poussif au cours duquel il s'est retrouvé breaké (3-4).

«J'étais un peu négligent, ça a été un bon coup de fouet, j'ai vraiment bien joué après», a déclaré l'Allemand, dont la cheville, tordue il y a quelques jours à l'entraînement, est «toujours un peu douloureuse et enflée». A 21 ans, le grand Sascha (1,98 m) peine à percer en Grand Chelem. Il n'y a atteint qu'une fois les quarts de finale, à Roland-Garros en 2018. A Melbourne, il n'a encore jamais dépassé le troisième tour.

Il affrontera Jérémy Chardy (36e) qui est venu à bout du Messin Ugo Humbert (95e) après cinq sets conclus au super-tie break 3-6, 7-6 (8/6), 6-4, 6-7 (4/7), 7-6 (10/6).

Nishikori, crampes de salut

Mené deux sets à zéro au premier tour, Kei Nishikori n'a trouvé son salut (3-6, 6-7 (6/8), 6-0, 6-2, 3-0 ab.) que dans les crampes qui ont assailli tout le corps de son adversaire, le Polonais issu des qualifications Kamil Majchrzak. A partir de la troisième manche, ce dernier s'est retrouvé quasiment dans l'impossibilité de jouer, main et jambes tétanisées. Il a fini par renoncer au milieu du cinquième set, abandonnant la victoire au Japonais, n°9 mondial, après un peu moins de trois heures de match.

Simon et Herbert montrent la voie

Huit Français et quatre Françaises jouent sur les courts du Melbourne Park mardi. Les deux premiers à avoir imité Gaël Monfils, qui a rallié le deuxième tour lundi, sont Gilles Simon (30e) et Pierre-Hugues Herbert (55e). Fort de deux demi-finales début 2019 (Pune et Sydney), Simon a écarté l'Américain issu des qualifications Bjorn Fratangelo (7-6 (7/2), 6-4, 6-2) en à peine plus de deux heures.

Malgré des abdominaux manifestement douloureux et massés en fin de deuxième set, Herbert s'est défait de l'Américain Sam Querrey (49e) en quatre manches (5-7, 7-6 (8/6), 6-3, 6-1).  Qualification également pour Lucas Pouille (31e), désormais accompagné par Amélie Mauresmo. L'ex-n°10 mondial aujourd'hui 31e, a remporté la première victoire de sa carrière à Melbourne, sa première aussi en 2019, en maîtrisant le Kazakh Mikhail Kukushkin (56e) 6-1, 7-5, 6-4.

Côté féminin, ni Pauline Parmentier (55e) ni Fiona Ferro (98e) n'ont franchi le premier tour. La première s'est inclinée face à la Russe Anastasia Potapova (6-4, 7-6 (7/5), la seconde contre la Chinoise Qianq Wang (6-4, 6-3).


Sur le même sujet

Melbourne: Nadal rassure, Murray perd son combat en cinq sets
Après quatre mois sans compétition officielle et une panoplie de soucis physiques, Rafael Nadal a rassuré en ralliant sereinement le deuxième tour de l'Open d'Australie, lundi à Melbourne alors qu'Andy Murray a été battu après un long match de plus de quatre heures face à l'Espagnol Roberto Bautista (23e).
Rafael Nadal n'a pas manqué son entrée en matière sur les courts de Melbourne.
US Open: Nishikori et Osaka, la touche nipponne
Les Japonais Kei Nishikori, chez les Messieurs, et Naomi Osaka, côté féminin, se sont qualifiés pour les demi-finales de l'US Open en venant à bout respectivement du Croate Marin Cilic, et de l'Ukrainienne Lesia Tsurenko mercredi à New York.
Naomi Osaka of Japan celebrates her win against Lesia Tsurenko of Ukraine during  their Women's Singles quarterfinals match at the 2018 US Open at the USTA Billie Jean King National Tennis Center in New York on September 5, 2018. (Photo by TIMOTHY A. CLARY / AFP)
US Open: Monfils, le dernier espoir français
Gaël Monfils est le dernier des trois nouveaux mousquetaires encore en lice à l'US Open: facile vainqueur de Lucas Pouille mardi, il défiera en demi-finale vendredi le n°1 mondial et tenant du titre Novak Djokovic qui a profité, lui, de l'abandon de Jo-Wilfried Tsonga.
Sep 6, 2016; New York, NY, USA; Gael Monfils of France hits a forehand between his legs against Lucas Pouille of France (not pictured) on day nine of the 2016 U.S. Open tennis tournament at USTA Billie Jean King National Tennis Center. Monfils won 6-4, 6-3, 6-3. Mandatory Credit: Geoff Burke-USA TODAY Sports
US Open: Pouille fait craquer l'ogre Nadal
A seulement 22 ans, Lucas Pouille a réussi dimanche un exploit majeur dont ne font que rêver la plupart des autres joueurs professionnels: il a épinglé à son tableau de chasse l'ancien n°1 mondial Rafael Nadal en huitième de finale de l'US Open.
Sept 4, 2016; New York, NY, USA;     Lucas Pouille of France after beating Rafael Nadal of Spain on day seven of the 2016 U.S. Open tennis tournament at USTA Billie Jean King National Tennis Center. Mandatory Credit: Robert Deutsch-USA TODAY Sports