Changer d'édition

Match amical Lettonie - Luxembourg: Des débuts de mi-temps catastrophiques
Lars Gerson a livré une rencontre d'excellente facture, ce vendredi en amical contre la Lettonie.

Match amical Lettonie - Luxembourg: Des débuts de mi-temps catastrophiques

Photo: LFF
Lars Gerson a livré une rencontre d'excellente facture, ce vendredi en amical contre la Lettonie.
Sport 9 min. 02.09.2016

Match amical Lettonie - Luxembourg: Des débuts de mi-temps catastrophiques

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Un but encaissé dès la 3e minute, puis deux autres, aux 47e et 51e minutes, alors que Da Mota venait d'égaliser (46e) pour le Luxembourg, ont plombé une sélection de Luc Holtz à l'accent très jeune, qui a démontré de belles dispositions, surtout en première période, vendredi soir à Riga face à la Lettonie. Les Roude Léiwen débuteront donc la campagne de qualification 2018 mardi à Sofia avec une défaite (3-1) dans les jambes et dans les têtes.

Un but encaissé dès la 3e minute, puis deux autres, aux 47e et 51e minutes, alors que Da Mota venait d'égaliser (46e) pour le Luxembourg, ont plombé une sélection de Luc Holtz à l'accent très jeune, qui a démontré de belles dispositions, surtout en première période, vendredi soir à Riga face à la Lettonie. Les Roude Léiwen débuteront donc la campagne de qualification 2018 mardi à Sofia avec une défaite (3-1) dans les jambes et dans les têtes.

A Riga, Jean-François Colin

Le match

Luc Holtz avait sorti de son chapeau deux surprises de dimension en composant son onze de départ pour cette ultime joute amicale en Lettonie avant d'aborder les éliminatoires du Mondial 2018 mardi face à la Bulgarie à Sofia. Dirk Carlson (18 ans, Union Titus Pétange) allait pouvoir fêter sa première cape en qualité de titulaire au poste d'arrière-gauche, un statut et une joie que connaissait aussi pour la toute première fois Vincent Thill (16 ans) pour sa troisième cape en sélection A, au contraire de son frère aîné, Sébastien (22 ans, 6 sélections), une nouvelle fois relégué sur le banc à l'entame du match.

Une équipe très jeune donc alignée sur la pelouse du Skonto Stadium, au sein de laquelle le troisième "teenager" Christopher Martins (19 ans) était confirmé dans l'axe central défensif au côté de Kevin Malget, après sa prestation impeccable à ce poste fin mai contre le Nigeria.

Orphelin de Bensi et Holter, le milieu de terrain s'articulait bien sûr autour de la jeune pépite messine, en véritable n°10, avec la paire Gerson - Philipps, ce dernier juste devant la défense, en charnière axiale, le capitaine Mutsch à droite et Da Mota côté gauche.

Un début de match à du 1.000 à l'heure... côté letton

Préféré à Maurice Deville, Dave Turpel était l'attaquant choisi pour débuter le match, en attendant... l'arrivée en renfort d'Aurélien Joachim - aligné ce vendredi soir avec son équipe du Lierse en championnat de D1B belge contre Oud-Heverlee Louvain - en vue du débat de mardi en Bulgarie.

La rencontre débute à du... 1.000 à l'heure. Les maillots grenats déferlent allègrement et à toute vitesse dans les lignes luxembourgeoises et, dès la 3e minute, l'arrière-droit Gabovs mystifie le pauvre Carlson côté droit et centre à ras de terre pour Davis Ikaunieks, le frangin du Messin Janis, qui reprend du plat du pied comme à la parade sans le moins du monde être gêné ou inquiété (1-0, 3e). Comme... à l'entraînement! Dur, très dur pour le pauvre Pétangeois Carlson, qui avait sûrement rêvé de débuts plus enchanteurs.

Et ça continue: Laurent Jans dégage comme il peut un ballon centré dans les pieds de Zjuzins plein axe qui canonne... au-dessus (5e). Dans son tout nouvel équipement blanc barré d'une bande bleue horizontale sur la poitrine, le Luxembourg souffre. Heureusement, Turpel, profitant d'une erreur technique du capitaine Gorkss, offre une respiration à son équipe en tirant sur Vanins (8e).

