Changer d'édition

Marc Girardelli: "J'aimerais venir plus souvent au Luxembourg"
Marc Girardelli garde des contacts avec le Luxembourg.

Marc Girardelli: "J'aimerais venir plus souvent au Luxembourg"

Photo: AP
Marc Girardelli garde des contacts avec le Luxembourg.
Sport 19.06.2013

Marc Girardelli: "J'aimerais venir plus souvent au Luxembourg"

Avec 46 victoires en coupe du monde, Marc Girardelli reste l'un des skieurs les plus titrés. A bientôt 50 ans, le Luxembourgeois gagne désormais sa vie en tant que businessman.

Avec 46 victoires en coupe du monde, Marc Girardelli reste l'un des skieurs les plus titrés. A bientôt 50 ans, le Luxembourgeois gagne désormais sa vie en tant que businessman.

Quel bilan dressez-vous à l'approche de votre 50e anniversaire? Quel faits vous ont marqué?

La décision de devenir Luxembourgeois était sans doute un choix important. Cette décision a été prise très tôt et elle a changé beaucoup de choses pour moi. Je pourrais écrire un livre. Dans ma vie privée, le fait le plus marquant a été la rencontre avec ma femme Andrea.

Après la fin de votre carrière, vous vous êtes reconverti en homme d'affaires. Ne subissez-vous pas trop de stress?

Non. Que peut-il se passer de mieux que de partir à la montagne avec des personnes intéressantes pour faire du ski, être logé dans des hôtels de luxe et faire des découvertes culinaires.

Etes-vous encore en contact avec la fédération luxembourgeoise de ski ou des fonctionnaires?

Je viens de vivre une expérience intéressante avec de nouveaux et d'anciens amis du Luxembourg. L'année dernière le grand-duc Henri et le grand-duc héritier Guillaume sont venus à Ischgl. J'y organise tous les ans le Heroe's Challenge, un événement de bienfaisance, lors duquel des sportifs sont "vendus" à des firmes pour collecter de l'argent. Récemment l'équipe luxembourgeoise était composée de cinq amis à moi. J'aimerai venir plus souvent au Luxembourg pour voir mes amis. Et puis je dois montrer le pays à mes enfants qui ont la nationalité luxembourgeoise depuis deux ans. 

Vous trouverez l'interview complète dans le Luxemburger Wort (édition de mercredi).