Changer d'édition

Les chiffres de la saison 2018 des Luxembourgeois
Sport 12 7 min. 31.10.2018 Cet article est archivé

Les chiffres de la saison 2018 des Luxembourgeois

Bob Jungels et Ben Gastauer avant le départ de l'Amstel Gold Race 2018

Les chiffres de la saison 2018 des Luxembourgeois

Bob Jungels et Ben Gastauer avant le départ de l'Amstel Gold Race 2018
Photo: Serge Waldbillig
Sport 12 7 min. 31.10.2018 Cet article est archivé

Les chiffres de la saison 2018 des Luxembourgeois

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Pit Leyder et Michel Ries ont marqué les esprits

La victoire de Bob Jungels sur la Doyenne ou encore les places d'honneur de Christine Majerus et Jempy Drucker ont rythmé l'année 2018 du cyclisme luxembourgeois.

2

Pour la deuxième fois de sa carrière, Bob Jungels (26 ans) a décroché le titre de champion du monde du contre-la-montre par équipes avec la Quick-Step. Après 2016, l'ancien coureur de l'UC Dippach s'est offert une nouvelle médaille d'or le 23 septembre à Innsbruck. Mais ce que l'on retiendra des prestations du champion national en 2018, c'est sa démonstration de force sur Liège-Bastogne-Liège. Comme Andy Schleck en 2009, il a placé son attaque dans la Roche-aux-Faucons avant de savourer sa victoire sur les hauteurs de Ans. Avec quatre succès au compteur, il a aussi contribué à la formidable razzia de son équipe tout au long de la saison (73 victoires). Onzième du Tour de France, on regrettera tout de même sa 23e place dans le contre-la-montre individuel des Mondiaux.

3

Kevin Geniets (21 ans) est arrivé au bout de son aventure avec Chambéry Cyclisme Formation après trois années de collaboration. Alors qu'il devait franchir un palier en 2018, les résultats du Schifflangeois n'ont pas été conformes aux attentes. Conséquence, l'équipe Ag2r-La Mondiale a misé sur d'autres jeunes pour franchir le cap vers les professionnels. En 2019, Geniets doit se relancer et il a choisi l'échelon continental pour rebondir. 

5

Comme on dit dans le milieu, Ben Gastauer (30 ans) dispose d'un solide moteur. Sur les 76 jours de course auxquels il a participé, le coureur d'Ag2r-La Mondiale n'a connu que quatre abandons dont deux sont intervenus en fin de saison: la course en ligne des Mondiaux d'Innsbruck (30 septembre) et le Tour de Lombardie (13 octobre). Equipier modèle, il n'est pas parvenu à tirer son épingle du jeu en 2018 même s'il a décroché une belle 5e place lors de la 4e étape de la Vuelta après avoir intégré une échappée. Il a finalement bouclé son dixième grand Tour (36e du Tour d'Espagne) en onze participations (il a abandonné le Tour 2015 lors de la 11e étape). Le Schifflangeois reste une valeur sûre dans les épreuves de longue haleine. 

6

Décidément le Samyn est une épreuve qui convient à Alex Kirsch (26 ans). Deuxième en 2017, le coureur de WB Aqua Protect a fini 6e cette année après avoir été un des grands animateurs de cette épreuve au côté des duos de la Quick-Step (Terpstra-Gilbert) et de Direct Energie (Gaudin-Petit). Parmi les moments forts de sa saison: les découvertes du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix et son début de Tour de Luxembourg ainsi que sa 9e place à l'Eurométropole. En 2019, Kirsch découvrira le WorldTour à l'âge de 26 ans au sein de la formation Trek-Segafredo qui mise sur lui lors des classiques flandriennes. Le Luxembourgeois retrouvera à ses côtés des éléments de qualité comme les Belges Jasper Stuiven et Edward Theuns mais aussi le Danois Mads Pedersen et l'Allemand John Degenkolb.

7

Habitué aux places d'honneur, l'année de Jempy Drucker (32 ans) a de nouveau été marquée par plusieurs Top 10 dont sept Top 5 et quatre podiums. Sa régularité reste une de ses principales qualités même si contrairement aux deux dernières saisons, il n'est pas parvenu à décrocher un bouquet. Pour sa dernière année sous le maillot de la BMC, il a de nouveau joué les équipiers modèles au service de son chef de file Greg van Avermaet. La formation Bora ne s'y est pas trompée en le recrutant pour 2019 et 2010. Son rôle au côté du triple champion du monde ne devrait pas changer, on devrait le retrouver sur le devant de la scène lors des classiques flandriennes, son terrain de jeu préféré mais aussi celui qui convient le mieux à ses qualités. 

9

Après avoir passé neuf années au sein de l'élite du cyclisme mondial (Saxo Bank, RadioShack et Trek), Laurent Didier (34 ans) a tiré sa révérence le 21 octobre à l'occasion de la Japan Cup. Après une année galère en 2017, marquée par une lourde chute sur le Giro, le Dippachois a de nouveau été touché par la poisse en chutant début février sur les routes du Herald Sun Tour. La suite sera constituée de hauts et de bas. A noter tout de même qu'il a fini le Tour d'Italie. Son contrat n'a finalement pas été prolongé par les responsables de son équipe actuelle. Durant sa carrière Didier a disputé à neuf reprises un grand Tour pour seulement deux abandons: Tour de France (2013 et 2015), Tour d'Italie (2010, 2011, 2016, 2017 et 2018) et Tour d'Espagne (2012 et 2016). Rideau.