Le premier quart d'heure (de folie) passé, la fougue lettonne se tarit nettement. Mutsch en profite pour servir Turpel en profondeur et l'envoi croisé du Dudelangeois qui lèche le poteau opposé de Vanins est intéressant (16e). En vrai chef d'orchestre, Vincent Thill est à la baguette. Lumineux, et encore plus avec sa coiffure peroxydée, le Messin a parfois tendance à vouloir en faire trop et se rend coupable de quelques pertes de balle, puis c'est Dave Turpel qui ne trouve pas la juste récompense de son joli geste technique, mais seulement le... poteau de Vanins (22e).

Trois buts en cinq minutes

Le match a clairement changé d'âme: le Luxembourg domine à présent son adversaire. En atteste la superbe reprise de la tête de Malget, consécutive à un corner de Mutsch, que Vanins dévie au prix d'une grosse parade (25e). On n'a décidément pas le temps de s'ennuyer au Skonto Stadium: alerté par Zjuzins, Visnakovs frappe au-dessus de la cage de Joubert (30e) et de l'autre côté, le centre au cordeau de Jans, qui avait poursuivi son effort jusqu'à la ligne de fond, ne trouve personne (32e).

Le second acte repart avec les 22 mêmes acteurs. Et comme son devancier, il débute de manière complètement folle: la relance ratée de Gorkss arrive dans les pieds de Gerson qui centre pour Thill, dont le contrôle... raté profite à Da Mota qui fusille Vanins du gauche (1-1, 46e). A peine le temps de remettre le ballon en jeu, qu'une phase confuse impliquant Laurent Jans (qui se fait mal sur l'action) sur le flanc droit défensif luxembourgeois permet à Zjuzins d'allumer Joubert de près pour remettre la Lettonie au commandement (2-1, 47e). Le même Zjuzins qui profite quatre minutes plus tard d'une glissade de Martins pour placer tranquillement une frappe du droit hors de portée de Joubert et signer un doublé (3-1, 51e). Trois buts en l'espace de cinq minutes, excusez du peu!

Chris Philipps a disputé les 54 premières minutes de la rencontre.
Chris Philipps a disputé les 54 premières minutes de la rencontre.
Photo: LFF

Place alors à la valse des changements. Bohnert remplace Philipps pour prendre place côté droit, recentrant ainsi Mario Mutsch, et en pointe, Deville relaie Turpel. Laterza et Jänisch, respectivement pour Carlson et Martins, disputent un gros dernier quart d'heure, avec donc une nouvelle arrière-garde Laterza-Jans-Malget-Jänisch pour les 18 dernières minutes.

Comme Dirk Carlson, le jeune Eric Veiga fête sa première sélection, en remplaçant - tout un symbole! - le capitaine Mario Mutsch à la 84e minute. La domination lettonne se poursuit, mais Joubert, impeccable de bout en bout malgré les trois buts encaissés, démontre qu'il a eu... 1.000 fois raison de revenir en sélection suite à la blessure de Moris. Le portier dudelangeois empêche tout simplement au score de prendre des allures de petite correction que jamais ce Luxembourg-là n'aurait méritée.

Sûr que les arrivées de Maxime Chanot et Aurélien Joachim, tous deux retenus en club, feront du bien à une équipe certes séduisante par moments, mais qui a affiché les péchés mignons de sa jeunesse, pour le déplacement prévu en Bulgarie mardi. Car là, il s'agira de ne pas se rater!

La note du match: 15/20.

Quelle intensité pour un... simple match amical et quels débuts de mi-temps! On a senti les deux équipes piaffer dans les starting-blocks et impatientes d'entamer mardi les éliminatoires du Mondial 2018, la Lettonie face à Andorre, et le Luxembourg en Bulgarie. On a relevé pas moins de huit occasions franches - dont un but - en première mi-temps. Et que dire du début en fanfare de la seconde! Même les multiples changements opérés dans les deux camps après l'heure de jeu n'ont guère fait baisser l'intensité.

Le fait du match: les débuts des deux mi-temps.

Un but (3e) en première et... trois (46e, 47e et 51e) en seconde, chaque fois dans les premières minutes ont lancé sur les rails les deux périodes du match au... grand dam des Roude Léiwen, menés rapidement au score, et qui n'ont pu tenir le nul (1-1) que l'espace d'à peine 60 secondes, juste le temps de remettre le ballon en jeu.

