Changer d'édition

Melbourne: nouvelle valse à trois temps des solistes trentenaires
Novak Djokovic aborde cette première levée du Grand Chelem dans la peau du n°1 mondial.

Melbourne: nouvelle valse à trois temps des solistes trentenaires

Photo: AFP
Novak Djokovic aborde cette première levée du Grand Chelem dans la peau du n°1 mondial.
Sport 6 min. 12.01.2019

Melbourne: nouvelle valse à trois temps des solistes trentenaires

Serena Williams en quête de record

(AFP) - Ils ont dépassé (largement) les trente ans mais continuent de dicter le tempo: les trois solistes stars du tennis mondial, Novak Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal jouent un nouvel opus de leur valse à trois temps à l'Open d'Australie, dès lundi (14-27 janvier) à Melbourne. Et s'il s'agissait de l'un des derniers?

A quelques heures des premiers coups de raquette sur les courts ensoleillés du Melbourne Park, Andy Murray, le quatrième membre du "Big Four", a brutalement rappelé vendredi que cette époque dorée touchait inexorablement à sa fin. Le Britannique, 31 ans, a annoncé, ému aux larmes, que sa hanche droite le contraignait à mettre un terme à sa carrière, au mieux à Wimbledon espère-t-il. 

"Il y a dix ans, s'il s'était arrêté à 31 ans, on aurait dit qu'il avait eu une très longue carrière", a souligné Nadal samedi. "Aujourd'hui, on a l'impression que ce n'est pas le cas parce que les joueurs jouent plus longtemps. Mais il a 31 ans. Aujourd'hui, c'est lui. Demain, un autre. Notre génération, on n'a plus vingt ans, on a tous plus de trente ans", a poursuivi le Majorquin, qui, à 32 ans, a connu son lot de blessures.

En attendant, lui comme Federer (37 ans) et Djokovic (31 ans) - en quête tous deux d'un septième sacre record à l'Open d'Australie - continuent d'étirer leur exceptionnelle longévité au plus haut niveau. Et le trio infernal, qui truste de nouveau le podium au classement, compte bien jouer plus longtemps encore les premiers rôles.  

"Si nous sommes en forme et que nous jouons bien, nous conservons probablement les meilleures chances de remporter les tournois du Grand Chelem", estimait Djokovic début janvier à Doha. Comment, de fait, ne pas faire du Serbe le favori n°1 de l'Open d'Australie?

Depuis qu'il a recouvré ses esprits et sa plénitude physique au début de l'été dernier, peu après avoir réamorcé sa collaboration avec l'entraîneur de tous ses succès Marian Vajda, "Djoko" a récité sa partition à la perfection ou presque en triomphant coup sur coup à Wimbledon puis à l'US Open, ainsi qu'à Cincinnati et Shanghai. Jusqu'à se réinstaller sur le trône de n°1 mondial.          

Il a certes connu deux revers en finale fin 2018, à Paris et au Masters, puis une reprise un peu poussive en 2019, stoppé en demi-finale à Doha (par Bautista). Il n'en est pas moins "sans aucun doute le favori", de l'avis de Federer, qui estime qu'il sera "dur à battre une fois qu'il aura retrouvé son niveau".

"On verra bien s'il y aura une saison 2020 ou pas": en lâchant cette phrase à la presse lors de la Hopman Cup début janvier, le Suisse aux vingt couronnes record en Grand Chelem, qui a l'habitude de désamorcer les questions récurrentes sur le sujet, a suscité l'émoi, même s'il a rapidement précisé "ne pas penser vraiment à la retraite".

D'autant que Federer a montré des signes inhabituels de fragilité au cours de la deuxième moitié de la saison 2018, marquée par deux désillusions majeures à Wimbledon et à l'US Open, qui n'ont pas manqué de soulever des interrogations sur sa capacité à continuer à défier le temps qui passe et à prétendre encore aux trophées les plus prestigieux.

Serena vise un 24e sacre

Mais le double tenant du titre, auteur d'un retour retentissant à Melbourne en 2017 après six mois loin du circuit, n'a pas dit son dernier mot. Il a entamé 2019 de manière convaincante en remportant la Hopman Cup, compétition par équipes mixtes à Perth, sans concéder le moindre set ni même le moindre break, notamment face aux jeunes menaces Alexander Zverev et Stefanos Tsistipas. 

