Changer d'édition

Marie Muller, si proche du bronze
Sport 2 min. 29.07.2012

Marie Muller, si proche du bronze

Marie Muller a essayé de faire vaciller Forciniti dans la prolongation, mais le sprint est arrivé un peu tard.

Marie Muller, si proche du bronze

Marie Muller a essayé de faire vaciller Forciniti dans la prolongation, mais le sprint est arrivé un peu tard.
(Photo: Guy Wolff)
Sport 2 min. 29.07.2012

Marie Muller, si proche du bronze

Marie Muller a tutoyé la médaille de bronze en -52 kg, mais n'est pas parvenue à l'accrocher à son coup. C'est l'Italienne Rosalba Forciniti qui l'a privée de cet exploit. Le Luxembourg devra encore attendre avant de retrouver un podium olympique 60 ans après l'or de Josy Barthel à Helsinki.

Le Luxembourg est passé tout près du premier exploit retentissant de ces jeux Olympiques londoniens.

Marie Muller a flirté avec le podium en -52 kg, mais s'en ira finalement avec une cinquième place dans ses bagages, quatre ans après son neuvième rang à Pékin.

Pour tenter de monter sur la troisième marche du podium, Marie Muller a perdu son ultime combat contre l'Italienne Forciniti sur une décision unanime des juges au terme de la prolongation.

"Perdre au Golden Score, c'est comme aux tirs au but en football", lâchait son entraîneur, Ralph Heiler, marqué autant par la déception que sa protégée.

"J'étais si proche du bronze", poursuivait Marie Muller. "Ça s'est joué à rien. J'ai retrouvé mon second souffle dans la prolongation, mais l'Italienne avait pris de l'avance."

"Marie a initié deux actions en fin de prolongation, mais ça n'a pas suffi. Lorsque tu combats pour la troisième place et que tu perds ce match, c'est forcément une déception", ponctuait Ralph Heiler.

La frustration du technicien allemand était d'autant plus palpable que Marie n' pas été battue une seule fois de la journée par une action initiée par une de ses adversaires.

Un parcours presque parfait

Marie Muller avait débuté sa journée par un combat parfaitement mené contre l'Espagnole Ana Carrascosa. "On avait un plan et il a fonctionné", savourait la Luxembourgeoise lors de l'interruption de midi.

Deux waza ari pour faire trébucher l'Ibère puis un étranglement parfaitement négocié qui conduit la Dominicaine Maria Garcia à l'abandon.

Ensuite, l'Everest s'appelle Bermoy Acosta, une Cubaine que Marie n'a jamais battue. C'est aux pénalités que cela se joue et la Luxembourgeoise est logiquement envoyée aux repêchages.

Elle hérite alors de la surprenante Mauricienne Christianne Legentil. Une technique de jambe qui fait passer son adversaire au-dessus d'elle lui permet de gagner par ippon avant que ne profile cette dernière bataille d'Angleterre finalement perdue.

Un rang qui compte

Si la déception primait lors de sa réaction à chaud, Marie Muller réalisera tôt assez qu'elle vient d'écrire une superbe page olympique dans l'album grand-ducal.

C'est en effet le meilleur résultat de ce dernier demi-siècle après la quatrième place d'Andy Schleck lors de la course en ligne des Jeux de Pékin.

Même s'il est toujours délicat de comparer les sports et les époques, cette performance mérite à coup sûr qu'on s'y arrête!

à Londres, Christophe Nadin