10

Pit Leyder (21 ans) a marqué les esprits et le grand public lors du SkodaTour de Luxembourg: troisième du classement général, trois places dans les dix premiers sur trois étapes (5e, 9e et 4e) et un maillot blanc de meilleur jeune. Avant cela, le natif de Bettendorf s'était également distingué avec une 6e place sur la Flèche Ardennaise et une 8e place au classement final de la Flèche du Sud. Parmi ses faits d'armes cette année, on épinglera sa 10e place au Championnat d'Europe. Son maillot tricolore décroché lors de la course en ligne du Championnat national  chez les U23 et sa 2e place dans le contre-la-montre ont donné encore plus de relief à sa saison. Une confirmation de ses bonnes dispositions est attendue en 2019, toujours sous la tunique de Leopard Pro Cycling.

15

Christine Majerus (31 ans) s'est à nouveau illustrée au pays en remportant la 1re étape du Festival Elsy Jacobs avant de céder sa tunique jaune pour une seconde. L'incontestable porte-drapeau du cyclisme féminin au Luxembourg a collectionné les places d'honneur cette année avec quinze Top 10 mais aussi quelques succès dans l'exercice du contre-la-montre par équipes avec Boels-Dolmans (2) sans oublier la médaille d'argent lors du contre-la-montre par équipes (sa 4e dont 1 en or). Après un nouveau doublé sur les Championnats nationaux  (route et chrono), la Cessangeoise a également marqué l'hiver avec une 4e place aux Championnats du monde de Valkenburg et de nombreux accessits sur des épreuves internationales et en Coupe du monde.

26

Avec un programme revisité, Tom Wirtgen (22 ans) s'est montré à son avantage en 2018. Sous le maillot de la formation AGO -Aqua Service, il a notamment remporté une étape du Tour du Jura et a fini cinquième du très réputé Triptyque des Monts et Châteaux sans oublier son titre national chez les U23 dans le chrono individuel. Après sa 4e place aux Mondiaux de Bergen en 2017, on attendait le citoyen de Hostert lors du chrono d'Innsbruck. Victime d'une lourde chute au Tour de Moselle à quelques jours du chrono U23, l'aîné de la fratrie n'a pas pu défendre ses chances dans les meilleures conditions et il a dû se contenter de la 26e place à 1'31" du lauréat le Danois Mikkel Bjerg. Stagiaire depuis le 1er août avec l'équipe WB-Aqua Protect, il disputera en 2019 sa première saison en tant que pro avec cette équipe.

29

Outre Pit Leyder, Michel Ries (20 ans) est l'autre bonne surprise de l'année dans le camp luxembourgeois. Après avoir fait ses classes du côté de l'UC Dippach, il a rejoint durant l'hiver Polartec-Kometa, une formation du circuit continental soutenue par la Fondation Alberto Contador et dirigée par l'ancien coureur Ivan Basso. Rapidement, le Luxembourgeois a trouvé ses marques et s'est montré à son avantage face aux professionnels comme au Tour de la Communauté de Valence au Tour de Provence avant de signer un très belle 9e place au Baby Giro. Il a confirmé durant l'été sur le Tour de l'Avenir. Deuxième du classement général à la veille de la dernière étape, il termine finalement à la 10e place. Depuis le 1er août, il a été recruté comme stagiaire par l'équipe Trek-Segafredo avec laquelle il a disputé le Tour de l'Utah qu'il a terminé à la 29e place.

A suivre en 2019

Ken Conter (19 ans) s'apprête à vivre en 2019 sa première saison complète pour Chambéry Cyclisme Formation, l'équipe "réserve" d'Ag2r-La Mondiale alors que Luc Wirtgen (20 ans) portera le maillot de AGO-Aqua Service, l'ancienne équipe de son frère Tom. 


Sur le même sujet

De Bech à Mamer, focus sur la saison sur route
Le GP François Faber (juniors et masters) et le GP OST-Manufaktur (élites et Espoirs), organisés par l'ACC Contern, lancent la saison sur route au pays. Ces deux épreuves se dérouleront ce dimanche à Bech.
La saison sur route au Luxembourg se déroulera du 24 mars au 1er septembre.
Het Nieuwsblad: Drucker-Kirsch-Jungels-Wirtgen visent le haut du pavé
La 74e édition du circuit Het Nieuwsblad lance la saison cycliste en Belgique avec au départ les professionnels luxembourgeois. Si les secteurs pavés et les monts flamands n'ont plus aucun secret pour Jempy Drucker et Alex Kirsch, Tom Wirtgen et Bob Jungels devront y trouver ou retrouver leurs meilleures sensations.
Belgian champion Yves Lampaert of Deceuninck - Quick-Step (R) and teammates ride during a route reconnaissance of the 74th edition of the one-day cycling race Omloop Het Nieuwsblad in Ghent on February 28, 2019, ahead of the race on March 2, which marks the start of the Belgian cycling calendar. (Photo by DAVID STOCKMAN / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Cyclisme : Michel Ries dans le grand bain à Valence
Les choses sérieuses débutent ce mercredi pour Michel Ries et sa nouvelle équipe Polartec-Kometa avec le Tour de la Communauté de Valence. Une belle mise en jambes au côté notamment du n°1 mondial Greg van Avermaet mais aussi d'Alejandro Valverde.
Michel Ries, au côté d'Ivan Basso, est impatient d'en découdre avec les professionnels.