Quant à Nadal, ses quatre derniers mois sans compétition et ponctués de pépins physiques depuis son abandon en demi-finale de l'US Open - genou droit, abdominaux puis cheville droite opérée fin 2018, cuisse gauche début 2019 - posent inévitablement question sur son état de forme. "Je me sens bien. Si ce n'était pas le cas, je ne serais pas là", a rassuré l'Espagnol, qui, s'il a reconnu son "manque de matches", a mis en avant sa "motivation maximale". "J'ai l'expérience, ce n'est pas nouveau pour moi, je sais que je peux bien jouer même en manquant de rythme", a-t-il ajouté.

Auteur de son premier coup d'éclat avec un sacre au Masters en s'offrant coup sur coup Federer et Djokovic en novembre dernier, l'Allemand Alexander Zverev mène, à 21 ans, la rébellion de la nouvelle génération. Pleinement conscient que "ce sont toujours les hommes à battre dans les gros tournois."

Du côté des dames, Serena Williams est bien décidé à renouer avec la victoire et est en quête d'un 24e sacre.  Sa dernière apparition en compétition officielle, sa finale à l'US Open perdue en même temps que ses nerfs, est encore dans les mémoires mais l'Américaine n'a aucune envie de regarder en arrière.

A New York début septembre, la star américaine s'était emportée contre l'arbitre de la rencontre, le Portugais Carlos Ramos, et avait reçu trois avertissements, le dernier pour insulte. A portée de raquette, son rêve d'égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem, détenu par l'Australienne Margaret Court, joueuse des années 1960-1970, s'était évanoui.

Lors de sa précédente venue en 2017, elle y avait triomphé enceinte de huit semaines, et avait dépossédé l'Allemande Steffi Graf du record de titres en Grand Chelem dans l'ère Open (23 contre 22). 

Deux ans plus tard et moins d'un an après son retour de maternité, la championne américaine de 37 ans dispose d'une nouvelle chance d'enrichir sa collection de records. C'est cet objectif d'atteindre les 24 couronnes majeures qui l'anime.

"Cela a pris de l'importance depuis que j'en ai obtenu un 22e, un 23e... Clairement, c'est quelque chose que je veux", a-t-elle affirmé fin décembre. "Mais il faut que je sois capable d'y arriver." Si elle soulevait le trophée pour la huitième fois à Melbourne, 21 ans (!) après son premier succès en Grand Chelem, Serena écrirait l'histoire à plus d'un titre.

A 37 ans et quatre mois - elle les a fêtés le 26 septembre - elle deviendrait aussi la lauréate la plus âgée de l'ère Open en tournoi majeur en repoussant les limites de sa propre longévité: c'est déjà elle qui détient ce record, établi lors de son dernier sacre en date, à l'Open d'Australie en 2017, à 35 ans et 125 jours.


Sur le même sujet

Tennis: Nadal et Federer défient les lois du temps
Rafael Nadal et Roger Federer de retour au sommet, qui l'eut cru il y a un an ? A 31 et 36 ans, les superstars ont réalisé un fabuleux come-back, éclipsant la relève du tennis, encore trop juste pour s'emparer du pouvoir.
L'âge n'a pas d'emprise sur Roger Federer et Rafael Nadal. Les deux trentenaires ont dominé l'année 2017.
US Open: Del Potro ramène Federer sur terre
L'Argentin Juan Martin del Potro a brisé le rêve du Suisse Roger Federer de remporter un troisième titre du Grand Chelem en 2017 et de redevenir n°1 mondial en le battant 7-5, 3-6, 7-6 (8), 6-4 en quarts de finale de l'US Open, mercredi.
NEW YORK, NY - SEPTEMBER 06: Juan Martin del Potro (R) of Argentina shakes hands with Roger Federer (L) of Switzerland after their Men's Singles Quarterfinal match on Day Ten of the 2017 US Open at the USTA Billie Jean King National Tennis Center on September 6, 2017 in the Flushing neighborhood of the Queens borough of New York City.   Clive Brunskill/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Wimbledon: Une occasion à saisir pour Federer et Murray
L'élimination surprise de Novak Djokovic à Wimbledon a élargi le champ des possibles pour ses rivaux Roger Federer et Andy Murray qui ont l'opportunité de mettre fin à plusieurs années de disette en Grand Chelem, à l'heure de repartir à l'assaut lors du "Manic Monday".
Switzerland's Roger Federer returns to Britain's Daniel Evans during their men's singles third round match on the fifth day of the 2016 Wimbledon Championships at The All England Lawn Tennis Club in Wimbledon, southwest London, on July 1, 2016. / AFP PHOTO / ADRIAN DENNIS / RESTRICTED TO EDITORIAL USE