Changer d'édition

«Les Européens s'inquiètent plus que les New-Yorkais»
Sport 2 min. 06.04.2020 Cet article est archivé

«Les Européens s'inquiètent plus que les New-Yorkais»

Maxime Chanot et New York City n'ont encore disputé que deux rencontres cette saison, dont une contre Toronto FC

«Les Européens s'inquiètent plus que les New-Yorkais»

Maxime Chanot et New York City n'ont encore disputé que deux rencontres cette saison, dont une contre Toronto FC
Photo: AFP
Sport 2 min. 06.04.2020 Cet article est archivé

«Les Européens s'inquiètent plus que les New-Yorkais»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Depuis son balcon de Manhattan, l'international luxembourgeois (38 sélections, 3 buts) Maxime Chanot (30 ans) évoque dans les colonnes de La Dernière Heure son vécu dans la Big Apple gagnée par l'épidémie de covid-19. Témoignage.

Aux Etats-Unis, le bilan de la crise du coronavirus fait état ce lundi de plus de 10.000 morts, dont plus de 4.000 pour le seul État de New York. La propagation inquiète dans ce pays gigantesque où d'aucuns redoutent une «semaine horrible» à venir. A New York, épicentre de la crise, le système de santé est «en situation de stress» faute «d'équipements et de professionnels» en nombre suffisant, d'après le gouverneur de l'État, Andrew Cuomo. Aux premières loges, Maxime Chanot suit la situation de très près en témoin privilégié. «Je vois Central Park de ma fenêtre, et vous seriez étonné du nombre de personnes dehors. Ce n'est pas plein mais, comme il fait beau, il y a beaucoup de monde», décrit le défenseur international dans l'édition de ce lundi de La Dernière Heure.

Si, vu d'Europe, la situation apparaît comme catastrophique, le Nancéen de naissance avoue pourtant que «c'est assez paradoxal: les Européens sont plus inquiets que les New-Yorkais eux-mêmes. Après, j’évite de trop regarder la télé ici, car sinon c'est complètement anxiogène. La situation est critique, mais on ne le perçoit pas encore vraiment».

Maxime Chanot «voit de sa fenêtre le navire-hôpital sur la rivière Hudson, avec un ballet d'hélicoptères»
Maxime Chanot «voit de sa fenêtre le navire-hôpital sur la rivière Hudson, avec un ballet d'hélicoptères»
Photo: AFP

Critique, en effet, avec un hôpital de campagne déployé en plein Central Park, les infrastructures de tennis à Flushing Meadows transformées pour accueillir des malades ou encore un navire-hôpital stationné sur la rivière Hudson. «Je vois en effet ce navire-hôpital de ma fenêtre, avec un ballet d'hélicoptères». Et le défenseur aux 38 sélections de confirmer ses propos initiaux: «on sent que la situation est grave mais je n'ai pas l'impression que cela fasse changer l'attitude des gens pour autant».

Comme pratiquement tous les autres championnats, la MLS est interrompue depuis le 12 mars. Particularité: Maxime Chanot et ses coéquipiers de New York City n'ont eu l'occasion de disputer que... deux matches début mars (deux défaites 0-1 à Columbus et à Toronto) avant d'être rattrapés par la pandémie mondiale. «On a une vraie pression de la part du club, qui nous a demandé de rester chez nous, et de ne pas rentrer dans nos pays pour les étrangers», explique Chanot.

«Tout le monde est connecté avec les entraîneurs, qui peuvent nous suivre via la vidéo»
«Tout le monde est connecté avec les entraîneurs, qui peuvent nous suivre via la vidéo»
Source: New York City FC

Et comme tous ses confrères de par le monde, l'ex-Courtraisien doit pour le moment se borner à entretenir sa condition entre ses quatre murs. «Tous les matins vers 10 heures et pendant une heure et demie, le club a mis en place une séance de "bootcamp" via vidéoconférence». Mieux, «nous avons reçu un vélo, des haltères, des tapis, des élastiques. Tout le monde est connecté avec les entraîneurs, qui peuvent nous suivre via la vidéo.» Grand professionnel, le trentenaire avoue se farcir «une séance supplémentaire le soir» et aller «courir dans Central Park pendant une heure.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plus d'un million de personnes ont désormais été testées positives au nouveau coronavirus dans le monde, une fraction du nombre réel de malades. Près de 1.200 personnes sont décédés en 24 heures en Amérique, du jamais-vu dans un seul pays.
LAS VEGAS, NEVADA - APRIL 02: A sign reading "Heroes work here" is shown outside MountainView Hospital during the continuing spread of the coronavirus across the United States on April 2, 2020 in Las Vegas, Nevada. Hospital workers across the country are on the front lines of the battle against the coronavirus (COVID-19), which was declared a global pandemic by the World Health Organization on March 11th. So far, there have been more than 1,450 COVID-19 cases in Nevada, resulting in 38 deaths.   Ethan Miller/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Depuis le premier malade détecté fin janvier sur le sol américain, à plus de 100.000 personnes touchées vendredi, le pays a gagné le triste titre de pays du monde comptant le plus de cas officiellement recensés de coronavirus.
Medical staff stand inside an intensive care unit at a newly inaugurated hospital by the Tamil Nadu state during a government-imposed nationwide lockdown as a preventive measure against the COVID-19 coronavirus, in Chennai on March 27, 2020. (Photo by Arun SANKAR / AFP)
Comme tout un chacun, les footballeurs professionnels se trouvent actuellement confinés chez eux. En l'absence de match, et même d'entraînement collectif, l'international luxembourgeois de Paderborn garde la condition en solitaire à son domicile et s'inquiète pour son avenir.