Changer d'édition

«Les mots me manquent»
Sport 7 1 4 min. 06.08.2021
Charles Grethen

«Les mots me manquent»

«Si j'avais établi un record national sans aller en finale, ça aurait été bien aussi», confie encore abasourdi l'athlète de 29 ans.
Charles Grethen

«Les mots me manquent»

«Si j'avais établi un record national sans aller en finale, ça aurait été bien aussi», confie encore abasourdi l'athlète de 29 ans.
Photo: Yann Hellers
Sport 7 1 4 min. 06.08.2021
Charles Grethen

«Les mots me manquent»

En se qualifiant pour la finale olympique du 1.500m tout en battant son propre record national, l'athlète de 29 ans réalise un double exploit. Le coureur de demi-fond luxembourgeois revient sur sa performance.

(m.d. avec Joe Geimer) Un Luxembourgeois en finale des Jeux olympiques de Tokyo. Après la défaite de Bob Bertemes au lancer du poids, le Grand-Duché n'y croyait plus, Charles Grethen l'a fait. En terminant l'épreuve du 1.500m en 3'32''86, battant ainsi son propre record, le coureur de demi-fond a décroché une place pour la finale ce samedi à 13h40 (heure du Luxembourg).


Charel Grethen (Leichtathletik, Siebter Tag) / Olympia, Olympische Spiele, Tokio 2020 / 05.08.2021 / Olympic Stadium, Tokio / Foto: Christian Kemp
Charles Grethen prend un billet pour la finale olympique
Malgré une arrivée en septième position, le coureur de demi-fond luxembourgeois a transformé son essai et même battu son propre record national. Il disputera la finale du 1.500 mètres, samedi.

Complètement épuisé après ce double exploit, l'athlète s'est accordé une pause, le temps de récupérer. Quinze minutes plus tard, le jeune homme de 29 ans était encore incrédule, les larmes aux yeux.

Les superlatifs sont souvent utilisés dans le sport, mais cette fois, l'emploi du mot «historique» est certainement justifié. Comment évaluez-vous votre performance? 

Charles Grethen:  «Je ne suis pas encore vraiment conscient de l'ampleur de ce résultat. Quand je jette un coup d'œil en arrière et que je regarde d'où je viens... Au début de la saison, mon meilleur temps en janvier était de 3'39''02. Maintenant, je suis à 3'32''86. C'est une progression fantastique de mes performances. 

Honnêtement, les mots me manquent. Je pense qu'il faudra quelques heures avant que je puisse vraiment apprécier ce qu'il s'est passé. Mais une chose est déjà claire: c'est fou.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Quel était votre sentiment à l'arrivée?

«Lorsque j'ai franchi la ligne d'arrivée, je n'étais pas sûr d'avoir réussi. Je savais que j'allais vite, mais rien de plus. J'ai été dépassé par un Britannique et j'espérais que cela ne m'avait pas coûté ma place en finale. Lorsque j'ai vu le ''Q'' s'allumer derrière mon nom et donc que la qualification était assurée, je ne pouvais pas y croire. Me voilà en finale olympique.

Vous avez amélioré votre record personnel de presque quatre secondes. Comment avez-vous fait?

«Je ne le sais pas moi-même (rires). Non, sérieusement: il y a des explications plausibles. En 2017, j'ai changé d'orientation, passant du 800 m au 1.500 m, je ne cours cette distance que depuis peu. Apparemment, il me faut plus de temps pour tirer le maximum de mon corps. En plus de cela, j'ai été blessé longtemps ces dernières années. En 2018 et 2019, j'ai souffert de problèmes de tendons d'Achille et j'ai dû passer sous le bistouri. 

Je n'ai pas couru une seule course pendant 18 mois. Et même avant ça, j'avais des douleurs, notamment à l'aine. Et puis, petit à petit, tout s'est mis en place. Cette saison est la première depuis longtemps où je peux courir sans problème. 

Je m'entraîne dur et je récolte maintenant les fruits d'une préparation optimale, sans aucun souci de santé. Je pense que c'est ce qui fait la différence. Je peux maintenant voir ce dont je suis réellement capable. C'est une grande émotion d'être en finale, ici, à Tokyo. 

Vous êtes à présent l'un des douze meilleurs coureurs de 1.500 m au monde. 

«Ça semble surréaliste. C'est indescriptible. Il y a une semaine, j'aurais pensé que c'était presque impossible. Quelqu'un va devoir me pincer plusieurs fois pour s'assurer que ce n'est pas un rêve. En fait, je suis venu ici espérant peut-être atteindre les demi-finales. Ça aurait déjà été méga cool. C'est exactement dans cet état d'esprit que j'ai abordé cette épreuve.

Je n'avais rien à perdre et j'y suis allé à fond dès le début. Avant le départ, j'espérais que ce serait une course tactique. Je doutais que je puisse être compétitif dans une course rapide. Au final, un nouveau record olympique a été établi dans ma série par le Kenyan Abel Kipsang (3'31''65) et j'étais à peine plus d'une seconde derrière. Je vais me répéter, mais c'est fou.

Vous avez fait une course très offensive. Etait-ce votre tactique de départ?

«Je n'ai pas fait d'efforts inutiles pendant la course pour ne pas gaspiller d'énergie. Cela a payé à la fin. Lorsque j'ai couru en deuxième position à 200 m de l'arrivée, j'ai su que l'heure avait sonné. Je me suis battu, j'ai serré les dents et j'ai atteint l'arrivée. Je n'avais pas peur. J'étais détendu. Si j'avais établi un record national sans aller en finale, ça aurait été bien aussi. Je ne m'en suis pas inquiété. Mais c'est parfait que ça ait tourné comme ça. 

J'étais déterminé à saisir l'occasion, même si mes chances étaient minimes. Maintenant, je vais me reposer jusqu'à samedi, et ne pas faire d'effort pour être au meilleur de ma forme. Nous verrons alors ce qui ressort de la finale.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas de médaille pour le dernier des Luxembourgeois en lice pour les JO. Mais après un 1.500m où il a tout donné, Charles Grethen va pouvoir savourer sa nouvelle gloire. Et cela débute par une présence à la cérémonie de clôture des Jeux.
Charles Grethen / 1500m Herren Finale, Leichtathletik, Olympia, The New National Stadium / 07.08.2021 / Olympische Spiele 2020 / Tokio 2020 / Foto: Yann Hellers
Pour éviter que le nombre d'infections covid flambe dans toute la péninsule, le Japon a décidé jeudi de durcir ses mesures sanitaires, et d'interdire l'accès du public aux stades olympiques.
The Olympic rings are seen past policemen (L and R) at the arrival hall of the Tokyo International Airport in Tokyo on July 8, 2021, as International Olympic Committee President Thomas Bach landed in Japan for a visit. (Photo by Kazuhiro NOGI / AFP)
Julie Meynen a réussi à obtenir sa sélection pour participer aux épreuves olympiques du 50m et 100m en natation. Un billet décroché de justesse alors que la compétition débute le 23 juillet.
Julie Meynen