Changer d'édition

Match amical international Luxembourg - Nigeria: Vincent Thill ouvre son compteur-buts
Sport 1 9 min. 31.05.2016

Match amical international Luxembourg - Nigeria: Vincent Thill ouvre son compteur-buts

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Le premier but du jeune (16 ans) Vincent Thill en sélection, inscrit en toute fin de match, n'aura pas suffi pour empêcher la troisième défaite en autant de sorties amicales du Luxembourg en 2016. Face au Nigeria mardi soir, les élèves de Luc Holtz, qui a offert à Florian Bohnert sa première sélection, se sont inclinés 1-3.

Le premier but du jeune (16 ans) Vincent Thill en sélection, inscrit en toute fin de match, n'aura pas suffi pour empêcher la troisième défaite en autant de sorties amicales du Luxembourg en 2016. Face au Nigeria mardi soir, les élèves de Luc Holtz, qui a offert à Florian Bohnert sa première sélection, se sont inclinés 1-3.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Par Jean-François Colin

Le match

A l'occasion de ce troisième rendez-vous amical de l'année, Luc Holtz offre sa première sélection "A" au jeune (18 ans) milieu de terrain du FC Sarrebruck, Florian Bohnert. A charge pour le néophyte teenager d'animer le couloir, d'abord à gauche, puis à droite après un quart d'heure, d'un entrejeu à cinq, avec, de droite à gauche, Bensi, Mutsch, Philipps, Gerson et donc, Bohnert.

Plus bas, et pour la première fois en 13 matches sous le maillot national, "Kiki" Martins remplit la charge d'arrière central, au côté de l'expérimenté Maxime Chanot, tandis que Laurent Jans, exilé à gauche lors de ses dernière sorties internationales, retrouve son flanc droit de prédilection. Le côté gauche actant, quant à lui, le retour du Differdangeois Mathias Jänisch (42e sélection).

Des innovations, donc, côté luxembourgeois, pour ce match laboratoire, mais une disposition somme toute classique (et prudente!) en 4-5-1, avec le seul Joachim aux avant-postes.

Le public clairsemé du Josy Barthel n'a guère l'occasion de s'enflammer lors de la première demi-heure de jeu: l'action de Mutsch, idéalement mis sur orbite par Bensi, et recoupé in extremis par Ekong (5e), l'envoi plein axe d'Iwobi juste au-dessus de la transversale, suite à une hésitation de Chanot (11e), la reprise acrobatique d'Umar juste à côté (13e), le tir, certes cadré, mais beaucoup trop mou, de Gerson dans les gants d'Akpeyi (20e) et la frappe à ras de sol d'Ideye difficilement repoussée par Moris (29e) viennent à peine troubler la quiétude d'une partie agréable, mais fermée.

Le capitaine Mario Mutsch a ajouté une 86e cape à son palmarès en équipe nationale
Le capitaine Mario Mutsch a ajouté une 86e cape à son palmarès en équipe nationale
Photo: Ben Majerus

Le Nigeria passe la vitesse supérieure

Mais, sous la double impulsion de son capitaine-régisseur de la Lazio, Ogenyi Onazi, et de l'infiltreur de Manchester City, Kelechi Iheanacho, la sélection nigériane pose insensiblement, mais sûrement, sa patte sur le match. Personne n'est donc vraiment surpris lorsqu'à la 36e minute, Umar rend fou Maxime Chanot côté gauche, centre pour Onazi dont la frappe puissante oblige Moris à repousser comme il peut le cuir dans les pieds de Brown Ideye, qui conclut de près (0-1, 36e).

M. Atkinson siffle le repos sur une envolée spectaculaire de Moris qui détourne en corner (qui ne sera pas tiré...) un superbe envoi d'Iheanacho (45+1). Florian Bohnert cède sa place à Maurice Deville au retour des vestiaires, ce qui permet à Bensi d'avancer d'un cran sur l'échiquier, dans un rôle de courroie de transmission entre le milieu de terrain grand-ducal et Aurélien Joachim, soudain un peu moins isolé sur son île.

A 16 ans, le prodige messin Vincent Thill signe sa seconde sélection (il remplace Bensi juste avant l'heure de jeu) et fait d'emblée admirer sa technique et son aisance balle au pied. Le frère cadet de Sébastien et Olivier aimante littéralement le ballon et oriente le jeu des Roude Léiwen. Mais le meilleur reste à venir...

