Changer d'édition

Les étincelles de Nadal à Melbourne
Sport 3 min. 27.01.2020

Les étincelles de Nadal à Melbourne

C'est coiffé d'une casquette noire des Lakers, que Rafael Nadal a répondu sur le court aux questions de John McEnroe

Les étincelles de Nadal à Melbourne

C'est coiffé d'une casquette noire des Lakers, que Rafael Nadal a répondu sur le court aux questions de John McEnroe
Photo: AFP
Sport 3 min. 27.01.2020

Les étincelles de Nadal à Melbourne

L'Espagnol a dû puiser dans ses ressources physiques, tactiques et mentales pour se sortir des griffes de Nick Kyrgios, lundi à l'Open d'Australie où se sont succédé les hommages à Kobe Bryant décédé dimanche en Californie.

(AFP) -  Ainsi, c'est coiffé d'une casquette noire des Lakers, que Nadal a répondu sur le court aux questions de John McEnroe: «j'ai appris la nouvelle en me réveillant ce matin, c'est très triste. Il a été l'un des plus grands sportifs de l'histoire. Il mérite des applaudissement», a lancé l'Espagnol au public qui a immédiatement répondu. Quant à la rencontre avec Kyrgios, «c'était un match vraiment très dur. On aurait dit que je contrôlais au premier set, mais en fait, contre Nick on ne contrôle jamais. On l'a vu au deuxième set», a commenté Nadal.

Kyrgios, fanatique de basket, était entré sur le court et avait fait l'échauffement vêtu d'un maillot jaune des Lakers floqué du numéro 8 que portait Kobe Bryant. Pendant le match il s'est montré sérieux et appliqué, et décidément son jeu atypique gêne le Majorquin. Usant de quelques coups en touché et peu orthodoxes, il est parvenu à déstabiliser Nadal. «Quand Nick joue comme aujourd'hui, avec cette attitude positive, il apporte beaucoup à notre sport. C'est un des plus grands talents du circuit et j'aime le Nick Kyrgios qu'on a vu pendant tout ce tournoi», a ajouté le n°1 mondial dont les relations personnelles avec l'Australien sont plutôt tendues.

Son prochain obstacle à Melbourne dans sa quête d'un 20e titre du Grand Chelem pour égaler Roger Federer sera Dominic Thiem (5e) qu'il a battu lors de deux dernières finales à Roland Garros.

Frappes bien senties

L'Autrichien a largement dominé le Français Gaël Monfils (6-2, 6-4, 6-4). «Hier déjà (dimanche, ndlr) à l'entraînement et ce matin à l'échauffement je sentais bien mes frappes», a souligné Thiem, qui a annoncé à Melbourne s'être séparé de son conseiller Thomas Muster après deux semaines de collaboration. Monfils, lui, était plus touché par la mort de Bryant que par sa défaite, même s'il a refusé de faire le moindre lien entre les deux. «Quand je me suis réveillé, j'avais 50 messages de tous mes potes. On a passé une heure avec Elina (Svitolina, sa compagne, n°5 mondiale) à essayer de comprendre, de regarder», a raconté Monfils.

D'autres hommages ont été rendus sur les courts, comme Coco Gauff qui a joué le double avec, sur ses chaussures, plusieurs messages écrits au feutre en hommage au basketteur: «RIP Kobe», «Mamba Mentality» et «#8». Dans les tribunes, plusieurs spectateurs arboraient un maillot des Lakers frappé des numéros emblématiques du «Black Mamba», le 8 ou le 24.

Wawrinka surprend Medvedev

Côté jeu, Stan Wawrinka, vainqueur à Melbourne en 2014, a joué à un «très haut niveau» pour éliminer le n°4 mondial et finaliste du dernier US Open Daniil Medvedev 6-2, 2-6, 4-6, 7-6 (2), 6-2. Le Suisse de 34 ans affrontera pour une place en demies l'Allemand Alexander Zverev (7e) qui s'est défait facilement d'un autre Russe, Andrey Rublev (16e), 6-4, 6-4, 6-4.

L'ex-n°1 mondiale Simona Halep s'est qualifiée pour les quarts de finale de l'Open d'Australie
L'ex-n°1 mondiale Simona Halep s'est qualifiée pour les quarts de finale de l'Open d'Australie
Photo: AFP

Dans le tableau féminin, la Roumaine Simona Halep et l'Estonienne Anett Kontaveit ont pris rendez-vous en quarts. Halep (3e) a écarté la Belge Elise Mertens (17e) 6-4, 6-4 et redeviendra, grâce à cette victoire, n°2 mondiale à l'issue du tournoi. «Il a fallu que je me calme (en fin de match) parce que quand je deviens nerveuse, je perds un peu la tête...», a commenté l'ex-n°1 mondiale qui à 28 ans atteint les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem pour la 14e fois de sa carrière. De son côté, Kontaveit (31e) a éliminé la Polonaise Iga Swiatek (56e) 6-7 (4), 7-5, 7-5, et jouera à 24 ans son premier quart de finale de Grand Chelem.

L'Espagnole Garbine Muguruza, 32e mondiale, n'avait plus atteint les quarts à Melbourne depuis 2017. C'est désormais chose faite après sa victoire sur la Néerlandaise Kiki Bertens (10e) 6-3, 6-3. L'ex-n°1 mondiale trouvera sur sa route la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (30e) qui a battu l'ex-n°1 mondiale allemande Angelique Kerber, classée aujourd'hui au 18e rang, 6-7 (5/7), 7-6 (4), 6-2.


Sur le même sujet

Tennis: Nadal domine Raonic en trois manches
L'Espagnol Rafael Nadal, 9e mondial, s'est qualifié pour les demi-finales de l'Open d'Australie en battant le Canadien Milos Raonic (3e) en trois sets 6-4, 7-6 (9/7), 6-4, mercredi à Melbourne.
Rafael Nadal a toujours l'oeil...
US Open: Monfils, le dernier espoir français
Gaël Monfils est le dernier des trois nouveaux mousquetaires encore en lice à l'US Open: facile vainqueur de Lucas Pouille mardi, il défiera en demi-finale vendredi le n°1 mondial et tenant du titre Novak Djokovic qui a profité, lui, de l'abandon de Jo-Wilfried Tsonga.
Sep 6, 2016; New York, NY, USA; Gael Monfils of France hits a forehand between his legs against Lucas Pouille of France (not pictured) on day nine of the 2016 U.S. Open tennis tournament at USTA Billie Jean King National Tennis Center. Monfils won 6-4, 6-3, 6-3. Mandatory Credit: Geoff Burke-USA TODAY Sports
US Open: Pouille fait craquer l'ogre Nadal
A seulement 22 ans, Lucas Pouille a réussi dimanche un exploit majeur dont ne font que rêver la plupart des autres joueurs professionnels: il a épinglé à son tableau de chasse l'ancien n°1 mondial Rafael Nadal en huitième de finale de l'US Open.
Sept 4, 2016; New York, NY, USA;     Lucas Pouille of France after beating Rafael Nadal of Spain on day seven of the 2016 U.S. Open tennis tournament at USTA Billie Jean King National Tennis Center. Mandatory Credit: Robert Deutsch-USA TODAY Sports