Changer d'édition

Le Racing fait boire à Differdange le calice jusqu'à la lie
Sport 3 min. 09.05.2018 Cet article est archivé

Le Racing fait boire à Differdange le calice jusqu'à la lie

Jonathan Hennetier arme une frappe gagnante. Le Racing est en finale.

Le Racing fait boire à Differdange le calice jusqu'à la lie

Jonathan Hennetier arme une frappe gagnante. Le Racing est en finale.
Photo: Christian Kemp
Sport 3 min. 09.05.2018 Cet article est archivé

Le Racing fait boire à Differdange le calice jusqu'à la lie

Christophe NADIN
Christophe NADIN
La qualification est méritée pour le Racing.

Le Racing a décroché pour la première fois de son histoire un billet pour la finale de la Coupe de Luxembourg ce mercredi. Le club de la capitale a distancé Differdange un but à rien. Une réalisation signée Hennetier. La saison cauchemardesque de Differdange se poursuit.

Le match. Un premier match pour oublier tous ceux qui ont précédé puis un second pour se faire pardonner tous les péchés du monde. La feuille de route du FC Differdange était ainsi tracée pour ces prochains jours. Le salut d'une saison pourrie passait par la Coupe de Luxembourg pour le FCD03. Une épreuve que le club de la Cité du Fer a déjà remportée à quatre reprises.

Encore fallait-il distancer le Racing pour accomplir la moitié du chemin. Un premier écueil compliqué. L'équipe de la capitale a rectifié le tir ces dernières semaines et à la façon de la voir croquer avec gourmandise cette première partie de match, on pouvait aisément deviner que le duel allait être âpre. Il le fut.

Alors que les visiteurs cherchaient le plus possible à écarter le bloc local avec Almeida et Bastos dans le rôle d'ailiers, le Racing choisissait la ligne droite pour aller au but. A deux reprises, Da Mota faisait parler sa pointe de vitesse pour duper une défense centrale trop lente. C'est Vandenbroeck qui faisait les frais de la forme de l'international mais Weber avait les gestes justes pour empêcher son équipe de courir derrière le score.

Differdange n'a pas fait le gros dos longtemps. Il s'est escrimé à reprendre le contrôle des opérations sans pour autant parvenir à inquiéter sérieusement Ruffier. Perez a bien émergé à deux reprises de la tête, mais sans grand danger. Il a fallu un raid de Bastos à gauche, puis un retour sur son pied droit, un tir en pivot et une claquette de Ruffier pour procurer un premier frisson aux supporters locaux. Et un premier corner aux visiteurs.

Des arguments un peu faibles juste avant le coup de sifflet de Frank Bourgnon pour ponctuer un premier acte pollué par de trop nombreux déchets. Le second repartait sur de meilleures bases.

Plus mordant, le Racing cherchait la faille d'entrée. Hennetier faisait passer une sale soirée au flanc gauche differdangeois, Osmanovic le relayait mais Shala ne concluait pas. Le club de la capitale essayait alors le jeu aérien. Sur un corner d'Osmanovic, Simon arrivait plein pot mais sa tête à bout portant trouvait Weber sur son chemin.

Le Racing enfilait le costume de l'équipe qui galvaudait trop. Mais en face, c'était la menace fantôme. Le verrou sautait finalement sur une phase arrêtée à l'apparence ratée. Osmanovic glissait un ballon latéral à Hennetier dont la reprise laissait Weber pantois (1-0, 73e).

Il y avait bien ce centre fuyant de Franzoni pour un Caron trop court. Ou enfin ce tir cadré de Perez repoussé par le très bon Ruffier. C'était un peu mince pour revendiquer un match nul. Et encore moins une qualification.

L'homme du match. Jonathan "mobylette" Hennetier fut l'une des clefs du match avec Daniel Da Mota. La vitesse des deux joueurs du Racing a causé les pires problèmes à des Differdangeois sans solution. L'ailier droit du club de la capitale a inscrit le seul but du match d'une frappe pure sur un coup franc joué en deux temps.

Le fait du match. La qualification du Racing pour la finale de la Coupe de Luxembourg est une première. Le dernier club de la capitale à avoir atteint ce stade était le CeBra en 2005. L'Union l'avait gagnée en 1996.

Racing - Differdange 1-0

Stade Achille Hammerel, pelouse inégale et sautillante par endroits, arbitrage de M. Bourgnon assisté par MM. Da Silva, Majstorski, Durieux et Morais, 761 spectateurs payants. Mi-temps: 0-0.

Le but: 1-0 Hennetier (73e).

Corners: 8  (5+3) pour le Racing; 4 (1+3) pour Differdange.

Cartons jaunes: Vandenbroeck (72, accroche Da Mota) à Differdange; Ruffier (90+3, gain de temps) au Racing.

RACING (3-5-2): Ruffier (cap.); Simon, Mboup, Humbert; Hennetier, Nakache, Osmanovic (77e Jahier), Nouidra, Nyssen; Shala, Da Mota.

Joueurs non alignés: Engel, Catic, Oliveira et Semedo.

Entraîneur: Patrick Grettnich.

DIFFERDANGE (4-1-4-1): Weber; Franzoni, Vandenbroeck, Jänisch (cap.), Rodrigues; Fleurival; Almeida, Holter (71e Bettmer), Caron, Bastos (87e Siebenlaer); Perez.

Joueurs non alignés: Worré, Ribeiro et Malouda.

Entraîneur: Dan Theis.


Sur le même sujet

Hostert s'offre une première finale de coupe
L'expérience et le réalisme ont permis à Hostert d'assurer sa présence au stade Josy Barthel le 27 mai prochain. Face à de valeureux Wiltzois, les visiteurs ont fait la différence en première mi-temps avant de faire le gros dos en fin de match (1-2).
Hostert feiert nach Finaleinzug - Din Dervisevic (US Hostert #14), Thomas Battaglia (US Hostert #6), Cedric Steinmetz (US Hostert #27), 
/ Fussball Coupe de Luxembourg, Pokal, Halbfinale, Saison 2017-2018 / 09.05.2018 /
FC Wiltz 71 - US Hostert / 
Terrain am Pëtz, Weidingen /
Foto: Ben Majerus
La dernière ligne droite de Julien Jahier
«C'est ma dernière ligne droite après j'arrête.» Julien Jahier (38 ans) mettra un terme à sa carrière de joueur à la fin de la saison. A 38 ans, l'expérimenté attaquant du Racing espère finir en beauté en embrassant une Coupe de Luxembourg qui s'est refusée à lui par deux fois.
Julien Jahier va terminer la saison avec de grandes ambitions avant de céder le relais à Florik Shala et aux jeunes du club.