Moris, la bourde, Vincent Thill, l'extase

Alors que l'on procède de part et d'autre au traditionnel "bal des changements" typique de tout match amical, comme à la parade, Iheanacho double la mise du plat du pied dans le but vide après que Moris s'est complètement troué dans son jeu au pied suite à une passe en retrait de Chanot (0-2, 69e). Une erreur individuelle flagrante du substitut de Joubert, qui s'était pourtant montré irréprochable fin mars contre la Bosnie et l'Albanie.

La fin de match est en forme de feu d'artifice: côté droit, Aurélien Joachim dépossède Omeruo du ballon, et adresse un véritable caviar à Vincent Thill, qui ne se fait pas prier et ouvre son compteur-buts en sélection en trompant Akpeyi magistralement du pied gauche à la 90e minute (1-2, 90e), avant que l'attaquant de Watford Odion Ighalo ne redonne une avance cette fois définitive de deux buts aux Super Eagles (1-3, 90+2)

Un peu tendres, les Roude Léiwen n'ont pu avaler les Super Eagles (tout de même classés 67es au ranking de la FIFA, le Luxembourg est, lui, 146e) et concèdent, après la Bosnie (0-3) et l'Albanie (0-2) fin mars, leur troisième défaite en match amical en 2016. Mais on retiendra surtout le premier but (d'une longue série?) de Vincent Thill en équipe nationale, les débuts prometteurs de Florian Bohnert au milieu de terrain et la prestation sans faille de Christopher Martins en défense centrale. Ainsi que, hélas pour lui, l'erreur fatale d'Anthony Moris qui a coûté le deuxième but à ses couleurs.

Chris Philipps essaie de déloger le ballon des pieds de Brown Ideye
Chris Philipps essaie de déloger le ballon des pieds de Brown Ideye
Photo: Ben Majerus

La note du match: 11/20

Une partie typique d'extrême fin de saison, malgré une certaine envie palpable des deux côtés. Agréable par moment, le match n'a pas atteint des sommets, ni de technicité, ni d'engagement, mais a proposé quelques belles phases et des mouvements intéressants. On ne s'est pas ennuyé, mardi soir au Josy Barthel, mais on ne peut non plus prétendre que ce premier Luxembourg - Nigeria de l'histoire restera gravé dans les annales du foot... si ce n'est grâce au premier but de Vincent Thill en sélection.

Le fait du match

On joue la 69e minute. Les changements se succèdent dans les deux camps, le match, typique de fin de saison, s'enlise dans une envahissante torpeur, quand, soudain, Anthony Moris, sur un énième ballon en retrait au sol de ses défenseurs, en l'occurrence parti du pied de Chanot, se troue complètement et adresse une... passe mortelle à Babatunde, alors qu'il avait pourtant Laterza dans le viseur. Le joueur du Raja Casablanca n'a plus qu'à transmettre gentiment à Iheanacho, qui pousse paisiblement le ballon au fond des filets pour doubler la marque. En quatre apparitions chez les Roude Léiwen, le portier du FC Malines commet sa première grosse bourde. Dommage pour lui, mais son geste raté lui rappelle opportunément que c'est bien Jonathan Joubert qui entamera la campagne de qualification pour le Mondial 2018 avec le costume de titulaire.

Christopher Martins (à dr.), au duel avec le Mancunien Kelechi Iheanacho, a livré une prestation impeccable en défense centrale
Christopher Martins (à dr.), au duel avec le Mancunien Kelechi Iheanacho, a livré une prestation impeccable en défense centrale
Photo: Fabrizio Munisso

L'homme du match: Christopher Martins

Taillé dans le roc, il a incontestablement la stature d'un défenseur central. Aligné pour la première fois chez les Roude Léiwen au coeur de l'arrière-garde, entre les routiniers Chanot et Jänisch, le Lyonnais a rendu une copie propre et riche en enseignements pour l'avenir. Son placement judicieux face aux dangereux Ideye, Umar ou Iheanacho, sa rigueur dans les duels, son jeu de tête de qualité et ses sorties de défense souvent à-propos (comme lorsqu'il inquiète Akpeyi sur une frappe brossée à la 45e minute) portent le sceau d'une prestation de grande qualité, qui n'aura certainement pas laissé le sélectionneur de marbre. On en oublierait presque que, malgré ses 13 sélections, "Kiki" n'a finalement encore que 19 ans, tant il affiche une telle maîtrise des ficelles du métier. Sûr qu'on le reverra dans ce rôle lors de la prochaine campagne de qualification pour le Mondial 2018. On parie?

Les réactions

Luc Holtz (sélectionneur du Luxembourg): "On savait qu'ils avaient de très fortes individualités. Dès qu'on récupérait le ballon, on le perdait après deux ou trois passes, et donc trop rapidement, il y a eu trop de déchets. La qualité n'était pas à la hauteur de ce que j'attendais. Certains on eu du mal au niveau physique. Concernant Vincent (Thill), j'ai lu que c'était trop tôt pour lui de rentrer en sélection, mais moi, tout ce que je vois, c'est un gamin qui prend du plaisir. Je n'attends pas des merveilles de lui, mais qu'il joue sur ses qualités, et en restant simple. Je suis heureux pour le gamin et sa prestation positive."

Chris Philipps (Luxembourg, FC Metz): "Je pense que notre première mi-temps n'a pas été bonne. On a joué en 4-3-3, un système dans lequel on n'a pas encore évolué. On le maîtrisait à l'entraînement, mais là, en match, cela a moins bien marché. En seconde mi-temps, on a changé de système, et c'était un peu mieux, même si on n'a pas réussi à se créer d'occasions, parce qu'il y avait trop de déchets."

Anthony Moris (Luxembourg, FC Malines): "Je n'aime pas parler de mes prestations personnelles. Aujourd'hui, on peut être déçus de la qualité de jeu proposée. Je ne parle pas que de l'arrière, mais aussi du milieu de terrain et de l'attaque. On pouvait faire mieux, mais il faut rester réaliste: quand on voit l'équipe qu'il y avait en face, c'est quand même costaud, c'est du niveau de la Suède, des Pays-Bas ou de la France qu'on va rencontrer dans notre groupe de qualification pour le Mondial 2018.".

Stefano Bensi (Luxembourg, Fola): (audio)

Ogenyi Onazi (Nigeria, Lazio Rome): "C'était un match très important pour nous, car nous avons besoin de points au classement FIFA. Donc, on est contents de ce résultat. On savait que le Luxembourg serait un adversaire compliqué, car c'est une équipe bien regroupée derrière. On a attendu le bon moment pour attaquer et on s'est appliqués pour conclure."

Propos recueillis par Thibaut Goetz et Marc Gatti

Luxembourg - Nigeria 1-3

Stade Josy Barthel, temps sec, ciel lourd et menaçant, température agréable, pelouse glissante, bosselée et abîmée par endroits, arbitrage de Martin Atkinson, assisté de Stephen Child et Michael Mullarkey (ENG), 1.866 spectateurs payants. Mi-temps: 0-1.

Evolution du score: 0-1 Ideye (36e), 0-2 Iheanacho (69e), 1-2 V. Thill (90e), 1-3 Ighalo (90+2).

Corners: 3 (2+1) pour le Luxembourg; 5 (3+2) pour le Nigeria.

Cartons jaunes: Jänisch (55e, accroche Umar par derrière) et V. Thill (90e, enlève son maillot pour fêter son but) au Luxembourg; aucun au Nigeria.

  • LUXEMBOURG (4-5-1): Moris; Jans, Chanot, Martins, Jänisch (66e Laterza); Bensi (56e V. Thill), Mutsch (cap.), Philipps (78e S. Thill), Gerson (78e Sacras), Bohnert (46e Deville); Joachim

Remplaçants non utilisés: Schon; Simon, Delgado, Hall, Muratovic, Veiga.

Sélectionneur: Luc Holtz.

  • NIGERIA (4-2-1-3): Akpeyi; Muhammed, Ekong (70e Arokoyo), Omeruo, Echiejile; Shehu (62e Lawal), Onazi (cap.) (62e Ndidi); Iheanacho; Umar (56e Babatunde), Ideye (71e Ighalo), Iwobi (56e Simon).

Remplaçants non utilisés: Carl, Ezenwa; Balogun, Etebo, Madu.

Sélectionneur: Salisu Yusuf.