L'homme du match: Lars Gerson

Côté luxembourgeois, Lars Gerson s'est montré souverain en milieu de terrain. Techniquement et physiquement présent, le joueur de Sundsvall a démontré toute la différence entre un élément d'expérience (26 ans, 54 sélections) et un diamant brut non encore poli, Vincent Thill (16 ans, 3 sélections). On ne parle pas de talent pur, mais d'efficacité. Plus que jamais, "El Duro" s'impose comme un rouage essentiel et indispensable de la sélection de Luc Holtz. Côté letton, une mention spéciale à Arturs Zjuzins, pour son doublé en l'espace de quatre minutes, et à l'arrière-droit Vladislavs Glabovs pour ses élans offensifs.

Réaction: "La meilleure prestation que j'ai jamais vue du Luxembourg"

Luc Holtz: "Je viens de le dire à mes joueurs: c'est la meilleure prestation que j'ai jamais vue de mon équipe. J'ai vu des attaques posées, une possession de balle et des occasions nombreuses. Je suis très satisfait de la prestation, naturellement moins du résultat. Les buts que l'on prend sont dus à des erreurs de jeunesse. Certains ont commencé le match un peu crispés, notamment Dirk Carlson, et puis il s'est lâché et on a vu que le garçon possède vraiment un gros potentiel. Le deuxième but ne doit jamais se produire, mais bon, les gamins doivent faire des erreurs, pour ensuite apprendre de leurs fautes et ne plus les reproduire à l'avenir. On s'est créé beaucoup d'occasions, mais on a manqué un peu de chance, avec un ballon sur le poteau et un penalty non sifflé. Ne perdons pas de vue que le rythme d'un tel match est nettement plus élevé que ce à quoi les joueurs sont habitués. La Lettonie nous a été athlétiquement supérieure, ils étaient très forts dans le trafic aérien, mais cela, je le savais et je les avais prévenus. La contre-offensive était l'arme la plus fatale des Lettons. Mais je le répète, globalement, je suis extrêmement satisfait de la prestation de mon équipe."

Dirk Carlson (13) et Vincent Thill (10) dans le onze de départ. Les deux surprises de Luc Holtz.
Dirk Carlson (13) et Vincent Thill (10) dans le onze de départ. Les deux surprises de Luc Holtz.
Photo: LFF

La fiche technique

Lettonie - Luxembourg 3-1

Riga, Skonto Stadium, température agréable, ciel dégagé, pelouse en bon état, 4.632 spectateurs payants, arbitrage d'Andrew Davey assisté de Stephen Donaldson et Georgios Argyropoulos (NIR). Mi-temps: 1-0.

Evolution du score: 1-0 D. Ikaunieks (3e), 1-1 Da Mota (46e), 2-1 et 3-1 Zjuzins (47e et 51e)

Corners: 2 (0+2) pour la Lettonie; 5 (3+2) pour le Luxembourg.

Aucun carton.

  • LETTONIE (4-4-2): Vanins; Gabovs, Tarasovs (68e Jagodinskis), Gorkss (cap.), Maksimenko; D. Ikaunieks (54e J. Ikaunieks), Zjuzins (75e Laizans), Lazdins, Visnakovs (67e Karasauks): Rudnevs (84e Vorobjovs), Sabala (54e Torress).

Remplaçants non utilisés: Steinbors, Ikstens; Freimanis, Kurakins, Kluskins et  Savalnieks.

Sélectionneur: Marians Pahars.

  • LUXEMBOURG (4-1-4-1): Joubert; Jans, Malget, Martins (72e Jänisch), Carlson (72e Laterza); Philipps (54e Bohnert); Mutsch (cap.) (84e Veiga), Gerson, V. Thill (85e S. Thill), Da Mota; Turpel (60e Deville).

Remplaçants non utilisés: Schon; Delgado et Payal.

Sélectionneur: Luc Holtz.


Sur le même sujet

Football / Equipe nationale: Le bulletin de printemps de la sélection
Les deux premières sorties amicales des Roud Léiwen en 2016, soldées par autant de défaites (0-3 contre la Bosnie et 0-2 face à l'Albanie) ont certes mis en évidence quelques zones d'ombre, mais ont aussi généré certaines satisfactions. Une sélection où les affres de l'enfer et les délices du paradis se côtoient, comme sur une toile de Jérôme Bosch.
Vincent Thill (Luxemburg #15) im Zweikampf mit Srdan Grahovac (Bosnien-Herzegowina - 8)

/ Fussball, Freundschaftsspiel, Laenderspiel, Testspiel, Saison 2015-2016 / 25.03.2016 /
Luxemburg - Bosnien-Herzegovina (Luxembourg vs Bosnia and Herzegovina) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus