Changer d'édition

Marco Morgante: «Il faut un changement profond au FC Metz»
Sport 3 min. 16.02.2015 Cet article est archivé
Football / Après Metz - Guingamp (0-2)

Marco Morgante: «Il faut un changement profond au FC Metz»

Ferjani Sassi, l'éclair dans la grisaille grenat. Sera-ce suffisant pour repartir de l'avant?
Football / Après Metz - Guingamp (0-2)

Marco Morgante: «Il faut un changement profond au FC Metz»

Ferjani Sassi, l'éclair dans la grisaille grenat. Sera-ce suffisant pour repartir de l'avant?
AFP
Sport 3 min. 16.02.2015 Cet article est archivé
Football / Après Metz - Guingamp (0-2)

Marco Morgante: «Il faut un changement profond au FC Metz»

Spectateur attentif de Metz-Guingamp (0-2), l’ex-Messin Marco Morgante n’a pas du tout aimé la partition des hommes d’Albert Cartier: déchets techniques trop élevés et défaillances individuelles trop nombreuses. 

Spectateur attentif de Metz-Guingamp (0-2), l’ex-Messin Marco Morgante n’a pas du tout aimé la partition des hommes d’Albert Cartier: déchets techniques trop élevés et défaillances individuelles trop nombreuses.

• Marco, que penser de la quatorzième défaite du FC Metz cette saison en L1?

C'est une grosse déception. On attendait un sursaut et je constate que la mobilisation des joueurs a eu lieu uniquement pendant quinze minutes. Ensuite et tout doucement, tout s'est liquéfié. Les Messins n'avaient plus les ressources pour aller de l'avant une fois que les Guingampais ont trouvé la faille (1-0, Mandanne). ça fait très mal et la situation comptable est dramatique.

• Qu'est-ce qui vous déplaît le plus dans le jeu messin?

Il y a beaucoup trop de déchets techniques, des passes qui n'arrivent pas ou pas au bon moment. En Ligue 1, cela ne pardonne pas et j'ai l'impression que le FC Metz peut jouer pendant des heures sans réussir à inscrire un but. Bouna Sarr a apporté de la percussion mais la stérilité offensive de l'équipe est incroyable. Il n'y a aucun danger pour l’adversaire: on arrive aux vingt mètres et ensuite il n'y a rien. Cela ne peut pas fonctionner en Ligue 1 et le classement reflète parfaitement nos erreurs et nos faiblesses.

• Considérez-vous que le club du président Bernard Serin est déjà en Ligue 2?

Non puisque mathématiquement tout est encore possible. Mais, il faut absolument un changement profond au FC Metz. Albert Cartier doit changer de tactique ou de joueurs et peut-être même les deux à la fois. Il a essayé de jouer avec deux attaquants et on voit bien que cela ne marche pas. Il ne faut pas se relâcher mais il va falloir aller gagner à Reims puis devant Evian pour y croire encore. La situation est devenue très compliquée, il ne faut pas se mentir.

• Quel pourcentage de chances de maintien accordez-vous à votre ancien club?

Entre 20 et 30 %. Mais, les joueurs doivent être persuadés qu'ils peuvent encore s'en sortir, autrement c'est mort! Caen et Evian sont en train de démontrer qu'ils ont la capacité pour se maintenir: ils se créent des situations dangereuses ce qui n'est absolument pas le cas de notre équipe. Les Messins ont envoyé de longs ballons sur Maïga et Falcon qui eux sont souvent à l'arrêt. Cela ne peut pas fonctionner surtout que nous perdons au bout de deux ou trois passes.

• Le FC Metz marque très peu (19 buts) mais sa ligne défensive est également fragile (36)...

Oui, la défense messine n'est pas exempte de reproches. Palomino, je pensais que c'était un défenseur solide et costaud mais il a été défaillant sur le premier but guingampais. Bussmann a été très laborieux, Métanire est volontaire mais il ne réussit pas assez de centres. Marchal est un meneur d'hommes mais il s'est montré fébrile. En fait, il faut effectuer des changements en attaque et en défense.

• Si vous étiez à la place du président messin, auriez-vous limogé Albert Cartier?

Non, car j'apprécie Albert qui a fait un sacré travail. Maintenant, si le changement devait avoir lieu il aurait fallu le faire après le revers face à Guingamp car tout est encore possible. Albert ne peut plus se permettre de jouer de la même manière et avec les mêmes hommes qui ont failli face aux Guingampais. Je ferais confiance à Sarr et j'évoluerais en 4-3-3. J'ai bien aimé la prestation de Sassi qui a les qualités pour poser le ballon et jouer juste. Le FC Metz doit aligner des victoires et tout tenter car il n'a plus rien à perdre.

Propos recueillis par Hervé Kuc


Sur le même sujet

L'ex-Messin et attaquant Pascal Raspollini (59 ans) suit avec intérêt le parcours du FC Metz (19e, 26 points) en Ligue 1. L'enfant de Villerupt apprécie Albert Cartier, se montre séduit par Sarr et attend plus de la part de N'Gbakoto. Le maintien s'annonce comme une opération compliquée à atteindre.
Pascal Raspollini n'est pas un adepte du choc psychologique
Football / 26e journée de Ligue 1
Déterminés, organisés et souvent audacieux, les Messins reviennent de Reims avec un point en poche (0-0) qui aurait pu largement se bonifier. Albert Cartier a innové dans le jeu et les hommes choisis n’ont pas démérité. Il faudra à tout prix distancer Evian-Thonon samedi prochain à Saint-Symphorien (27e journée).
Le coup de tête rageur de Sylvain Marchal n'a pas suffi à donner l'impulsion nécessaire aux Messins pour distancer de le Stade de Reims de Odair Fortes
Football / Ce dimanche en Ligue 1
Volontaire mais trop limité, le FC Metz s'est logiquement incliné chez lui devant Guingamp (0-2). Une incapacité chronique à approcher le but adverse et des lacunes défensives ont plombé les bonnes intentions messines. L'équipe messine est désarticulée
Ferjani Sassi s'est démené sans compter mais sans beaucoup de réussite.
Cyril Serredszum, l'ex-Messin et actuel entraîneur-adjoint du Fola, a suivi avec intérêt la prestation des Messins à Bastia (2-0). Il loue l'état d'esprit d'ensemble mais n'a pas apprécié le match de Juan Falcon et estime que Guido Milan devait adopter un autre comportement défensif.
Cyril Serredszum: «Le FC Metz est capable de faire aussi bien que Caen qui vient d'aligner quatre succès».
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Observateur de choix lors de l'opposition entre le FC Metz et Caen (3-2), Denis Balbir (55 ans) a apprécié l'état d'esprit et la solidarité des hommes d'Albert Cartier. Résidant à Metz depuis six ans, le présentateur actuel de M6 a suivi les joueurs d'Albert Cartier du National à la Ligue 1. Il tresse des louanges à Malouda, Métanire et Maïga mais égratigne les groupes de supporters messins grévistes.
Denis Balbir est un fidèle de Saint-Symphorien.